Porco Rosso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Porco Rosso
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

紅の豚
(Kurenai no buta)
Genre Aventure
Film d'animation japonais
Réalisateur
Producteur
Scénariste
Studio d’animation Studio Ghibli
Compositeur
Licence Drapeau du Japon Tōhō
Durée 93 min
Sortie

Porco Rosso (紅の豚, Kurenai no buta?, litt. Cochon rouge vif) est un film d'animation japonais réalisé en 1992 par Hayao Miyazaki au sein du studio Ghibli. Il raconte les aventures d'un pilote d'hydravion à tête de cochon dans l'Italie des années 1920.

Résumé[modifier | modifier le code]

« Ce film conte une histoire du porc vaillant surnommé « le Porc rouge », qui se bat contre les pirates de ciel, pour son honneur, pour sa Madone d'adoration et pour ses biens. La scène se passe en les Mers Méditerranées à l'époque où l'hydravion gouverne les eaux de mer. » : voilà ce qu'on peut lire, textuellement[NB 1], en guise d'introduction lors de l'ouverture du film.

En Italie, durant la période de l'entre-deux-guerres, sur fond de récession économique et de montée du fascisme, Marco Pagot, un ancien pilote émérite des forces aériennes italiennes, se voit transformé en cochon et se reconvertit en chasseur de primes sous le nom de « Porco Rosso ». Vivant sur une île déserte perdue dans l'Adriatique, il écoute à la radio son air préféré, Le Temps des cerises en lisant une revue de cinéma, lorsque son téléphone sonne : les Mamma Aiuto, des pirates de l’air, comptent attaquer un paquebot transportant de l’or. Peu intéressé, Marco s’apprête à raccrocher lorsque son interlocuteur précise qu’il y a un groupe d’écolières à bord, convaincant le cochon d’agir. Celui-ci démarre son hydravion rouge à la manivelle, et décolle, mais arrive trop tard ; les bandits ont déjà enlevé l’or et les fillettes ; il s’élance alors à leur poursuite. Essuyant quelques soucis techniques, Marco finit par rejoindre les Mamma Aiuto et engage le combat, les forçant à amerrir. Le cochon fait un marché avec les pirates : il leur laisse la moitié de l’or, et récupère le reste avec les otages.

À l’hôtel Adriano, établissement fréquenté par les pilotes d’hydravions de la région, bandits, mercenaires et chasseurs de primes, la patronne Gina chante Le Temps des Cerises ; une coalition de pirates engage Donald Curtis, un aviateur américain ayant plusieurs trophées à son actif, afin se débarrasser de Porco Rosso. Ce dernier amerrit et range son avion le long du quai de l’hôtel, avant de rentrer dans le bar pour commander un verre. Curtis se lève et engage la conversation avec le cochon, qui le met en garde contre une alliance avec les pirates. Fidèle à sa réputation, Gina calme en quelques paroles une bagarre prête à éclater entre ces derniers et Porco. Alors que celui-ci déjeune à une table à part, la maîtresse de maison le rejoint ; elle lui apprend que les restes de son 3e mari, disparu en Asie trois ans auparavant, ont finalement été retrouvés. Marco reste le dernier de ses anciens amis pilotes, figurant sur une photo à proximité, et Gina se demande comment le délivrer de son sort et lui rendre un visage humain.

Alors que Marco récupère sa paye et passe récupérer des munitions chez son armurier, la coalition des pirates du ciel, accompagnée de Curtis, attaque le Reine de la Méditerranée, un paquebot de luxe. De retour sur son île, Porco constate que son hydravion a besoin d’une révision ; il entend à la radio que les bandits ont pillé le navire et laissé un message à son intention : « À ton tour, Cochon, on t’attend ». Ignorant l’avertissement, il part pour Milan, mais est repéré en chemin par Curtis, qui profite de ses ennuis mécaniques pour l’abattre. L’américain descend récupérer un morceau de l’avion rouge comme preuve, et repart, sans voir que son rival a pu atterrir sur une île et se cacher. Morte d’inquiétude en apprenant la nouvelle, Gina s’apprête à partir à la recherche de son ami, mais reçoit un coup de téléphone de ce dernier ; au bout de deux jours, il a été récupéré par un bateau, et se dirige vers Milan pour faire réparer son avion, dont le moteur et les ailes ont été détruits. Il lui demande de transmettre un message à Curtis pour lui dire qu’ils se reverront, ce qui met la patronne de l’hôtel Adriano en colère.

