Cette page est un bon portail. Cliquez pour plus d’informations.

Portail:Enluminure

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Portail de l’enluminure
1 105 articles sont actuellement liés au portail.


Portail Arborescence Scriptorium

Lumière sur

Détail de la scène du grenier volant.

Les Rouleaux des légendes du mont Shigi (信貴山縁起絵巻, Shigi-san engi emaki?), aussi traduits en Rouleaux illustrés des antécédents du monastère du mont Shigi ou Légendes du temple du mont Shigi, forment un exemple remarquable de l’emaki, un art pictural japonais dont les bases ont été importées de Chine vers le VIe siècle. Datant approximativement de la fin de l’époque de Heian (XIIe siècle) et réalisés à l’encre de Chine et couleurs sur papier, ils illustrent la biographie romancée du moine Myōren et les légendes qui entourent le monastère bouddhique Chōgosonshi construit sur un versant du mont Shigi, dans l’ancienne province de Yamato. Son classement au titre de trésor national du Japon en 1951 le désigne comme chef-d’œuvre artistique d’une valeur exceptionnelle du patrimoine culturel du Japon et garantit sa conservation et sa protection par l’État japonais. Au-delà de sa valeur artistique, l’œuvre livre un témoignage historique sur la vie quotidienne des gens ordinaires de l’époque de Heian. Les scènes peintes qui se succèdent décrivent des hommes et des femmes au travail, voyageant ou recevant des hôtes. De nombreux détails architecturaux, précisément reproduits, renseignent sur les structures de l’habitat et des lieux saints de l’époque. Associée à des emaki contemporains, tels que le Chōjū-giga et le Ban dainagon ekotoba, cette œuvre picturale témoigne de la grande maturité atteinte par la peinture narrative japonaise au tout début des temps médiévaux.

Autres articles sélectionnés au sein du portail de l'enluminure

Image de la semaine

Folio du Lectionnaire de Luxeuil, comportant une lettrine zoomorphe. Monastère de Luxeuil (?), fin du VIIe ou début du VIIIe siècle. Bibliothèque nationale de France, Lat.9427 f.24
Folio du Lectionnaire de Luxeuil, comportant une lettrine zoomorphe. Monastère de Luxeuil (?), fin du VIIe ou début du VIIIe siècle. Bibliothèque nationale de France, Lat.9427 f.24

Le saviez-vous ?

Page du psautier de Faddn More
Le psautier de Faddan More, daté de l'an 800 environ, a été retrouvé en 2006 après avoir passé plus de mille ans dans une tourbière irlandaise.

Index

Enluminure dans le monde


Enluminure européenne

L'enluminure d'Europe occidentale est l'héritière de la peinture antique. Presque exclusivement religieuse pendant une grande partie du Moyen Âge, elle se diversifie à la fin de la période médiévale et disparaît peu à peu au cours de la Renaissance.

Enluminure antique : Fragment d'un roman grec non identifiéIliade ambrosienneVergilius vaticanusVergilius romanus

Première page du Sacramentaire de Gellone

Enluminure paléo-chrétienne : Itala de QuedlinbourgGenèse de CottonPentateuque de Tours

Enluminure mérovingienne : Lectionnaire de LuxeuilMissale GothicumSacramentaire de Gellone

Enluminure insulaire : Livre de DurrowLivre de KellsÉvangiles de LindisfarneÉvangéliaire de saint ChadÉvangéliaire d'Echternach

Enluminure carolingienne : Évangéliaire d'Ada (Groupe d'Ada) • Sacramentaire de DrogonÉvangéliaire du couronnement de ViennePremière Bible de Charles le ChauvePsautier d'Utrecht

Miniature de l'empereur Othon III, évangéliaire d'Otton III.

Enluminure ottonienne : Registrum GregoriiCodex EgbertiCodex Aureus d'EchternachApocalypse de BambergÉvangéliaire d'Otton III

Enluminure espagnole du haut Moyen Âge : Bible de La CavaMorales sur Job de 945Bible de León de 960Beatus espagnols : Beatus de MorganBeatus de GéroneBeatus de Ferdinand et Sancha

Enluminure anglo-saxonne : Bénédictionnaire de saint ÆthelwoldManuscrit JuniusPsautier d'OswaldPsautier Harley

Enluminure romane : Lectionnaire de ClunySeconde Bible de Saint-MartialBible de StavelotBible d'Étienne HardingPsautier de Saint-AlbanÉvangéliaire d'Henri le LionCodex Calixtinus

Enluminure gothique : Psautier d'IngeburgeBible de MaciejowskiBible de WenceslasCodex ManesseBréviaire de BellevilleLes Très Belles Heures de Notre-DameLes Belles Heures du duc de Berry
Vénus, miniature du De Sphaera
Les Très Riches Heures du duc de BerryHeures de BedfordHeures de BoucicautLes Grandes Heures de RohanLivre d'heures d'Étienne ChevalierThéséide de VienneMare historiarum de Jouvenel des Ursins

Enluminure de la Renaissance : Bible de Borso d'EsteDe SphaeraLes Grandes Heures d'Anne de BretagneHeures FarnèseÉcole ganto-brugeoise : Bréviaire GrimaniLivre de prières de RothschildHeures Sforza


Enluminure byzantine et des Chrétiens d'Orient

L'enluminure byzantine est en grande partie liée à la destinée de l'empire byzantin. Elle a influencé la peinture de manuscrits de toute l'Europe de l'Est ainsi que des Chrétiens d'Orient.


