Évangiles de Rabula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Folio 13v des Évangiles de Rabula présentant une miniature de l'Ascension.

Les Évangiles de Rabula, انجيل رابّولا ouvrage conservé à la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence (cod. Plut. I, 560) forment un manuscrit enluminé rédigé en syriaque des Évangiles. Datant du VIe siècle, il a été achevé en 586 au monastère de Saint-Jean-de-Zagba, situé en Syrie. Il a été signé par son scribe, Rabula[1].

Le Manuscrit a servi au Moyen Âge comme registre des Patriarches Maronites,[2]

Description[modifier | modifier le code]

Les folios sont de 34 cmx27 cm. Leur taille d'origine est inconnue parce qu’ils ont été réduits par des reliures antérieures. Le texte est écrit à l'encre noire ou marron foncé sur deux colonnes d'un nombre de lignes variables. Les notes de bas de page sont écrites en encre rouge au bas de nombreuses colonnes. Le texte correspond à la version peshitta de la traduction syriaque des Évangiles. Le manuscrit est enluminé avec un texte encadré de motifs floraux et architecturaux élaborés, quelques miniatures, dont une de la Crucifixion, de l'Ascension et de la Pentecôte. Le manuscrit comporte 292 folios.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du manuscrit est inconnue jusqu'au XIe siècle. Il est mentionné en 1289 dans un monastère Sainte Ilige Maifuc, et en 1361, il est localisé au monastère de Qannoubine[3]. Ses marges ont été utilisées comme archives pour des actes notariés divers, qui sont datés. La note la plus récente rend compte d'une donation au monastère de Qannoubine en 1521/22. C'est peu après que le manuscrit arrive à la bibliothèque Laurentienne de Florence, où il se trouve.

Expositions[modifier | modifier le code]

Il a été présenté à l'exposition Les Chrétiens d'Orient deux mille ans d'histoire, à l'institut du monde arabe de Paris, du 26 septembre 2017 au 14 janvier 2018[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À ne pas le confondre avec Rabbula, évêque d'Édesse de 412 à 435, à qui on attribue parfois une traduction en syriaque des Évangiles, qu'il voulait substituer au Diatessaron.
  2. « Holy Spirit University of Kaslik | لبنان الوسيط عهد السلاطين المماليك », sur www.usek.edu.lb (consulté le 23 novembre 2017)
  3. Miniatures from the Rabbula Gospels ms.
  4. Catalogue de l'exposition, Gallimard, 208 pages, Paris, 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]