Val-de-Meuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Val-de-Meuse
L’église de Lénizeul.
L’église de Lénizeul.
Blason de Val-de-Meuse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Arrondissement de Langres
Canton Bourbonne-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes du Bassigny
Maire
Mandat
Romary Didier
2014-2020
Code postal 52140, 52240
Code commune 52332
Démographie
Population
municipale
1 909 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 01″ nord, 5° 29′ 48″ est
Altitude Min. 308 m
Max. 458 m
Superficie 92,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Val-de-Meuse

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Val-de-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Val-de-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Val-de-Meuse

Val-de-Meuse est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l'origine, la commune portait le nom de Montigny-le-Roi.
La Révolution française la débaptisa en Montigny-Source-Meuse, nom qu'elle conserva par la suite[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1966, la commune, alors peuplée de 783 habitants[2] absorbe celle voisine de Meuse elle-même peuplée de 164 habitants[2].
En 1972, la commune, alors peuplée de 932 habitants[3], absorbe les communes d'Avrecourt (180 habitants[3]), Épinant (124 habitants[3]), Lécourt (114 habitants[3]), Maulain (134 habitants[3]), Provenchères-sur-Meuse (302 habitants[3]), Ravennefontaines (84 habitants[3]), Recourt (108 habitants[3]) et Saulxures (158 habitants[3]) et prend le nom de Le Val-de-Meuse[1].
En 1974, la commune de Lénizeul peuplée de 144 habitants[3] est absorbée à son tour et le nom actuel de Val-de-Meuse, sans article, est adopté[1].

Au 1er janvier 2012, les communes d'Avrecourt et de Saulxures défusionnent et reprennent leur autonomie.

Le 29 octobre 1870, Le ballon monté Colonel Charras s'envole de la Gare du Nord à Paris alors assiégé par les Prussiens et termine sa course à Montigny-le-Roi après avoir parcouru 308 kilomètres[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Val-de-Meuse

Les armes de Val-de-Meuse se blasonnent ainsi :

D'azur, à la muraille mouvant de la pointe, donjonnée et crénelée d’argent, ouverte et maçonnée de sable, portant un écusson parti au premier mi-parti de gueules aux chaînes d’or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d’une émeraude au naturel et au second d’azur à la bande d’argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d’or. Le premier mi-parti est de Navarre et le second de Champagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? 1977 Ange Etienne   Pharmacien
1977 mars 2001 Jean-Pierre Bernard UDF-DL Médecin
mars 2001 mars 2008 Maryse Wanham-Fäh SE Secrétaire
2008 2012 Gérard Didier DVD Agriculteur, conseiller général de 2001 à 2008
2012 en cours Romary Didier DVD Professeur

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Lierneux, en Belgique.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 909 habitants, en diminution de -11,95 % par rapport à 2009 (Haute-Marne : -2,51 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 021 1 061 1 096 1 103 1 278 1 283 1 267 1 305 1 338
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 203 1 199 1 180 1 142 1 155 1 110 1 105 1 091 1 036
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
987 976 1 019 830 909 901 955 890 757
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
783 932 2 200 2 148 2 167 2 211 2 173 1 929 1 909
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • l'école ménagère (1912-1973) a reçu en internat les filles du milieu rural haut-marnais pour les former.
  • la FEB (fédération des éleveurs du Bassigny) est un groupement d'éleveurs créé par Léon Mougeot en 1907 à Montigny. L'association favorise l'élevage du cheval ardennais et de la race bovine tachetée. Chaque année, fin septembre, la FEB organise encore une foire et un concours d'élevage qui reçoit des milliers de visiteurs.
  • Autrefois... La région de Montigny à Bourbonne de Bernard Sanrey raconte l'histoire de Montigny et des environs.
  • Nestor FM 80, la web radio de Montigny-le-Roi.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un point de la commune est à l'intersection des trois bassins versants, ceux du Rhône, de la Seine et de la Meuse. Le point de partage des eaux entre la mer du Nord, la Manche et la mer Méditerranée se trouve dans l'ancienne commune de Récourt, tout au sud, au lieu-dit les Marchais, sur le chemin de Falouande. Ses coordonnées sont 05° 30' 17" de longitude est et 47° 56' 29" de latitude nord.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. a et b Recensement de 1962.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Recensement de 1968.
  4. Ballon N° 23 : « Le Colonel-Charras »
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .