Codex Telleriano-Remensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une des pages de l'édition Loubat du codex Telleriano-Remensis (verso du folio 8).

Le codex Telleriano-Remensis est un des rares manuscrits peints aztèques ayant survécu à la colonisation espagnole des Amériques.

Contenu[modifier | modifier le code]

Il se compose de trois parties : un calendrier rituel des fêtes fixes de chaque vingtaine, un tonalamatl et des annales historiques de l'empire aztèque[1],[2].

La première partie s'étend des feuillets 1 à 7, la seconde des feuillets 8 à 24 et la troisième et dernière, des feuillets 25 à 50[3].

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Il comporte 50 feuillets de papier vergé, numérotés en 1889, d'environ 32 cm de haut sur 22 cm de large[4]. La page 35 est vierge[4].

Le papier comporte en filigrane un dessin de main ou de gantelet d'une dizaine de centimètres de haut[4].

Sur la reliure, en vélin souple, est inscrit le titre « Geroglíficos de que vsaban los Mexicanos » en lettres gothiques presque effacées[5].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Il a été peint au XVIe siècle par des tlacuiloque indigènes du Mexique et annoté par au moins un auteur ayant vécu au Mexique et y étant décédé[6]. C'est pourquoi on a toujours supposé qu'il avait été réalisé là-bas[6], avant d'être imprimé sur papier en Europe.

Les caractéristiques du filigrane ont permis à C.-M. Briquet d'affirmer que le papier a certainement été produit à Gênes au milieu du XVIe siècle[4].

Il a ensuite été importé en Espagne, où semble avoir été réalisée sa reliure[5].

Nom[modifier | modifier le code]

Son nom lui a été donné par Alexander von Humboldt[7]. C'est la version latinisée du nom du collectionneur Charles-Maurice Le Tellier, qui l'a eu en sa possession à la fin du XVIIe siècle, et du lieu de sa fonction d'archevêque (Reims).

Conservation[modifier | modifier le code]

Le codex est conservé à la Bibliothèque nationale de France, à Paris.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hamy 1899, p. 4 et 5.
  2. Quiñones Keber 1995, p. 132, 153 et 191.
  3. Hamy 1899, p. 5.
  4. a, b, c et d Hamy 1899, p. 1.
  5. a et b Hamy 1899, p. 2.
  6. a et b Quiñones Keber 1995, p. 115.
  7. Alexander von Humboldt, Vues des Cordillères, et monuments des peuples indigènes de l'Amérique. : Voyage de Humbolt et de Bonpland, Paris, F. Scoell, (OCLC 43533163, lire en ligne), p. 279-283(cité dans Hamy 1899, p. 4).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E.-T. Hamy, « Introduction », dans Codex Telleriano-Remensis, (lire en ligne).
  • (en) Eloise Quiñones Keber, Codex Telleriano-Remensis : Ritual, Divination, and History in a Pictorial Aztec Manuscript, Austin, University of Texas Press, , 365 p. (ISBN 9780292769014, OCLC 29600936, lire en ligne).
  • (en) Pedro de los Rios and others, « Codex Telleriano-Remensis (russian edition). », Ukraine, Kiev, 2010-2011. A.Skromnitsky and V.Talakh, www.bloknot.info (A.Skromnitsky), (consulté le 29 août 2011)