Pont des Arches (Liège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont des Arches
Le pont et la rive gauche vers l'amont, vus depuis la rive droite.
Le pont et la rive gauche vers l'amont, vus depuis la rive droite.
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Commune Blason de Liège Liège
Coordonnées géographiques 50° 38′ 37″ N, 5° 34′ 44″ E
Fonction
Franchit la Meuse
Fonction Pont routier
Itinéraire N3
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Construction
Mise en service 1947
Architecte(s) Georges Dedoyard
Maître d'ouvrage Ville de Liège
Historique
Anciens noms Souverain-Pont
Pont de la Victoire

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Pont des Arches

Géolocalisation sur la carte : Liège

(Voir situation sur carte : Liège)
Pont des Arches

Le pont des Arches, autrefois Souverain-Pont et pont de la Victoire après la révolution, est un pont de la ville de Liège traversant la Meuse et qui relie le centre au quartier d'Outremeuse en direction d'Aix-la-Chapelle. De nombreuses fois reconstruit depuis un millénaire, il a longtemps été le seul pont de la ville enjambant la Meuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

La légende[modifier | modifier le code]

Le premier pont sur la Meuse aurait été construit par Ogier de Danemarche en 785. Ce pont était en bois et fut emporté par la force des eaux.

Le chroniqueur Jean d'Outremeuse avait écrit vers le XIVe siècle :

« En 1036 au mois de juin eut lieu grande tampeste à Liège qu'il détruisit le grand pont qu'Oger le Danois avait fait faire pour aller en Richallon (c'est-à-dire vers Cornillon) a Donc Renaud (Reginar) fit défoncer (élever) les chaussées de Liège de dix pieds de haut et fit faire le pont de pierre et quand on fit ce grand pont on trouva une fontaine à fond de Meuse et le fit courir sur le pont ce qui fit grand plaisir aux pauvres gens et y demeura tant que les Liégeois commencèrent à vendre de la cervoise (bière) puis après fit faire deux ponts de bois entre le pont des arches et le pont d'Amercœur ces ponts sont ceulx de Saint Nicolas et de Saint Julien »

— Société royale des beaux-arts et de littérature (Ghent) Volume 2 p.466

.

Souverain-Pont[modifier | modifier le code]

En 841, l'évêque Hircaire en fait construire un plus solide qu'on nomma le Souverain-Pont. Probablement en bois, on prétend qu'il allait jusqu'à Cornillon au pied de la colline. Ce pont de bois souvent dégradé par le charriage des glaçons, traversait la Meuse en face de la rue Souverain-Pont et aboutissait dans la rue des Pêcheurs appelée à l'époque Pexheurue[1].

La Vierge du chancelier Rolin de Jan van Eyck, au fond, un des premiers Pont des Arches vers 1430
la Vierge au Chartreux de Jan Van Eyck

Premier pont : Le Vieux-Pont-des-Arches[modifier | modifier le code]

Réginard fait reconstruire ce pont en 1034. De sept arches, construit à l'endroit nommé au XIXe siècle, Vieux-Pont-des-Arches. De la rue du Pont à la chaussée des Prés, il va rester debout près de quatre siècles. C'est probablement celui qui est représenté par Jan van Eyck dans la Vierge du chancelier Rolin

Deuxième pont : Sainte-Barbe et Måle Govienne[modifier | modifier le code]

Emporté de nouveau par les eaux en 1409, un pont de bateau puis de bois provisoire fut installé. Après 22 ans de travaux, le nouveau pont est inauguré le 12 juillet 1446. Il est cet fois édifié dans l'axe de Neuvice De même que le précédent, ce pont fut rapidement couvert de maisons dans toute sa longueur. De plus, on éleva une chapelle dédiée à Sainte-Barbe sur la pile du milieu et une tour appelée Mâle Govienne, fortin flanqué de tourelles et tenu par la compagnie des arbalétriers, sur la seconde pile vers la rive droite. Cette tour fut démolie en 1612, les matériaux servirent à l'édification du pont de Saulcy qui était auparavant en bois. La dépense pour le pont de 1446 s'éleva à la somme de 30 500 florins du Rhin. En 1468, lors du sac de Liège par Charles le Téméraire, les deux arches du milieu sont rompues. On les rétablit en 1479 et, dans l'intervalle on passait au moyen de poutres jetées sur la brèche.

Au grand dam des Liégeois, Robert de la Marck fait dresser entre la chapelle et le corps de garde une porte avec un pont-levis mais dans une séance du Conseil de la Cité le 20 juin 1505, on résolut de démolir la porte et le pont-levis et de les transférer vers le quartier d'Outremeuse devant la tour de l'église Saint-Nicolas, alors charnière entre les rues Entre-deux-Ponts et Puit-en-Sock.

En 1643, le pont est encore renversé par les eaux. Cet épisode est attribué à la pesanteur des maisons qui garnissaient les deux côtés du pont sur toute sa longueur et aux creusement de caves dans les piles du pont.

Troisième pont : La Dardanelle[modifier | modifier le code]

Liège en 1693. En haut à droite, un des anciens ponts des Arches

Reconstruit à partir de 1648, le pont est achevé en 1657. Sur le doubleau qui formait le centre du parapet droit était gravé l'inscription suivante :

IL EST INTERDIT DE BASTIR SVR LE PONT PERMIS A VN CHACVN DE S Y OPPOSER ET DEMOLIR SELON L ARTICLE FINAL DES MOYENS ESTABLIS POVR LA STRVCTVRE PAR LES SS BOVRGEMRES FOVLLON ET BEECKMAN L AN 1655

Cette défense était motivée par la chute du pont précédent dont les piles avaient été creusées pour servir de caves aux maisons dont les deux côtés étaient surchargés jusqu'à la chapelle Sainte-Barbe bâtie sur la pile centrale. Le doubleau servit de base à une pierre monumentale placée le et surmontée le même jour d'un crucifix en bronze grandeur nature, œuvre du sculpteur Jean Del Cour qui orne aujourd'hui le portail nord de la cathédrale Saint-Paul.