Homélies de Grégoire de Nazianze


Portrait du patriarche Marc III, Tétraévangéliaire bohaïrique

Enluminure slave : Évangéliaire d'OstromirAnthologies de SviatoslavPsautier de Spiridon de KievÉvangéliaires de KhitrovoÉvangile de Miroslav

Miniature arménienne : Évangéliaire de LwowÉvangéliaire d'Etchmiadzin

Enluminure copte : Tétraévangéliaire bohaïrique Copte 13‎

Enluminure éthiopienne : Évangéliaires de Garima


Miniature et enluminure islamique

La décoration des manuscrits, sous la forme d'enluminure (décorations abstraites) ou de miniature, dans les Arts de l'Islam naît tout d'abord dans le monde arabe pour se répandre ensuite dans les trois empires.

Folio du Grand Shah Nama de Shah Tahmasp

Miniature arabe : Dioscoride de TopkapiLivre de la Thériaque de ParisHarîrî ScheferHadîth Bayâd wa RiyâdMaqâmât de Vienne

Miniature persane : Grand Shah Nama de Shah TahmaspShâh Nâmeh DemotteBayasanghori Shâhnâmeh

Miniature ottomane : Le Livre du BonheurSürname de Mourad IIIHünernameSiyar-I Nabi

Miniature moghole : Hamzanama d'AkbarBaburnama


Enluminure juive

L'enluminure juive est souvent très influencée par le style propre aux pays où les communautés juives sont présentes. Elle conserve cependant des originalités selon les grandes aires culturelles juives d'où elle provient.

L'Arche de Noé dans le Florilège hébraïque du nord de la France.


Rouleaux enluminés japonais ou emaki

Les emakis sont des rouleaux narratifs peints japonais apparus principalement entre le VIIIe et le XIVe siècle.

Rouleaux illustrés du Dit du Genji


Codex mésoaméricains

Ces codex sont des livres peints de langue nahuatl provenant principalement du Mexique central. On distingue les manuscrits pré-hispaniques des codex coloniaux qui suivent la conquête espagnole.

Page 13 du Codex Borbonicus

Codex aztèques : Codex BorbonicusCodex Telleriano-RemensisCodex Boturini

Groupe Borgia : Codex BorgiaCodex LaudCodex Vaticanus B

Codex mixtèques : Codex BodleyCodex SeldenCodex CospiCodex Vindobonensis 1

Codex mayas : Codex de DresdeCodex de Paris

Codex coloniaux : Codex de FlorenceCodex AubinCodex MendozaCodex Ixtlilxochitl

Autour de l'enluminure


Techniques de l'enluminure

La décoration des livres intervient sur tous les supports permettant l'écriture et utilise toutes les techniques picturales permettant la représentation de petits détails. Objets souvent de luxe, ces ouvrages privilégiaient dès que possible les pigments les plus rares ainsi que l'usage de l'or.

Portrait d'un peintre et d'un scribe moghols avec leurs outils de travail, Khamsa de Nizami


Types d'enluminure

On distingue les différents types d'enluminure en fonction de leur position vis-à-vis du texte. Plusieurs motifs de décorations sont communs aux différentes civilisations.

Drôlerie tirée d'une bible espagnole


Manuscrits enluminés


Psautier d'Ingeburge



Enlumineurs

La grande majorité des décorations de manuscrits sont l'œuvre d'artistes anonymes. Quelques rares noms d'artistes sont parvenus jusqu'à nous, même si l'attribution d'œuvres précises reste souvent problématique. Certains d'entre-eux sont des femmes.

Autoportrait de Simon Bening
Autoportrait du moine bénédictin anglais Matthieu Paris.
Miniaturistes et calligraphes ottomans au travail.


Collectionneurs et historiens

Les plus beaux manuscrits sont souvent le résultat de grands commanditaires mécènes. La conservation des chefs-d'œuvres est passée par de nombreux amateurs d'art bibliophiles qui ont constitué de riches bibliothèques privées. Quelques rares historiens de l'art spécialisés ont contribué à mieux les faire connaître.

Portrait de Matthias Corvin par Ambrogio de Predis


Lieux de conservation

La plupart des manuscrits sont conservés dans quelques collections publiques, musées ou bibliothèques, ou encore dans quelques rares fondations privées, très souvent situées dans des pays occidentaux.


Salle de lecture de la bibliothèque laurentienne
Long Room de la Trinity College Library
Salle principale de la Pierpont Morgan Library

Portails connexes

Ce portail a été reconnu comme bon portail le 13 mai 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l’ayant promu.