Portail:Charles Dickens

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dickens Gurney head.jpg Portail de

Charles Dickens

Charles John Huffam Dickens, né à Landport, près de Portsmouth, dans le Hampshire, le et mort à Gad's Hill Place, Higham, Kent, le (à 58 ans), est considéré comme le plus grand romancier de l'époque victorienne. Dès ses premiers écrits, il est devenu immensément célèbre, sa popularité ne cessant de croître au fil de ses publications.

Dickens a été traduit en de nombreuses langues, avec son aval pour les premières versions françaises. Son œuvre, constamment rééditée, connaît toujours de nombreuses adaptations au théâtre, au cinéma, au music-hall, à la radio et à la télévision.

88 articles sont actuellement liés au portail.

Lumière sur [modifier

Couverture du numéro III, février 1856

La Petite Dorrit (Little Dorrit), onzième roman de Charles Dickens (1812-1870), est le deuxième d'une série de trois romans politiques et sociaux, publié en vingt feuilletons mensuels comptant pour dix-neuf, de décembre 1855 à juin 1857 par Bradbury and Evans. C'est le plus politique des romans de Dickens et aussi celui dont la structure est la plus symbolique : il est en effet divisé en deux livres, le premier intitulé « Pauvreté » et le second « Richesse », chacun comptant dix numéros parus au prix de 1 shilling, la dernière livraison en ayant réuni deux.

Œuvre satirique, il dénonce les institutions du royaume, en particulier celle de la prison pour dettes où sont enfermés les débiteurs sans qu'ils puissent travailler, en l'occurrence, la prison de Marshalsea, que Dickens connaît bien car son père y a été retenu.

Les autres dénonciations de Dickens portent sur l'insécurité des travailleurs de l'industrie, les conditions de leur emploi, la bureaucratie du ministère des Finances (H M Treasury), le jargon technocrate, que Dickens recense au livre I, chapitre 10, dans la célèbre liste du Circumlocution Office, le « ministère des Circonlocutions », de même que la séparation et le manque de communication entre les classes sociales.

D'après Paul Davis, la passivité du héros et de l'héroïne, la complication et l'obscurité de l'intrigue relative à l'héritage perdu, la noirceur du tableau social rendent cette histoire à la fois sombre et ambiguë. Elle se présente, en effet, comme une sorte d'anatomie de la société victorienne qu'obsèdent la richesse et le pouvoir, qu'enserre un corset de traditions profitant aux classes dites privilégiées et que plombe une religion oppressive et stérile. La lutte que mènent Amy Dorrit et Arthur Clennam pour se libérer de ces chaînes sociales, la rédemption finale et l'espérance nouvelle ne suffisent pas, selon lui, à lever le voile de ténèbres dont l'œuvre semble enveloppée.

De fait, le roman a fait l'objet de nombreuses critiques à sa parution, pour son humeur sombre et son intrigue compliquée justement, ce qui n'a nullement nui aux ventes qui ont dépassé toutes celles des parutions précédentes. Cependant certains auteurs l'ont plus tard réhabilité, en particulier G. B. Shaw (1856-1950) qui le juge « plus séditieux que Le Capital de Karl Marx » et l'appelle « le chef-d'œuvre des chefs-d'œuvre » (« the masterpiece of masterpieces »), Lionel Trilling qui le range parmi les plus profonds ouvrages du XIXe siècle, et Angus Wilson, sensible surtout à « la grisaille du mal qui recouvre le monde » (« the all-pervading grey evil of the world »). Paul Schilcke résume l'opinion actuelle en écrivant que La Petite Dorrit en est venu à être admiré comme l'une des plus grandes œuvres de Dickens.

Autres articles sélectionnés au sein du portail Charles Dickens

Arrêt sur image [modifier

Page sténographiée de la main de Charles Dickens (1856).

Citation [modifier

« Si j'avais le pouvoir d'oublier, j'oublierais. Toute mémoire humaine est chargée de chagrins et de troubles. »

— Charles Dickens

Index thématique [modifier

Romans

Article de qualité Les Papiers posthumes du Pickwick Club (1836–1837)
Article de qualité Oliver Twist (1837–1839)
Article de qualité Nicholas Nickleby (1838–1839)
Article de qualité Le Magasin d'antiquités (1840–1841)
Article de qualité Barnaby Rudge (1840–1841)
Article de qualité Martin Chuzzlewit (1843–1844)
Article de qualité Dombey et Fils (1846–1848)
Article de qualité David Copperfield (1849–1850)
Article de qualité La Maison d'Âpre-Vent (1852–1853)
Article de qualité Les Temps difficiles (1854)
Article de qualité La Petite Dorrit (1855–1857)
Article de qualité Le Conte de deux cités (1859)
Article de qualité Les Grandes Espérances (1860–1861)
Article de qualité L'Ami commun (1864–1865)
Article de qualité Le Mystère d'Edwin Drood (inachevé) (1870)