Après avoir voyagé par bateau, puis en train, Marco arrive chez Piccolo S.P.A., son manufacturier aéronautique de longue date. Il est accueilli par le tenancier des lieux et sa petite-fille de 17 ans, Fio. Apprenant que c’est cette dernière qui va s’occuper des plans pour la réparation de son avion, le cochon s’apprête à partir, mais la jeune fille le convainc de rester par son bagou. Le lendemain matin, Porco s’aperçoit qu’elle a passé la nuit à travailler, et après avoir discuté avec elle, est convaincu qu’elle fera du bon travail. Pour usiner les nouvelles ailes de l’hydravion, Piccolo embauche toutes les femmes de sa famille de ses petites-nièces adolescentes aux arrière-grand-mères octogénaires ; avec la crise, tous les hommes sont partis chercher du travail ailleurs. Le vieil homme s’occupe quant à lui du moteur de remplacement, un Ghibli qui a été battu de justesse par Curtis lors d’un rallye, selon lui à cause du mécanicien. Toutes les femmes, et particulièrement Fio, travaillent d’arrache-pied, et l’hydravion est bientôt prêt pour passer les tests de vol.

Parallèlement, Marco rencontre un ancien camarade de l’armée de l’air, Ferrarin, qui le met en garde : le nouveau régime fasciste le recherche et veut saisir son avion. Il lui propose de rejoindre l’armée pour se protéger, mais Porco décline l’offre. Remarquant qu’il est effectivement filé par des agents de la police fasciste, qu’il parvient à semer, le cochon décide de décoller la nuit même, sans procéder aux essais préalables. Alors que les agents commencent à cerner l’entrepôt Piccolo, Fio installe un siège supplémentaire pour accompagner Marco en tant que mécano, afin de procéder aux derniers réglages en vol. Ce dernier proteste, estimant que la place d’une jeune fille n’est pas à ses côtés, mais finit par se laisser convaincre. Tandis que la police fasciste donne l’assaut, ils démarrent le long du Naviglio, pendant que les employés de Piccolo font mine que Marco les a fait travailler de force et a enlevé Fio. Au prix de quelques acrobaties le long du canal, ils parviennent finalement à décoller, et croisent Ferrarin qui les aide à éviter l’embuscade de l’armée de l’air.

À l’hôtel Adriano, Curtis s’introduit dans le jardin de Gina pour la courtiser ; il lui propose de faire du cinéma à Hollywood avec lui pour son projet de film, Le Bouquet de l’Adriatique, avec lequel il espère commencer une carrière d’acteur. La patronne de l’hôtel lui parle du pari qu’elle s’est fait à elle-même : si Marco vient la rejoindre dans son jardin, elle trouvera le courage de lui avouer ses sentiments. En voyant arriver l’appareil de ce dernier, faisant quelques loopings autour de l’hôtel pour la saluer, elle se souvient de son adolescence avec son ami sur un vieil hydravion baptisé « Adriano ». Surpris qu’elle puisse être amoureuse d’un cochon, Curtis s’insurge, mais est rabroué. Dans l’avion, Fio et Porco parlent de Gina, et la jeune fille se demande si Marco en est épris. Après un arrêt pour faire le plein, ils se dirigent vers le repaire du chasseur de prime.

