San (personnage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San.

San
Personnage de fiction apparaissant dans
Princesse Mononoké.

Cosplay lors de l’Otakon en 2012
Cosplay lors de l’Otakon en 2012

Nom original サン
Alias Princesse Mononoké
Origine Drapeau du Japon Japon
Sexe Féminin
Espèce Humain
Cheveux Auburn
Vert militaire
Yeux Gris
Arme favorite Couteau, lance
Adresse Forêt
Famille Moro (mère adoptive)
Entourage Ashitaka
Ennemi de Dame Eboshi

Créé par Hayao Miyazaki
Voix (ja) Yuriko Ishida
(fr) Virginie Méry
Films Princesse Mononoké
Pièces Princess Mononoke
Première apparition 1997 : Princesse Mononoké
Dernière apparition 2013 : Princess Mononoke
Éditeurs Glénat

San (サン, San?), surnommée la princesse Mononoké (もののけ姫, Mononoke Hime?), est un personnage de fiction du film d'animation japonais Princesse Mononoké réalisé par Hayao Miyazaki.

Création et conception[modifier | modifier le code]

Première idée[modifier | modifier le code]

La création du personnage de San s’est faite vers la fin des années 1970, bien avant le film Princesse Mononoké sorti en 1997. Hayao Miyazaki avait pour objectif un projet basé sur les contes et légendes traditionnels du Japon tout en faisant référence au conte de fée de La Belle et la Bête avec une princesse vivant dans une forêt accompagnée d’une bête sauvage.

Ici, le personnage de San est une jeune fille brune et la bête sauvage est un énorme chat ressemblant à Totoro. Le personnage de San est la fille d’un samouraï et la moins aimée de sa mère. Son père, ayant offensé la bête sauvage, doit livrer de force en mariage sa fille. Afin de la protéger, il vend son âme à un esprit en échange de pouvoirs surnaturels, mais toujours sous le contrôle de l’esprit, il se voit donner sa fille à la bête sauvage. Le personnage de San finit peu à peu par mieux connaître la bête sauvage et à l’aimer.

L’histoire étant trop dramatique, son adaptation à la télévision a été refusée mais a été néanmoins éditée dans un livre en 1983 puis réédité en 1993 par Tokuma Shoten.

Entre-temps[modifier | modifier le code]

En 1988, Miyazaki sort son film Mon voisin Totoro qui inclut comme personnage principal Totoro. Puis en 1991 sort le film La Belle et la Bête des studios Disney basé sur le conte de fée du même nom.

Reprise du projet[modifier | modifier le code]

Lorsque Miyazaki décide de reprendre le projet au début des années 1990, il se retrouve obligé de changer tout le scénario pour deux raisons. D’abord, parce que le personnage que Miyazaki avait en tête pour la bête sauvage (Totoro) a été utilisé dans son précédent film Mon voisin Totoro et ensuite parce que Disney a sorti le film La Belle et la Bête. Miyazaki doit donc renouveler tout le contenu de son film, y compris pour les personnages.

Un croquis préliminaire représente le personnage de San avec une coiffure mis-longue au niveau des épaules et un bandeau sur le front.

Histoire[modifier | modifier le code]

San est née au temps où se déroule l’histoire, pendant l’époque de Muromachi du Japon médiéval, entre le XIVe et XVIe siècle. Lors d’une attaque de son village par des loups, ses parents l’ont abandonnée face aux loups la laissant ainsi alors qu’elle n’était encore qu’un bébé. Ses parents ont ainsi pu prendre la fuite espérant qu’elle allait se faire dévorer. Mais Moro, divinité et chef du clan des loups, en a décidé autrement en recueillant le bébé et en l’élevant comme sa fille. San apparaît ainsi la première fois vers l’âge de 15 ans accompagnée de Moro, sa mère adoptive, et de ses deux frères loup.

La forêt étant peuplée d’animaux gigantesques anthropomorphes ainsi que du dieu cerf, dame Eboshi et ses troupes continuent de dévaster la forêt et d’anéantir tous les animaux afin de rendre la forêt calme et paisible, peuplée de simples animaux. Mais San n’a de cesse que de vouloir protéger les animaux et la forêt, et pour cela tente à maintes reprises de tuer dame Eboshi. Celle-ci en fait de même en essayant de tuer à maintes reprises la Princesse Mononoké, telle qu’a été surnommée San par les humains à cause de son alliance avec les loups.

Elle fait la rencontre par la suite de Ashitaka, un jeune voyageur souhaitant rencontrer le dieu cerf pour qu’il puisse lever la malédiction qui lui ronge le bras et espère que la princesse Mononoké va l’aider dans sa quête. Mais celle-ci, qui dit haïr les humains plus que tout, va petit à petit tomber amoureuse du voyageur. Elle le sauve d'abord de la tribu des shōjō (sorte de yōkai simiesque) qui veulent le récupérer pour le manger (croyant de cette façon obtenir le pouvoir des humains), puis fait en sorte que le dieu cerf vienne pour que celui-ci soigne sa blessure causée non intentionnellement par une femme avec son arquebuse alors qu’il voulait sauver la princesse dans le village des forges.

