Consenvoye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Consenvoye
Consenvoye
Le village de Consenvoye.
Blason de Consenvoye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Intercommunalité Communauté de communes Argonne-Meuse
Maire
Mandat
André Dormois
2020-2026
Code postal 55110
Code commune 55124
Démographie
Population
municipale
307 hab. (2017 en augmentation de 1,66 % par rapport à 2012)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 16″ nord, 5° 17′ 12″ est
Altitude Min. 179 m
Max. 382 m
Superficie 15,85 km2
Élections
Départementales Canton de Clermont-en-Argonne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Consenvoye
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Consenvoye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Consenvoye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Consenvoye
Liens
Site web consenvoye.fr

Consenvoye est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Consenvoye est un village de la vallée de la Meuse : son territoire est traversé à la fois par la Meuse et par le canal de l'Est, qui jouent un grand rôle dans la vie de ses habitants. Aucun relief particulier n'est à relever dans le village.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village de Consenvoye tire ses origines, dès le vie siècle, d'un gué sur la Meuse[1]. On peut en effet deviner le terme voie dans la dernière syllabe de ce nom, « voye » : cela renverrait donc à ce gué, à ce passage sur un fleuve. Cependant, la partie « consen » pose plus de problèmes, car elle ne semble avoir aucun rapport avec le cours d'eau réel sur lequel cette « voie » aurait été créée : le nom latin de la Meuse était Mosa. Pour comprendre la signification globale du nom, il faut comparer avec ce qui existe ailleurs : Cons-la-Grandville en Meurthe-et-Moselle ou Cons-Sainte-Colombe en Haute-Savoie. Le nom Cons (prononcer "consse") est à rapprocher de Comps, nom de localité qu'on retrouve dans le Var, dans le Gard et en Gironde, et qui représente probablement l'ablatif pluriel combis, issu du mot latin d'origine gauloise comba ou cumba, qui a donné en français le nom Combe et ses dérivés : la « combe » est une dépression en forme de vallée étroite et profonde[2]. Ainsi, Consenvoye désigne sans doute un passage à travers une vallée étroite, ce qui est tout à fait en adéquation avec l'idée d'un gué sur un fleuve, en l'occurrence la Meuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Consenvoye est situé sur la voie romaine historique allant de Reims à Aix-la-Chapelle.

Durant des siècles, le seul seigneur de Consenvoye est le chapitre de la cathédrale de Verdun et ses chanoines.

En tant que lieu de passage (voir la section « Toponymie »), Consenvoye constitue un lieu stratégique, et du fait de sa localisation au nord-est de la France, il « a connu toutes les guerres et les occupations : guerre de Trente ans, 1814, 1870... »[1]. Malgré cette position stratégique, le village n'est jamais très peuplé (voir la section « Population et société ») : « En 1911, le village compte 562 habitants et vit quasiment en autarcie ; toutes les professions y sont représentées. »[1] Et c'est surtout dans la Grande Guerre que le village connaît ses plus douloureux moments.

Consenvoye dans la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La commune, un temps située sur la ligne de front, est très touchée par la Première Guerre mondiale. En septembre 1914, le 165e RI doit reculer sur Consenvoye : dès le 1er septembre, le village est pris par les Allemands ; l'occupation de Consenvoye dure les quatre années de la guerre, et les occupants vident totalement la commune de ses habitants. Des cartes postales de campagne allemandes représentent le village occupé par les soldats : on les voit faire la queue devant l'épicerie.[1]

Consenvoye occupé par les Allemands. Carte postale de campagne allemande. Collection S. Gauthier.

La ligne de front passe entre Brabant-sur-Meuse et Consenvoye. Les Allemands investissent fortement le bois de Consenvoye et la ferme de Molleville, située à proximité, celle-ci servant d'infirmerie, de cimetière et de dépôt de charbon de bois. De nombreuses positions d'artillerie sont installées sur les hauteurs qui dominent le village. Cette artillerie participe à l'offensive sur Verdun le 21 février 1916[1].

Vers le 20 décembre 1914, depuis le bois d'Haumont situé à proximité du village, les troupes françaises des 56e et 59ème Bataillons de Chasseurs à Pied du lieutenant-colonel Driant viennent prendre puis occuper la Corne sud-est du bois de Consenvoye jusqu'à l'été 1915, puis sont relevées par le 165e Régiment d'Infanterie. C'est dans ce même bois que, en juin 1916, le roi Louis III de Bavière rend visite à ses troupes.[1]

Le 8 octobre 1918, les Américains de la 33e Division, en particulier le 132e régiment d'infanterie, libèrent le village de Consenvoye[1].

Consenvoye après la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Croix de Guerre 1914-1948

Consenvoye est une des communes de la Zone rouge, dont les séquelles sont rapidement traitées pour y rendre le sol à l'agriculture. Consenvoye, qui a été détruit dans sa quasi-totalité pendant le conflit et qui est à reconstruire en 1918, fait partie des villes ayant été décorées de la Croix de Guerre 1914-1918 : il est officiellement décoré pour son sacrifice le [1].

Après la Première Guerre mondiale, une nécropole militaire allemande est créée à Consenvoye. Elle accueille les dépouilles de 11 148 soldats allemands et 62 soldats austro-hongrois tués au cours des combats ayant eu lieu entre Verdun et Stenay, sur les deux rives de la Meuse, dont les restes proviennent de cimetières alors relevés, comme de tombes isolées. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les soldats allemands œuvrent à leur tour pour regrouper dans cette nécropole leurs défunts de la Grande Guerre[1].

A été notamment installée, après la guerre, la première porcherie industrielle de France, sur le domaine de Molleville (cette porcherie est toutefois d'une taille très modeste, comparée à celles qui sont créées à la fin du XXe siècle dans ce pays). Le troupeau composé de truies et verrats de race Yorkshire Large White est importé d'Angleterre, par autorisation ministérielle, au mois d'août 1927.

Le , François Mitterrand et Helmut Kohl se recueillent dans le cimetière militaire allemand de Consenvoye à l'occasion des rencontres en faveur de la réconciliation franco-allemande sur le champ de bataille de Verdun.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2001 Michel Lenindre CPNT  
mars 2001 mars 2008 Françoise Logette DVG  
mars 2008 En cours André Dormois [3]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVD Ancien cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2017, la commune comptait 307 habitants[Note 1], en augmentation de 1,66 % par rapport à 2012 (Meuse : -2,91 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
647691698644855848894840850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
710704671646666660613600589
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
594573562342424458400356403
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
406364310280280286284284302
2017 - - - - - - - -
307--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Port de plaisance de Consenvoye.

Le village abrite un port de plaisance sur le bord de la Meuse, fréquenté par de nombreux plaisanciers français et étrangers pendant l'été. Ils peuvent trouver plusieurs services dans la commune durant leur séjour : un bar-restaurant, une station-service, des chambres d'hôtes et une agence postale.

Le camping du village « Les Ilys Hauts » a récemment été distingué par une deuxième étoile. Des emplacements pour les camping-cars sont également présents.

L'ancienne gare de Consenvoye (présente sur la commune de Forges-sur-Meuse) accueille depuis quelques années une activité touristique originale : le vélo-rail. Il s'agit de draisines sur rails que les touristes peuvent utiliser sur un parcours de 4 km le long de la vallée de la Meuse. C'est une activité idéale pour tous les amoureux de la nature.

D'un point de vue économique, la commune abrite un silo de le coopérative agricole régionale EMC2 qui gère la récolte des céréales pour tous les villages avoisinants.

Enfin, le centre de secours de Consenvoye gère les interventions de pompiers pour les communes environnantes.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Assomption de Consenvoye est classée au titre des monuments historiques depuis 1921[8].
    Église de Consenvoye.
  • Le cimetière de Consenvoye est classé au titre des monuments historiques depuis 1932[9].
    Cimetière de Consenvoye.
  • Le cimetière militaire allemand de Consenvoye rassemble 11 146 corps, dont 2 537 en ossuaire, sur les 60 000 tombes allemandes des 30 nécropoles de la Meuse[10].
    Cimetière militaire allemand.
  • L'ancienne mairie, située dans la rue de la Bourgogne, qui accueille également un groupe scolaire comme cela se fait souvent dans les petits villages de France.
    Ancienne mairie et groupe scolaire de Consenvoye, avec le monument aux morts devant.
  • La mairie actuelle, située près de l'église, et qui accueille aussi le bureau de poste.
  • Mairie et bureau de poste de Consenvoye, près de l'église.

  • La place du village, située de l'autre côté de la rue par rapport à la mairie.

Maison familiale de Consenvoye, reconstruite dans les années 1920, sise au 8, rue de la Bourgogne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Consenvoye Blason
D'or à deux portes d'écluses entrouvertes de sable, sur un canal d'azur ondé d'argent mouvant de la pointe, accompagnées en chef d'une foi alésée d'argent, parée de sable.
Détails
Création Dominique Larcher et Dominique Lacorde, adoptée par la commune en décembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Panneau d'informations situé dans le village même.
  2. Marie-Thérèse Morlet, Dictionnaire étymologique des noms de famille, Librairie Académique Perrin, , 1042 p. (ISBN 2-262-01350-0), pp. 237, 235 et 233.
  3. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. « Notice n°PA00106517 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Notice n°PA00106516 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. [1]