En arrivant, sur l’île de Porco, le cochon et sa mécano sont surpris par les membres de la coalition des pirates qui les y attendent, armés jusqu’aux dents. Ceux-ci sont surpris par la présence de la jeune fille, d’autant que Marco la présente comme l’ingénieur de Piccolo et en dresse un portrait flatteur. Les bandits décident de détruire le nouvel avion de leur adversaire, mais Fio ne l’entend pas de cette oreille, et leur fait la leçon en leur parlant de l’honneur des pilotes d’hydravions. Décidant de ne pas toucher à son œuvre, les pirates veulent se rabattre sur le cochon, mais la jeune fille les rabroue à nouveau en les accusant d’avoir engagé un pilote étranger, et de vouloir maintenant se débarrasser du seul homme capable de restaurer l’honneur des aviateurs de l’Adriatique. Alors que les membres de la coalition discutent, Curtis arrive et les modalités du duel, qui sera organisé par les Mamma Aiuto, sont établies : si l’Américain gagne, Fio devra l’épouser, mais si Marco gagne, son adversaire payera la facture du nouvel hydravion.

Le soir venu, Porco prépare ses munitions pendant que Fio est couchée ; un bref instant, la jeune fille croit voir son compagnon avec une tête humaine. Ayant été bercée dans sa jeunesse par les récits des prouesses de l’aviateur, elle lui demande de lui raconter une histoire. Il lui narre le jour où, durant le dernier été de la Première Guerre mondiale, il a perdu ses amis dans un combat aérien, dont Berlini qui avait épousé Gina deux jours auparavant. Ayant failli y rester lui-même, il s’est retrouvé au dessus d’une mer de nuages, où il a eu la vision de ses camarades rejoignant un grand ruban formé par tous les aviateurs tombés au combat aux commandes de leur appareil.

Le jour du duel arrive ; les Mamma Aiuto ont organisé une kermesse et beaucoup de gens sont là pour assister au combat aérien. Après la présentation des enjeux, les deux aviateurs décollent ; Marco vole au ras de l’eau et laisse l’Américain gaspiller ses munitions, puis parvient à se placer derrière son adversaires avec un triple looping, mais il refuse de tirer, hanté par ses souvenirs de guerre. À l’hôtel Adriano, Gina s’apprête à partir pour assister au duel, mais reçoit un message de TSF adressé par Ferrarin, qui lui annonce que l’armée a localisé Porco et est en route. En l’air, le combat se poursuit, mais la mitrailleuse du cochon est enrayée, et l’Américain n’a plus de munitions. Refusant le match nul, ce dernier sort son pistolet, et ils finissent par se lancer tout ce qui leur tombe sous la main. Après avoir amerri, ils continuent le combat dans l’eau à mains nues ; le duel se transforme officiellement en match de boxe, et après quelques rounds, les deux aviateurs ne parviennent pas à se départager, refusant la défaite malgré leurs visages tuméfiés et déformés. Marco reproche à l’Américain d’être un coureur de jupon invétéré, tandis que Curtis accuse le cochon de vouloir garder Fio et Gina pour lui ; il lui apprend que cette dernière est amoureuse de lui et l’attend depuis des années dans son jardin. À la reprise suivante, les deux hommes tiennent à peine debout. Alors qu’ils s’assomment mutuellement, la patronne de l’Adriano arrive et gronde Porco, lui demandant s’il compte faire le malheur d’une autre femme. Le reproche a pour effet de remettre le cochon sur pieds, ce qui lui permet de gagner le duel. Cependant, la foule doit se disperser avant l’arrivée de l’armée, et Gina invite tout le monde à l’hôtel. Le chef des Mamma Aiuto remet l’argent de la facture au vainqueur, et Curtis, bon joueur, admet sa défaite. Malgré les protestations de la jeune fille qui souhaiterait rester sa partenaire, Marco remet Fio à la patronne de l’Adriano en lui demandant de la ramener à une vie honnête ; au moment où elles décollent, la jeune ingénieur de Piccolo embrasse furtivement le cochon. Celui-ci et l’américain restent seuls sur place et voient l’armée arriver ; alors qu’ils s’apprêtent à décoller à nouveau pour attirer les militaires loin de l’hôtel, Curtis croit remarquer un changement sur le visage de son rival.