Lorsque les sangliers menés par Okkoto décident d’affronter les humains, San, accompagné d’un de ses frères, décide de venir en aide aux sangliers, étant ralliée à leurs convictions de vouloir sauver la forêt en menant un combat jusqu’à la mort. Okkoto grièvement blessé, elle fait tout pour le sauver mais il se retrouve rongé par le même démon qui a tué Nago auparavant. San se retrouve prisonnière engluée parmi les démons qui rongent Okkoto mais est sauvée par sa propre mère, Moro, avant que celle-ci ne meure.

Le dieu cerf ayant été décapité par dame Eboshi, elle tente de lui rendre avec Ashitaka sa tête afin de le sauver et de le calmer. Le dieu cerf n’ayant pas survécu et ne pouvant pas pardonner toutes les mauvaises actions des humains, San part continuer à vivre dans la forêt avec ses deux frères tandis qu’Ashitaka reste au village des forges, mais accepte néanmoins de continuer à le voir par le futur.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (octobre 2012). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

Par sa mère adoptive, San a hérité de la férocité de la louve pour sauver son territoire. Elle a aussi gardé la haine pour les humains en général, et pour dame Eboshi en particulier. Elle n’hésitera pas à tenter une opération kamikaze pour l’abattre. De ses ascendances humaines, elle a gardé l’intelligence et l’esprit d’analyse. C’est elle qui guide lors des attaques ses deux frères loups. Malgré tout, elle renie son appartenance à l’espèce humaine : son masque et sa peau de loup, sa partialité et son agressivité mais aussi sa capacité à communiquer avec les animaux, divins ou non, rappellent qu’elle est devenue plus animale qu’humaine.

Elle tombera malgré tout amoureuse d’Ashitaka mais cela ne la fera pas dériver de sa voie : sauver la forêt et le dieu cerf. Elle va quand même mettre en doute ses convictions, et c’est une lutte interne qui se déroule pendant tout le film pour savoir si elle doit protéger son clan qui est tout pour elle ou écouter cet humain qui parle de coexistence pacifique.

C’est bien sûr elle qui est désignée dans le titre. Comme dans les autres films de Miyazaki, le sujet du film apparaît assez tard : ici, on ne la voit qu’à partir de vingt minutes, et elle ne parle réellement qu’à partir de la moitié du film. Ce n’est pas sans rappeler Mon voisin TotoroTotoro n’apparaît qu’au milieu, ou Le Château dans le ciel où le château n’est visible que vers la fin. Elle peut être considérée comme l’héroïne du film. Tous les films de Miyazaki sont organisés autour d’un couple. Celui-ci ne fait pas exception. Malgré tout, on est plus proche de Fio que de Chihiro, mais poussée encore plus à l’extrême. San ne donne presque pas l’impression de fragilité ordinaire des héroïnes : elle est décidée, forte, prête à se sacrifier tout autant que le héros. Malgré les quelque passages où elle apparaît fragile dans les bras d’Ashitaka, elle rebondit aussitôt. À travers elle, passent les deux grands messages du film : l’écologie et le féminisme.

Malgré tout, sa partialité la rend moins forte qu’Ashitaka. Tout comme les sangliers, elle s’est engagée dans un combat et ne peut en sortir, là où Ashitaka reste libre de ses choix.

San ne possède pas de pouvoirs particuliers mais démontre la capacité de communiquer avec les animaux comme elle le fait avec Yakuru[NB 1], la monture d'Ashitaka, ou le troupeau de sangliers[NB 2] qui charge pour attaquer les humains.

Apparition dans les autres médias et produits dérivés[modifier | modifier le code]

En plus du film d’animation Princesse Mononoké de 1997, San apparaît dans l’anime comics du même nom, sorti en 1997 au format tankōbon[1] puis en 2002 au format kanzenban[2] chez Tokuma Shoten ainsi qu’en 2000 en version française chez Glénat[3]. Elle apparaît également dans un artbook sorti en 1997 chez Tokuma Shoten[4] et en 2000 chez Dreamland[5].

Une pièce de théâtre montée par la troupe Whole Hog Theatre en coopération avec le studio Ghibli est sortie en 2013 au New Diorama Theatre de Londres[6].

Le personnage de San, tout comme le film, fait l’objet de produits dérivés. Des figurines à son effigie ainsi qu’à d’autres personnages sont sorties chez Cominica en 1997[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Anime comics japonais (tankōbon)[modifier | modifier le code]

Anime comics japonais (kanzenban)[modifier | modifier le code]

Anime comics français[modifier | modifier le code]

Artbook japonais[modifier | modifier le code]

Artbook français[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]