Entrelacs (ornement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Entrelacs.
Entrelacs viking. Stavkirke d'Urnes
Croix celtique avec entrelacs.
L'entrelacs tire souvent son effet esthétique du principe du nœud ou du passage alternatif dessus/dessous d'un ruban souple. La forme peut en être fermée (comme ici), ou répétée en boucle « infinie », c'est-à-dire dans une frise fermée sur elle-même, faisant par exemple le tour d'une pièce de tissus, d'une page de parchemin enluminé, d'un coffre peint, ou encore d'un bras s'il s'agit d'un tatouage.

En peinture et en sculpture et dans d'autres domaines, les entrelacs sont des motifs ornementaux employés dans différents domaines des arts (peinture, sculpture, gravure, etc.), aussi nommés nœuds celtiques.

Ils évoquent des cordes sans extrémités et enchevêtrées, en général symétriques ou se répétant le long d'une frise par exemple, avec des croisements visibles qui permettent de suivre chaque corde le long de son tracé.

Définition[modifier | modifier le code]

Les entrelacs sont une forme d'ornement fondée sur la répétition de motifs de courbes entrelacées, plus ou moins complexes, entrecroisées et enchevêtrées, évoquant les nœuds qu'on peut faire avec des cordes. En Europe du Nord durant le Haut Moyen Âge les entrelacs de cordons d'origine romaine se sont mélangés avec des motifs celtiques et germaniques du nord de l'Europe, comme les spirales, dont le triskèle, et des motifs animaliers stylisés, leur faisant acquérir une identité bien distincte. Des formes anthropomorphes y sont aussi fréquemment mélangés.

Les rinceaux végétaux ainsi que les entrelacs de cordons sont deux formes issus de l'art romain antique. C'est deux ornements se sont beaucoup mélangés dans les arts décoratifs aussi bien en Occident qu'en Orient depuis le Haut Moyen Âge. Les entrelacs de l'art islamique sont eux aussi une continuation des entrelacs paléochrétiens (byzantins et chrétiens d'Orient), d'où certaines ressemblances fréquentes avec les entrelacs d'Europe du Nord. En Occident les « entrelacs » désignent généralement des motifs de cordons entrelacés, tandis que les « arabesques » désignent plutôt les compositions à partir de rinceaux végétaux, parfois entrelacés mais pas forcément. Selon une autre acception en Occident, « entrelacs » désigne plutôt les motifs décoratifs celtes et germaniques et apparentés ou les évoquant (vikings par exemple), alors que le mot « arabesque » est plutôt employé pour désigner les motifs de rinceaux entrelacées de l'art arabe ou persan, mais il a été aussi beaucoup employer pour désigner des motifs européens sans rapport avec l'art oriental.

D'autres formes d'entrelacs ont été utilisées dans le monde pour la décoration, ou par exemple pour les tatouages dont certaines formes modernes (tatouages vrais ou dessin au henné) s'inspirent ainsi que de motifs celtiques ou nord-européens traditionnels ou revisités.

En serrurerie[modifier | modifier le code]

En serrurerie, les entrelacs sont les ornements composés de rouleaux, joues, coudes, etc., dont on garnit les frises, les montants, les bordures et les pilastres des grilles, les frises d'une rampe, d'un balcon; La pointe et crochet qu'on met sut des murs d'appui et autres pour servir de défense; Entrelacer - Barreaux de fer qui se croisent et qui sont ajustés par entailles[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Application aux sciences[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Morisot J.M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment (serrurerie), Carilian, 1814

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Courtney Davis, 101 nœuds celtiques, Paris, Le Courrier du Livre, 2005. - 1 vol. (non paginé) : ill. ; 16x17 cm. (ISBN 2-7029-0500-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]