En off, Fio raconte qu’elle est par la suite devenue très amie avec Gina, mais qu’elles n’ont plus revu Porco. Cette amitié s’est poursuivie à travers les guerres et les crises, et la jeune fille, ayant repris l’entreprise Piccolo, passe tous ses étés à l’hôtel Adriano. Donald Curtis est devenu une vedette de cinéma et leur écrit régulièrement, tandis que les pirates fréquentent toujours le lieu de villégiature. Le dénouement du pari de Gina est devenu leur secret, mais lorsque Fio survole l’île de l’hôtel, un hydravion rouge est visible, amarré du côté du jardin, laissant supposer que Marco a définitivement quitté sa forme de cochon et accepté l’amour de sa vieille amie[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages Japonais Français
Porco Rosso Shūichirō Moriyama Jean Reno
Fio Akemi Okamura Adèle Carasso
Donald Curtis Akio Ōtsuka Jean-Luc Reichmann
Gina Tokiko Kato (en) Sophie Deschaumes
Paolo Piccolo Sanshi Katsura (en) Gérard Hernandez

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Porco Rosso est à l'origine basé sur trois petites bandes dessinées publiées par Miyazaki dans un magazine de modélisme, Model Grafix, sous le titre « L'Âge de hydravions » (Hikoutei Jidai), en 1989. Elles mettent en action un cochon pilote d'hydravion, parmi d'autres cochons soldats, et les épisodes principaux sont directement à l'origine du scénario de Porco Rosso[2]. Les anecdotes relatées par ces trois vignettes sont intégrées dans le film, et quelques croquis durant le générique de fin font allusion aux vignettes.

Porco Rosso devait être au départ une adaptation courte (45 minutes) et légère du manga de Miyazaki L'Ere des Hydravions, destinée à être projetée sur les vols de Japan Airlines[NB 2]. Au fil de la conception du film, l'œuvre est devenue un long métrage marqué par la gravité de la guerre qui se déroulait au même moment en ex-Yougoslavie[3].

Malgré la légèreté apparente du film, qui avait originellement pour but de détendre les équipes du studio Ghibli qui venaient juste de terminer Omoide poro poro, Porco Rosso est un réquisitoire contre la guerre et ses absurdités, abordant des thématiques comme le mythe du héros.

Influences[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Porco Rosso.

La bande originale du film, composée par Joe Hisaishi en 1992, fait appel à des rythmes, des harmonies, des mélodies d'inspiration italienne, utilisant par exemple la célébrissime chanson 'O Sole Mio.

Sortie, promotion, adaptations[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2012). Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L’Europe de l'entre-deux guerres et la politique[modifier | modifier le code]

Porco Rosso est une des rares œuvres de Miyazaki où le scénario s'inscrit dans des frontières géographiques et historiques assez précises, construisant une histoire qu'on pourrait alors croire inspirée de faits réels. L'ouverture du film annonce une action située en Méditerranée. Les paysages, et le fait que Miyazaki a déclaré avoir été marqué par les événements en ex-Yougoslavie pendant l'élaboration du film, suggèrent la partie Adriatique de la Croatie, dans la région de la Dalmatie, où les côtes découpées et les multiples îles rappellent les décors du film. Le manga dont le film est tiré situe l'histoire en 1929, et l'on voit dès les premières images un Porco se reposant, le visage recouvert par un magazine daté de cette année.

L'action se déroule donc entre la première et la deuxième guerre mondiale. À cette époque, une partie de la Dalmatie, de par sa position stratégique qui lui vaudra d'être souvent une zone de conflit, était sous contrôle italien. Plusieurs éléments attestent que l'Italie où évolue Porco est fasciste : le film figure des parades militaires où les gardes portent des uniformes aux couleurs variées, mais au style reconnaissable, et Porco lui-même, dans les dialogues, déclare préférer être un cochon plutôt qu'un fasciste. Le gérant du magasin de munitions approvisionnant Porco mentionne par ailleurs que le gouvernement a « de nouveau changé », ce qui ancre l'histoire peu après 1924, lorsque le Traité de Rome a étendu l'influence de l'Italie mussolinienne sur la région de Fiume (aujourd'hui Rijeka) en Croatie. Dans ces années, l'Italie souffre encore comme toute l'Europe des séquelles de la Première Guerre mondiale, et de la dépression économique qui atteint le continent dans les années 1920, mais la crise dont il est question dans le film est plus probablement la Grande Dépression qui affectera le monde des années 1930.

