Mouzon (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouzon.
Mouzon
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Blason de Mouzon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Sedan
Canton Carignan
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Cantons
Maire
Mandat
Gérard Renwez
2014-2020
Code postal 08210
Code commune 08311
Démographie
Population
municipale
2 245 hab. (2012)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 25″ N 5° 04′ 30″ E / 49.6069, 5.07549° 36′ 25″ Nord 5° 04′ 30″ Est / 49.6069, 5.075  
Altitude Min. 154 m – Max. 333 m
Superficie 34,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Mouzon

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Mouzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mouzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mouzon

Mouzon est une commune française située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à la croisée de la Meuse et de l’ancienne voie romaine qui va de Reims à Trèves. La rivière Yoncq se jette dans la Meuse sur le territoire communal.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville est d'origine celtique et signifie « le marché de la Meuse » (Moso-magus)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'âge du fer (-800 ans avant J.C.) puis à l'époque celtique (-600), un espace dédié aux cérémonies religieuses y était établi, un peu en hauteur et à l'extérieur de la ville actuelle[2]. Ce sanctuaire était à proximité de la frontière entre les peuples Gaulois des Rèmes et des Trévires[3]. A l'époque gallo-romaine, ce site (dit du Flavier) continue à être utilisé, avec une cella en dur de 17 m2 à l'emplacement de la construction primitive. Deux espaces pavés sont construits ultérieurement. Au IIe siècle,un temple plus vaste est édifié. Un charnier atteste de l'immolation d'animaux[4]. Après le partage de 843, c'est une ville d'empire mais elle dépend de l'Evéché de Reims pour le spirituel et le temporel. Jusqu'au XIIe siècle ce Castrum est le second siège des évêques et est le lieu de synodes mais surtout de rencontres : entre Robert II et Henri II en 1023, entre Calixte II et Henri V en 1119, entre Philippe-Auguste et Frédéric Barberousse en 1187.

L'abbaye sainte-Vanne de Verdun avait obtenude l'empereur Henri II de frapper monnaie à Mouzon, l'archevêque Ebles la rattachait à la monnaie de Reims. La charte de Beaumont en Argonne de 1182[5] marque un nouvel essort de la ville.

La ville a été assiégée par les troupes royales lors de la Fronde en 1652[6]. Elle est à nouveau assiégée l’année suivante, pour tomber le 1er octobre 1653[7].

Décoration française[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Jean Saliou PS Conseiller général
 ?  ? Robert Legris UDF Conseiller général
  2008 Michel Vicq UDF Conseiller général
mars 2008 en cours Gérard Renwez[8] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 2 245 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 800 2 152 2 061 2 263 2 320 2 528 2 641 2 388 2 390
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
2 288 2 106 1 985 1 887 1 846 1 746 1 750 1 594 1 726
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 702 1 501 1 783 1 753 1 834 1 533 2 057 2 582 3 272
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012 -
3 232 2 986 2 637 2 616 2 554 2 516 2 330 2 245 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mouzon abrite un ensemble architectural des XIIIe et XVIIe siècles, comprenant  :

En hauteur, à quelques distances de la ville, on trouve également :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Mouzon (Ardennes).svg

Les armoiries de Mouzon se blasonnent ainsi :

D’argent au château de trois tours de gueules, celle du milieu donjonnée et couverte, ouverte du champ et ajourée de sable, les deux autres tours sommées chacune d’un étendard d’azur semé de fleurs de lys d’or, ouvertes et ajourées aussi de sable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Loicq, « Avant le latin, la Gaule Belgique », dans Daniel Blampain et al. (dir.) Le Français en Belgique, Duculot, Bruxelles, 1997, p. 8.
  2. Alain Patrolin, Traces, strates: archéologie en Champagne-Ardenne, Éditions Castor et Pollux,‎ , 179 p. (ISBN 2-912756-33-2), p. 76
  3. Pierre Congar, « Les fouilles gallo-romaines de Flavier à Mouzon. Campagne de 1970. », Revue Historique Ardennaise, no 5,‎ , p. 1
  4. Alain Patrolin, Traces, strates: archéologie en Champagne-Ardenne, Éditions Castor et Pollux,‎ , 179 p. (ISBN 2-912756-33-2), p. 124
  5. La charte de Beaumont et les franchises municipales entre Loire et Rhin, Actes du colloque de Nancy II de 1982, Nancy 1988.
  6. Martin Barros, Nicole Salat et Thierry Sarmant. Vauban - L’intelligence du territoire. Éditions Nicolas Chaudun et Service historique de l'armée, Paris, 2006. Préface de Jean Nouvel. 175 p, ISBN 2-35039-028-4, p. 166.
  7. Anne Blanchard, « Louis Nicolas de Clerville», in Actes du colloque « Vauban et ses successeurs dans les ports du Ponant et du Levant », Brest, 16-19 mai 1993, publié dans Vauban et ses successeurs dans les ports du Ponant et du Levant, Paris : Association Vauban, 2000, p. 122 (également publié dans Les cahiers de Montpellier no 38, tome II/1998, Histoire et Défense, Université Paul-Valéry)
  8. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  11. « Notice no PA00078471 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Notice no PA00078472 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Notice no PA00078475 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no PA00078473 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Notice no PA00078476 », base Mérimée, ministère français de la Culture