En dessous, on voyait les armes des bourgmestres Henri de Curtius et Pierre de Simonis et le chronogramme suivant qui donne la date 1663 LEGI E CIVES IesVM ADOIUTE. Les bourgmestres régents des années 1651, 1654, 1655, 1656 et 1657 y firent aussi graver leurs armes[2].

Six rosaces encadraient la pierre et un cadran solaire était également placé derrière celle-ci[3].

Pendant la nuit qui suivit l'érection de cette pierre quelques plaisants y affichèrent un placard portant que :

Les Liegeois faisaient pire que les juifs lesquels s'étaient contentez d'enlever notre Seigneur J.C. entre deux larrons mais que les Liégeois l'avaient eslevé en croix entre 12 larrons. Tels reputaient ils les bourgmestres représentez par leurs noms et armes taillez dans la ditte pierre.

Donc, hormis la chapelle Sainte-Barbe, toute construction sur le pont est interdite. Cela dit, en 1684, le prince-évêque Maximilien Henri de Bavière fit élevé au milieu du pont une tour armée de 8 canons pour empêcher la circulation en cas de troubles entre les deux parties de la ville séparées par la Meuse. Le crucifix fut placé au sommet de ce fortin qui reçut le nom de Dardanelle. Au-dessus de la porte du côté de la rive gauche on lisait le chronogramme suivant[4] :

DIsCIte paCate sVb prInCIpe VIVere CIVes seDItIo poenIs nVLLa Carere soLet
Liège Vers 1830. De la Rue-du-Pont à la Chaussée-des-Prés, par Paul Lauters
Le pont des Arches à Liège vers 1872, vu de La Batte
Le pont détruit en 1914

Pont de la Victoire[modifier | modifier le code]

Le , on commença à démolir la Dardanelle à une heure après midi on y travailla les dimanches et fêtes jusqu'au 15 avril. Le crucifix reprit sa première place le , il y resta jusqu'au époque à laquelle il fut mis à la disposition de l'administration du département de l'Ourte[5] pour servir de modèle à l'école de dessin.

Lors de la seconde entrée des Français commandés par le général Hatry le mercredi le pont fut pris d'assaut sur les Autrichiens qui le défendaient. Finalement les Autrichiens se replièrent à la Chartreuse. En souvenir de cette action on lui donna le nom de Pont de la Victoire le après une cérémonie commémorative qu'on y célébra désormais tous les ans pour rappeler le souvenir de la défaite des Autrichiens. Enfin le la pierre érigée en 1663 fut remplacée par une dalle en marbre noir sur laquelle on grava cette inscription en lettres dorées :

PONT DE LA VICTOIRE ICI LES LIÉGEOIS ONT VU BRISER LEURS FERS NEUF THERMIDOR AN II DE LA RÉPUBLIQUE UNE ET INDIVISIBLE

Après la chute de l'Empire l'inscription de 1797 disparut et le pont reprit le nom de Pont des Arches.

Quatrième pont : Création de la rue Léopold[modifier | modifier le code]

De 1860 - 1914 : un quatrième pont des Arches est inauguré en 1860, la rue Léopold est percée dans le même axe en 1876. Le pont est détruit le par les troupes du génie pour freiner l'avancée des troupes allemandes.

Cinquième pont : Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Un pont de bateaux est construit par les Allemands ; une passerelle provisoire lui succède de 1919 à 1928. En 1930, l'avant-dernier pont des Arches est construit à partir de 1928 et inauguré pour l'exposition internationale de 1930. Il est dynamité en mai 1940, pour freiner l'avancée des troupes allemandes et remplacé par une passerelle provisoire jusqu'en 1947.

Article détaillé : Anciens ponts de Liège.
Pont des Arches en 2008, devant la Cité administrative (construit en 1947, architecte Georges Dedoyard)

Pont actuel[modifier | modifier le code]

Le pont actuel, le sixième, est achevé en 1947 sur des plans de l'architecte Georges Dedoyard.

Sculptures[modifier | modifier le code]

Lors de sa reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, le pont des Arches fait l'objet d'un vaste programme décoratif, auquel participent plusieurs artistes.

Statuaire[modifier | modifier le code]

Les piles sont décorées de quatre statues :

Bas-reliefs[modifier | modifier le code]

Sur la rive gauche, des reliefs évoquent les sciences et techniques:

  • Les travaux du pont, 1948, sculpteur Ernest Stroobants
  • L'Art et la Technique, 1947, sculpteur Robert Massart (1892-1955)

Sur la rive droite, des reliefs en petit granit de Sprimont évoquent le folklore et les traditions mosanes. Ces deux reliefs sont restaurés en 2018[6] :

Rues et quais adjacents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Actuelle rue Capitaine
  2. Il y eut interruption des travaux en 1652 et 1653.
  3. Catalogue descriptif de Musée Provincial de Liège, p. 46-47 n° 67, pierre A. B. C.
  4. Ulysse Capitaine, « Le dernier chroniqueur liégeois. J.-B. Mouhin », Bulletin de l'institut archéologique liégeois, Liège, t. II,‎ , p. 153 (ISSN 0776-1260, lire en ligne)
  5. Le département de l'Ourte s'écrivait sans h
  6. B.H., « Ces deux monuments sont restaurés et prêts pour le 15 Août », sur https://www.lavenir.net, (consulté le 8 août 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]