À noter que le titre du film, Porco Rosso, est une allusion directement liée à la dénomination dont les fascistes affublaient les opposants au régime du Duce. À l'origine et plus spécifiquement, les mots « Porco Rosso » / « Porc Rouge » se voulaient être une insulte qui concernait et désignait les Communistes ; elle a pris plus tard, dans l'histoire de la montée du fascisme, une connotation plus générale, comprenant potentiellement l'ensemble de ceux qui étaient contre le régime dictatorial.

La guerre[modifier | modifier le code]

Comme dans d'autres œuvres de Miyazaki (voir par exemple Nausicaä, Le Château ambulant ou Princesse Mononoké), la guerre est montrée sous le jour de son absurdité, de sa vanité et des pertes qu'elle cause. Une scène onirique évoque les pilotes morts au combat, et le combat final qui oppose Porco à Curtis laisse les deux adversaires dans un état physique également déplorable.

Un héros solitaire gardant contact avec le monde[modifier | modifier le code]

Porco Rosso doit son apparence au sort qu'il se serait jeté après avoir perdu foi en la nature humaine[réf. nécessaire]. Bien que vivant sur une île déserte, Porco ne s'est pas coupé du monde extérieur, comme en témoignent la présence de journaux, d'une radio et d'un téléphone (dont la liaison a pu être établie on ne sait trop comment). Malgré quelques indices, on ne sait pas réellement s'il retrouve un visage humain à la fin du film.

Des références internes et externes[modifier | modifier le code]

Le film est parsemé de références à l'Italie d'entre-deux guerres, à l'univers de Miyazaki, et à Miyazaki lui-même.

Le Temps des cerises, chanté par Gina, traduit l'amertume de Miyazaki quant à l’échec du socialisme[4]. Les prénoms donnés aux personnages de Porco (Marco Pagot, avant qu'il ne soit changé en cochon) et Gina sont un hommage direct à Marco Pagot et sa sœur Gi, enfants de Nino Pagot, créateur avec son frère Toni de Calimero, mais également de l'adaptation en dessin animé de Sherlock Holmes, sur laquelle Miyazaki a travaillé comme character designer et réalisateur avant de créer le studio Ghibli[5]. La biographie de Gina, veuve de pilote, rappelle d'ailleurs celle de Marie Hudson, gouvernante de Sherlock Holmes, et dont Miyazaki a fait un personnage central dans les épisodes L'enlèvement de Madame Hudson et L'aéropostale[6]. Sur le moteur que Piccolo installe sur l'hydravion de Porco, on peut voir écrit « Ghibli ». C'est l'une des rares autoréférences au studio visibles dans le long-métrage. C'est le cas aussi dans Kiki la petite sorcière. Ghibli était le nom d'un moteur d'avion : Miyazaki a choisi ce nom pour son studio, puisque son père, ancien pilote, avait piloté un Ghibli. Par ailleurs, une référence à Porco Rosso apparaît dans Si tu tends l'oreille, sur la pendule dans la boutique. Miyazaki utilise aussi le procédé de la mise en abyme. Durant son séjour à Milan, Porco en profite pour aller voir un de ses vieux camarades d'armes lors d'un film au cinéma, en attendant la fin des réparations de son hydravion. Le film projeté est un dessin animé dans lequel on peut voir un cochon pilote d'avion tenant le rôle du méchant.

