Warcq (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Warcq.

Warcq
Warcq (Ardennes)
Blason de Warcq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Charleville-Mézières-1
Intercommunalité Ardenne Métropole
Maire
Mandat
Bernard Pierquin
2014-2020
Code postal 08000
Code commune 08497
Démographie
Population
municipale
1 281 hab. (2016 en diminution de 2,95 % par rapport à 2011)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 14″ nord, 4° 40′ 53″ est
Superficie 9,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Warcq

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Warcq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Warcq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Warcq

Warcq est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Damouzy Rose des vents
Belval N Charleville-Mézières
O    Warcq    E
S
Fagnon Warnécourt Prix-lès-Mézières

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Warcq vient du latin varectum, qui signifie une terre non encore défrichée. Ce village est très ancien : Hatton, évêque de Verdun, fondateur d'Hattonchâtel, qui a siégé de 847 à 870, enrichit son église de la ville de Valacram, Walacre, ou Warcq[1]. La ville de Guéret tire également son nom de varectum, qui est une déformation du supin vervactum, du verbe vervago[2]: labourer pour la première fois.

Warcq (1793), Warq (1801).[pas clair]

Histoire[modifier | modifier le code]

À Warcq, sur les bords de la Meuse, les archéologues ont découvert les vestiges d'un pont sous la forme d'une poutre de 7 m, disposée sur les pierres calcaires d'un gué, calée[Quoi ?] par des pieux et des pierres. La poutre taillée par des encoches était un élément d'un pont. Sa date d'abattage, de 176 ans av. J.-C., révélée par des examens dendrochronologiques, en fait le plus vieux pont d'Europe de l'époque celtique[3].

Une tombe à char, sépulture aristocratique gauloise, a été découverte en 2014 à Warcq[4]. Cette découverte est rare par la richesse de son mobilier, quatre chevaux, objets décorés à la feuille d'or... Des thermes gallo-romains ont été découverts durant l'été 2017.

À cheval sur les territoires de Prix-lès-Mézières et Warcq se trouvait au Xe siècle le village de Guilloy (latin : Equilidium) et son église dédiée à saint Hilaire. Guilloy était le point d’aboutissement d'une voie romaine de Reims à la Meuse. Le seigneur de Guilloy était Otton ou Othon. C’est lui qui a fait construire un château à Warcq et de ce fait est le fondateur de la ville de Warcq[5],[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1875 Brice[7]    
1947 1980 Lucien Pierquin DVD Expert-comptable
1980 2001 Luc Pierquin DVD  
mars 2001 En cours Bernard Pierquin[8] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 1 281 habitants[Note 1], en diminution de 2,95 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
389397430538588655646701688
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
7687997988909139358819161 010
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 0621 0381 0341 2261 1951 1501 2141 4321 490
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - -
1 4181 3761 5281 4491 3511 3201 281--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Warcq

Les armes de Warcq se blasonnent ainsi :

de gueules à la lettre W capitale d’or surmontée de deux râteaux démanchés du même[13].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Tombe à char[15] comparable à celles de Vix et de Lavau est découverte en 2014 lors de la fouille d'une villa gallo-romaine découverte à l'occasion du chantier de l'autoroute A304.
  • Thermes gallo-romains : ces thermes ont été découverts là encore lors d'une fouille préventive réalisée en juillet 2017, par la cellule d'archéologie du Conseil Départemental des Ardennes, sur le projet d'un futur raccordement entre l’autoroute A304 et à la Route Nationale 43[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. E. Henriquet, H. Renaudin, Gêographie historique, statistique et administrative du département de la Meuse, (lire en ligne), page 315
  2. https://fr.wiktionary.org/wiki/vervago
  3. Alain Patrolin, Traces, strates: archéologie en Champagne-Ardenne, Éditions Castor et Pollux, , 179 p. (ISBN 2-912756-33-2), p. 82
  4. http://www.franceculture.fr/emission-le-salon-noir-decouverte-d-une-tombe-aristocratique-gauloise-la-tombe-a-char-de-warcq-arden
  5. Annales civiles et religieuses d'Yvois-Carignan et de Mouzon, Volume 25, Charles Joseph Delahaut, 1822, pg 420
  6. Histoire ecclésiastique et civile du diocèse de Laon, et de tout le pays contenu entre l’Oise et la Meuse, l’Aisne et la Sambre, Nicolas Le Long, 1783,pg. 49.
  7. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1876, p197.
  8. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Banque du Blason
  14. Notice no PA00078547, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. La sépulture aristocratique de Warcq : Une exceptionnelle tombe à char gauloise
  16. « Thermes gallo-romains à Warcq », sur Fondation du patrimoine
  17. « Les thermes gallo-romains de Warcq », sur Conseil Départemental des Ardennes (consulté le 18 avril 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]