Nouvelles

Sunday Under Three Heads (1836)
L'Allumeur de réverbères (1838)
A Child's Dream of a Star (1850)
Captain Murderer
The Long Voyage (1853)
The Lazy Tour of Two Idle Apprentices (1857) (avec Wilkie Collins)
Hunted Down (1859)
The Signal-Man (1866)
George Silverman's Explanation (1868)
Holiday Romance (1868)

Contes de Noël

Article de qualité Un chant de Noël (1843)
Les Carillons (1844)
Le Grillon du foyer (1845)
La Bataille de la vie (1846)
The Haunted Man and the Ghost’s Bargain (1848)

Nouvelles de Noël

L’Arbre de Noël (1850)
What Christmas is, as We Grow Older (1851)
The Poor Relation's Story (1852)
The Child's Story (1852)
The Schoolboy's Story (1853)
Nobody's Story (1853)
Going into Society (1858)
Somebody's Luggage (1862)
Mrs Lirriper's Lodgings (1863)
Mrs Lirriper's Legacy (1864)
Le Docteur Marigold (1865)

Recueils de nouvelles

Esquisses de Boz (1833–1836)
The Mudfog Papers (1837-1838)
L'Horloge de Maître Humphrey (1840–1841)
Boots at the Holly-tree Inn: And Other Stories (1858)
Reprinted Pieces (1861)

Œuvres autres que de fiction

Article de qualité Notes américaines (1842)
Pictures from Italy (1846)
The Life of Our Lord (1846, publié en 1934)
A Child's History of England (1851–1853)
Le Pauvre voyageur (1860–1869)

Poésie et théâtre

The Village Coquettes (théâtre, 1836)
The Fine Old English Gentleman (poésie, 1841)
The Frozen Deep (théâtre, 1866) (avec Wilkie Collins)
No Thoroughfare, Drame en cinq actes (théâtre, 1867) (avec Wilkie Collins)

Journalisme

The Examiner (1808–1886)
Monthly Magazine (1833–1835)
Morning Chronicle (1834–1836)
Evening Chronicle (1835)
Bentley's Miscellany (1836–1868) (Dickens rédacteur-en-chef de 1836 à 1838)
L'Horloge de Maître Humphrey (1840–1841)
The Pic-Nic Papers (1841)
Daily News (1846)
Household Words (1850–1859)
All the Year Round (1858–1870)

Œuvres en collaboration

Household Words : The Seven Poor Travellers (1854) (avec Wilkie Collins, Adelaide Proctor, George Sala et Eliza Linton)
The Holly-tree Inn (1855) (avec Wilkie Collins, William Howitt, Harriet Parr et Adelaide Procter)
The Wreck of the Golden Mary (1856) (avec Wilkie Collins, Adelaide Proctor, Harriet Parr, Percy Fitzgerald et le Révérend James White)
The Perils of Certain English Prisoners (1857) (avec Wilkie Collins)
A House to Let (1858) (avec Wilkie Collins, Elizabeth Gaskell et Adelaide Procter)
All the Year Round : The Haunted House (1859) (avec Wilkie Collins, Elizabeth Gaskell, Adelaide Procter, George Sala et Hesba Stretton)
Message venu de la mer (1860) (avec Wilkie Collins, Robert Buchanan, Charles Allston Collins, Amelia Edwards et Harriet Parr)
Tom Tiddler's Ground (1861) (avec Wilkie Collins, John Harwood, Charles Allston Collins et Amelia Edwards)
The Trial for Murder (1865) (avec Charles Allston Collins)
L’Embranchement de Mugby (1866) (avec Andrew Halliday, Charles Allston Collins, Hesba Stretton et Amelia Edwards)
No Thoroughfare (1867) (avec Wilkie Collins)

Articles et essais

A Visit to Newgate (1836)
Charles Irving Thornton (1842)
In Memoriam W. M. Thackeray (1850)
A Coal Miner's Evidence (1850)
Frauds on the Fairies (1853)
The Lost Arctic Voyagers (1854)

Spécificités techniques

Bon article Rupture et absence dans La Maison d'Âpre-Vent
Bon article Aspects de la vie de Charles Dickens relatifs à La Maison d'Âpre-Vent
Article de qualité Anatomie de la société dans La Maison d'Âpre-Vent
Article de qualité Identité littéraire des personnages dans La Maison d'Âpre-Vent
Article de qualité Double narration dans La Maison d'Âpre-Vent
Bon article Personnages dans Dombey et Fils
Bon article Vision de l'Angleterre contemporaine dans Dombey et Fils
Bon article Folklore, légendes et mythes dans Dombey et Fils

Famille et relations

Article de qualité Catherine Hogarth Dickens, son épouse
Article de qualité Ellen Ternan, sa maîtresse
Bon article Mary Scott Hogarth, sa belle-sœur morte à dix-sept ans
Bon article Georgina Hogarth, sa belle-sœur et gouvernante

Illustrateurs

Hablot Knight Browne
Marcus Stone