Il est par ailleurs rare de voir autant de références à des marques commerciales dans un film de Miyazaki. Elles contribuent au réalisme de la narration. On voit un paquet de cigarettes Gitanes, posé sur la table lorsque Porco vérifie ses munitions avant son duel avec Curtis. Au début de la scène de poursuite avec la police fasciste, lorsque Fio s'arrête pour prendre Porco, la marque Fiat apparaît sur la calandre du camion. On peut aussi voir la marque d'essence Shell lorsque Porco veut faire le plein.

Un hommage à l'histoire de l'aviation[modifier | modifier le code]

Le Macchi M.33
Le Curtiss vainqueur en 1925.

L'hydravion de Porco Rosso a parfois été comparé à un Savoia S.21 (en). Le vrai S.21 est en réalité un biplan. Pour le design de l'avion, Miyazaki semble s'être inspiré du Macchi M.33 et a réuni les deux ailes en une aile monocoque placée au-dessus du fuselage.

Le nom de la bande des pirates, les Mama Aiuto, vient de l'hydravion CANT Z.501, dont la ligne a inspiré celui des pirates. Cet appareil a été souvent utilisé pour le secours en mer, et les marins italiens l'avaient surnommé « Mamma aiuto ! » (« Maman, au secours ! »).

Le trophée Schneider, évoqué dans le film, a bel et bien existé. Il s'agissait d'une ancienne course d'hydravions. Piccolo évoque le fait qu'en 1925 un Curtiss ait remporté la coupe : c'est également exact.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Début 2011, des rumeurs ont fait état de la préparation d'un second film avec Porco Rosso comme héros. Il n'en est finalement rien : ces rumeurs ont été démenties par Hiromasa Yonebayashi[7].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film a reçu en 1993 le Cristal du long métrage au festival international du film d'animation d'Annecy[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce texte d'introduction est déroulé en dix langues simultanément, dans l'ordre d'affichage suivant, de haut en bas : japonais, italien, coréen, anglais, chinois, espagnol, arabe, russe, français, allemand. Miyazaki a ingénieusement fait se côtoyer les dix traductions, bien qu'elles diffèrent par leur longueur et, pour la langue arabe, par le sens de l'écriture. La traduction française - entre autres - est incomplète et imparfaite, utilisant en particulier des tournures maladroites et une gestion incorrecte des espaces.
  2. La compagnie aérienne apparaît ainsi en tant que producteur dans le générique d'introduction du film, en deuxième position aux côtés de Tokuma Shoten dont les studios Ghibli sont une filiale, Nippon Television Network, et les studios Ghibli.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Porco Rosso (analyse) », sur Kanpai!,‎ (consulté le 9 avril 2015)
  2. Fiche de L'Âge des hydravions sur Buta connection. Page consultée le 17 juin 2011.
  3. « Au départ, je voulais faire un moyen métrage de quarante-cinq minutes […] Mais, peu à peu, les événements du monde, en particulier la guerre entre les Serbes, les Croates et les Bosniaques, et la chute du communisme en Europe de l'Est m'ont empêché de m'en tenir à un divertissement léger, et il m'a fallu faire un vrai film de long métrage. » Portrait d'un cochon volant, p. 84
  4. Lors d'une interview, à la question « Pourquoi chante-t-on Le Temps des cerises ? », Hayao Miyazaki répond : « Parce que le socialisme a échoué. Cela reflète mon amertume. […] Quand j'étais jeune, je voulais être communiste et j'aimais beaucoup cette chanson. […] Je me suis rendu compte que l'être humain ne pouvait pas être assez intelligent pour accomplir les idées de Marx. Quand j'ai réalisé Porco Rosso, cela m'a fait beaucoup de peine, c'était très dur pour moi. » Portrait d'un cochon volant, p. 83.
  5. Sherlock Holmes, l'intégrale, bonus DVD - IDP Video
  6. Hayao Miyazaki : Cartographie d'un univers. Raphaël Colson et Gaël Régner, éditions Les Moutons Électriques (2010). Voir page 71.
  7. «Arrietty» chaparde une dose de magie - 20 minutes, 12 janvier 2011
  8. Palmarès 1993 sur le site officiel du festival. Page consultée le 10 mars 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]