Coraline (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le livre duquel est adapté le film, voir Coraline.
Coraline
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Titre québécois Coraline
Titre original Coraline
Réalisation Henry Selick
Scénario Henry Selick
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Russie Russie
Genre Animation
Durée 100 min.
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Coraline est un film d'animation en volume américano-russe d'Henry Selick d'après le roman homonyme de Neil Gaiman, sorti en 2009.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Coraline est une petite fille qui vient d'emménager avec ses parents dans une immense maison. Toujours débordés par leur travail, ses parents n'ont jamais le temps de s'occuper d'elle. En explorant sa nouvelle maison, Coraline découvre alors l'existence d'une porte conduisant à un monde parallèle, exacte réplique de sa propre vie, mais dans une version cependant nettement plus intrigante et intéressante.

Là-bas, elle fait la rencontre d'étranges personnages personnifiant ses propres parents et voisins mais ayant chacun pour particularité d'avoir des boutons noirs à la place des yeux. Tout semble être mieux dans cet univers pour Coraline, ses parents s'occupent enfin d'elle, ses voisins sont devenus intéressant et divertissant. Cependant, un soir, son « autre mère » et son « autre père » lui proposent de lui faire porter, à son tour, les fameux boutons noirs, avec l’intention de la faire rester chez eux pour toujours. Effrayée, Coraline s'y refuse et décide alors qu'il serait mieux de rentrer chez elle, abandonnant cet univers pour retrouver le sien ; ses « autres parents » comptent néanmoins sur elle pour revenir et rester chez eux à jamais, ce qu'elle n'envisage pas, bien entendu. Elle commence alors à découvrir la réalité qui se cache derrière ce monde de rêve en apparence. Sa rencontre avec les « enfants fantômes » lui permet de comprendre le sort que lui réserve son « autre mère » si elle parvient à lui coudre des boutons à la place des yeux. Elle parvient finalement à s'échapper grâce à la complicité de l' « autre Wybie », une version modifiée d'un de ses voisins de son âge du vrai monde. Hélas, de retour à la maison, elle découvre que ses vrais parents ont disparu. Elle se doit alors de retourner dans l'« autre monde » afin de remettre les choses à leur place.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution (voix)[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Henry Selick avait réalisé L'Étrange Noël de monsieur Jack et James et la Pêche géante produits par Skellington Productions, le studio de Tim Burton. Il n'est donc pas étonnant que l'univers de Coraline présente certaines similitudes avec l'œuvre de ce dernier (les monstres à rayures, les arbres qui se déroulent, les créatures aux doigts fins…).

Comme dans Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, le chat est un fil conducteur. De même on retrouve la « petite porte » pour symboliser le passage entre les deux mondes.

Liens externes[modifier | modifier le code]