Samogneux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samogneux
Le village.
Le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Belleville-sur-Meuse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Verdun
Maire
Mandat
Jean-Marie Addenet
2014-2020
Code postal 55100
Code commune 55468
Démographie
Population
municipale
93 hab. (2015 en augmentation de 22,37 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 20″ nord, 5° 20′ 20″ est
Altitude Min. 181 m
Max. 318 m
Superficie 6,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Samogneux

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Samogneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Samogneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Samogneux

Samogneux est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

— Castamonæ ecclesia, 962 (cart. de Saint-Vanne). — Septimum molum, Xe siècle (polypt. de Reims) ; 1049, 1060, 1061 (cart. de Saint-Vanne). — In Septimo loco, 1047 (cart. de Saint-Vanne). — Samongeia, 1049 (bulle de Léon IX). — Septimimium, xiie siècle (Laurent de Liége). — Samougnueiz, 1228 (cart. de la cathédr.). — Samougnuez, 1228, 1229, 1262, 1264, 1267 (cart. de la cathédr.). — Samougnuel, 1232 (chap. de Verdun, lay. Haumont). — Samougnues, 1251 (cart. de la cathédr.). — Samougnueis, 1273 (cart. de la cathédr.). — A la maladrerie ensous Samognues, 1269 (cart. de la cathédr. p. 145). — Molendinum de Sammoignois, 1271 (nécrologe). — Septumacum, 1502 (lettres de l'emp. Maximilien Ier). — Samougneulx, Samogneum, 1642 (Mâchon). — Samognieux, 1681 (hôt. de ville de Verdun, 29. L. 30 bis) ; 1744 (hosp. Sainte-Catherine, B. 1). — Septimum-Niolum, 1738 (pouillé). — Saumogneux, 1738 (hosp. Sainte-Cather. B. 1). — Samoigneux, 1743 (proc.-verb. des cout.)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le village de Samogneux a été le théâtre d'affrontements franco-allemands lors de la Première Guerre mondiale. En particulier lors des opérations dites de dégagement de Verdun de juin à octobre 1917 engageant des régiments d'infanterie français parmi d'autres les 112e, 173e, 126e, 308e et 335e RI.
  • Samogneux aurait du être classée parmi les villages détruits. En effet, un arrêté de cessibilité a été pris le 15 décembre 1921 conformément à la décision du ministre des Régions Libérées du 10 novembre 1921 prescrivant le rachat, par l'Etat de la totalité du territoire. Le Bulletin Meusien publie régulièrement les actes de transfert amiable avec indication des indemnités allouées.

Toutefois, 55 lots seront remis en vente aux enchères par le service des domaines le 23 février 1929.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jean-Marie Addenet UMP  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 93 habitants[Note 1], en augmentation de 22,37 % par rapport à 2010 (Meuse : -1,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
228 220 251 221 236 261 256 276 267
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
250 252 262 259 275 241 231 206 178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
190 183 173 52 62 37 40 34 42
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
57 58 42 34 50 41 67 71 74
2013 2015 - - - - - - -
91 93 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Ancien relais de poste cité dans le dictionnaire géographique,historique et politique des Gaules et de la France (Desaint et Saillant, 1766), dans les Archives du comité des Recherches de l'Assemblée nationale constituante (1789-1791) et dans le dictionnaire des Postes aux Lettres du Royaume de France(1817). Il était tenu par M Thomas Nicolas en 1783. En 1843, Floquet Claude y était postillon.
  • Deux moulins à eau sont mentionnés dans l'enquête de M. Illaire, Energie et subsistances. Enquêtes sur les moulins à blé (an II-1809).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Rémi.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Rémi, origine XVIIe siècle, reconstruite en 1930.
  • Le monument aux morts de la guerre 1914-1918 à Samogneux. La sculpture de Gaston Broquet représente la terreur d'un jeune fantassin qui essaye de mettre son masque à gaz, d’où son nom : L’alerte aux gaz[6].
  • La statue du "Père Barnabé" propriété initiale d'une association loi de 1901 et installée sur un terrain privé en vertu d'une convention sous seing privé du 31 août 1936.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucien Lantier (1879-1960) a décoré l'église[7] ;
  • Gaston Thiébaut (1898-1982), homme politique ;
  • Anne Blanchot, fille de Nicolas Blanchot de la Gravière, écuyer, conseiller du Roy, trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Metz et d’Alsace, propriétaire du château de Samogneux, épouse à Samogneux le Nicolas Louis d’Estignol, chevalier, seigneur de Villeneuve, Sérignan et autres lieux, grand sénéchal de la ville et principauté de Sedan[8] ;
  • Le colonel Driant y a installé son PC, d’où il écrit notamment à Maurice Barrès le [9] ;
  • Henry Frémont (-). Journaliste, romancier, fondateur du journal Le Républicain et du Bulletin meusien. Il créa le personnage du "Père Barnabé" et raconta la vie de ce symbole du réfugié meusien dans le Bulletin meusien, puis il publia ses chroniques dans un recueil intitulé Réfugiés Meusiens. Les faits, gestes et dires du Père Barnabé de Samogneux[10] ;
  • Mrs Horace Gray née Jane Matthews le à Glendale (USA), décédée le à Boston (USA). Elle fit commercialiser l’ouvrage d’Henry Frémont aux États Unis , les produits de la vente ont été versés à une fondation pour la reconstruction de Samogneux.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Félix Liénard, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, 1872
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. Le monument de Samogneux
  7. http://lecointemichel.free.fr/Lucien_Lantier.htm.
  8. Sources : « Chronique », Revue d’Ardenne et d’Argonne,‎ , p. 94 (lire en ligne); Registre d’état civil de Samogneux (sur le site des archives départementales de la Meuse).
  9. Gaston Jollivet, Le Colonel Driant, librairie Delagrave, (lire en ligne), p. 159
  10. Henri Frémont (préface de André Maginot ; dessins hors texte par L. Boutin), Réfugiés meusiens : les faits, gestes & dires du Père Barnabé de Samogneux, réfugié à Paris (1916-1918), Paris, Henri Frémont & fils, 134 p. (OCLC 43431689)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :