Pouilly-sur-Meuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pouilly-sur-Meuse
Pouilly-sur-Meuse
L'église Saint-Martin.
Blason de Pouilly-sur-Meuse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Stenay et du Val Dunois
Maire
Mandat
Dominique Tramecourt
2020-2026
Code postal 55700
Code commune 55408
Démographie
Population
municipale
173 hab. (2019 en diminution de 13,07 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 32′ 27″ nord, 5° 06′ 34″ est
Altitude Min. 158 m
Max. 276 m
Superficie 11,83 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Stenay
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Meuse

Pouilly-sur-Meuse est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pouilly-sur-Meuse
Mouzon
(dans les Ardennes)
Autréville-Saint-Lambert
Létanne
(dans les Ardennes)
Pouilly-sur-Meuse Inor
Laneuville-sur-Meuse Luzy-Saint-Martin

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pouilly-sur-Meuse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (73,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,5 %), prairies (26,3 %), forêts (24,1 %), zones urbanisées (2,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

D'origine chevaleresque, il est admis que la famille de Pouilly, (Pouilly-sur-Meuse, France) a pour ancêtre commun Aubertin V, dit le Vieux, mort en 1441, lui-même descendant de la famille d’Ardenne dont il conserva les armes. Sa descendance se répartit en deux branches. L'aînée qui, après le mariage d’Henri (1454 – 1555) avec Jeanne de Grandpré, fit souche à Cornay (Champagne, France), la seconde, dite d'Inor (Lorraine, France) s'est largement développée sur la rive droite de la Meuse d'Inor à Louppy.

La branche aînée de Cornay vit sa terre élevée en baronnie par Louis XII en 1508 et ne cessa de servir la France par les armes, sous tous les régimes qui se sont succédé. Parmi les personnages marquants, on peut citer :

  • Henri, combattant des guerres d'Italie avec Charles VIII et chambellan de François Ier,
  • Louis II, compagnon de guerre d'Henri IV
  • César, tué à Turckheim à la tête de la cavalerie de Turenne,
  • Jean, gouverneur de Mézières (fait marquis de Lançon par Louis XIV).
  • Plus récemment, Henri (1905 – 2002), général de corps d’armée, chef-d'état-major de la 1re DB de Belfort à Ulm en 1945, assuma ensuite des commandements en Indochine et en Algérie ; son fils Jean, jeune officier, a été tué en Algérie en 1957.

La branche cadette, marquée également par le métier des armes, est restée fidèle aux ducs de Lorraine ; elle compta en particulier sept gouverneurs de Stenay dont le plus connu, Simon de Pouilly, occupa la charge de maréchal du Barrois et fut le proche conseiller du duc Charles IV. Cette branche donna naissance aux Mensdorff-Pouilly, émigrés à la Révolution, qui s’exilèrent dans le village de Mensdorff au Luxembourg, dont ils prirent le nom et exercèrent par la suite de hautes responsabilités dans l’empire austro-hongrois. Emanuel Comte de Mensdorff-Pouilly, général dans l'armée Autrichienne, se maria avec la princesse Sophie de Saxe-Cobourg-Saalfeld, sœur du roi Léopold Ier de Belgique, tante de la reine Victoria de Grand-Bretagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 ? Jean Guichard    
mars 2001 mai 2020 Daniel Guichard   Retraité
Président de la Communauté de communes
mai 2020 En cours Dominique Tramecourt [8]   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2019, la commune comptait 173 habitants[Note 2], en diminution de 13,07 % par rapport à 2013 (Meuse : −4,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
543585616595777768800738657
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
575600553514509503476470417
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
411390316310284251261218232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
231221219169162182184187210
2015 2019 - - - - - - -
183173-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (32,4 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,3 % la même année, alors qu'il est de 29,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 91 hommes pour 85 femmes, soit un taux de 51,7 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (49,51 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,3 
90 ou +
0,0 
5,7 
75-89 ans
14,5 
25,0 
60-74 ans
19,3 
15,9 
45-59 ans
24,1 
13,6 
30-44 ans
13,3 
15,9 
15-29 ans
15,7 
21,6 
0-14 ans
13,3 
Pyramide des âges du département de la Meuse en 2018 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
7,3 
75-89 ans
10,9 
18,8 
60-74 ans
19,3 
21,1 
45-59 ans
20,2 
17,8 
30-44 ans
16,9 
16,8 
15-29 ans
14,1 
17,5 
0-14 ans
16,5 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Baron de Pouilly et du Chauffour, comte de Roussy, seigneur de Mensdorff, de Lombut, de Messaincourt etc... Député de la noblesse aux Etâts généraux de 1789.
  • Comte Emmanuel de Mensdorff-Pouilly (1777-1852), fils du précèdent, Général dans l'armée Autrichienne.
  • Alexandre, comte de Mensdorff-Pouilly prince de Dietrichstein zu Nickolsburg (1813-1871), fils du précèdent, ministre des Affaires Etrangères de l'Empereur François-Joseph Ier. Ministre-président d'Autriche.
  • Comte Albert de Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein (1861-1945) fils du précèdent, ambassadeur d'Autriche en Grande-Bretagne. Il a joué un rôle diplomatique important pendant la Ière guerre mondiale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pouilly-sur-Meuse Blason
D'argent au lion d'azur, armé, lampassé et couronné d'or[19].
Détails
Pouilly a donné son nom à une maison originaire d'Allemagne, d'anciens comtes fort illustres qui portaient : d'argent au lion d'azur armé et lampassé de gueules[20]. Et pour devise : Fortitudine et caritate[20].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  13. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Pouilly-sur-Meuse (55408) », (consulté le ).
  14. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Meuse (55) », (consulté le ).
  15. Bimbenet-Privat M, Le trésor de Puilly-sur-Meuse, Dossier de l'art n°178, octobre 2010, p81-82
  16. Avis no 2009-02 de la Commission consultative des trésors nationaux, JORF no 111 du 14 mai 2009, p. 8124, texte no 106, NOR MCCF0908620V, sur Légifrance.
  17. Arrêté du 27 avril 2009 refusant le certificat prévu à l'article L. 111-2 du code du patrimoine, JORF no 111 du 14 mai 2009, p. 8074, texte no 35, NOR MCCF0908623A, sur Légifrance.
  18. « La Grange monastique », notice no PA00106699, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=5480
  20. a et b Félix Liénard, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, 1872