Évangéliaires de Garima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Évangéliaires de Garima
Illumination-from-Abba-Garima-gospel.jpg

Portrait d'un évangéliste

Artiste
Enlumineur du scriptorium d'Aix-la-Chapelle
Date
vers 530 ?
Technique
enluminures sur parchemin
Format
2 manuscrits reliés de 200 folios chacun
Localisation
Monastère d'Abuna Garima (Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie)
Numéro d’inventaire
Ms.1 et 2

Les Évangéliaires de Garima sont deux manuscrits enluminés conservés au monastère d'Abba Garima (en), à 5 km de la ville d'Adoua, dans la région du Tigray, au nord de l'Éthiopie. Datés entre le Ve et le VIIe siècle, ils sont parmi les plus anciens manuscrits des évangiles au monde.

Historique[modifier | modifier le code]

Le monastère d'Abba Garima a été fondé vers 500 par le moine du même nom, dans cette région du nord de l'Éthiopie actuelle. Selon la tradition, le moine aurait été le rédacteur de deux manuscrits des évangiles, toujours conservés par le monastère, bien que celui-ci ait été abandonné pendant plusieurs siècles. Les manuscrits sont observés par Beatrice Playne dans les années 1950 qui les rapproche d'après leur style des évangiles de Rabula, manuscrit syriaque daté de 586. En 1960, Jules Leroy le rapproche, toujours sur des critères stylistiques, des manuscrits arméniens, géorgiens et byzantins des Xe et XIe siècles et propose cette même datation pour les manuscrits de Garima[1].

En 2006, un programme est lancé par le Ethiopian Heritage Fund pour leur conservation, achevé en 2013. Une analyse au carbone 14 est alors effectuée, permettant de donner une fourchette de datation de leurs parchemin : le manuscrit I est daté entre 550 et 660 apr. J.-C. tandis que le manuscrit 2 est daté entre 390 et 570, ce qui donnerait une date moyenne vers 530. Ils se rapprochent ainsi de la date des évangiles de Rabula. À cette occasion, une restauration des manuscrits est effectuée : les pages sont ré-assemblées dans l'ordre original et reliées, avec une reliure renforcée[2]. En 2012, un musée est ouvert à l'extérieur du monastère, permettant de les présenter, en compagnie des autres pièces du trésors de l'établissement monastique[3].

Description[modifier | modifier le code]

Pages des canons de concordances.

Chaque évangéliaire contient sur 400 pages les quatre évangiles rédigés en Guèze, la langue liturgique de l'Église éthiopienne orthodoxe. Les deux manuscrits contiennent une version légèrement différente. Le premier contient une série de 10 illustrations proches de celles des évangiles de Rabula. Le second contient des pages de canons de concordances, ainsi que le portrait des quatre évangélistes proches de l'enluminure copte[4]. La miniature du temple de Jérusalem représente l'un des plus anciennes représentations de l'art chrétien[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LEROY (Jules), « L'évangéliaire éthiopien du couvent d'Abba Garima et ses attaches avec l'ancien art chrétien de Syrie », dans Cahiers archéologiques, 1960, 11, p. 131-143 : 8 fig.
  • (en) Martin Bailey, « Research uncovers lost African school of painting », Art Newspaper, Number 252, December 2013, p. 10[lire en ligne]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Leroy, « L'évangéliaire éthiopien du couvent d'Abba Garima et ses attaches avec l'ancien art chrétien de Syrie », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 104, no 1,‎ , p. 200-204 (lire en ligne)
  2. Site du EHF
  3. Inauguration du musée Abba Garima - Adwa sur le site de l'ambassade de France en Éthiopie
  4. (en)Présentation d'un colloque sur le manuscrit par Jacques Mercier
  5. Art Newspaper