Dannevoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dannevoux
Dannevoux
Le village de Dannevoux vu depuis la côte.
Blason de Dannevoux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Clermont-en-Argonne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Stenay et du Val Dunois
Maire
Mandat
Michel Vuillaume
2014-2020
Code postal 55110
Code commune 55146
Démographie
Population
municipale
227 hab. (2016 en augmentation de 7,08 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 31″ nord, 5° 14′ 10″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 297 m
Superficie 14,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Dannevoux

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Dannevoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dannevoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dannevoux

Dannevoux est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Michel Vuillaume    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2016, la commune comptait 227 habitants[Note 1], en augmentation de 7,08 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720679619770826769789755760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
666676629604615601588559511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
497481453234331279267262254
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
250229191201200206209215227
2016 - - - - - - - -
227--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Hippolyte.
  • Église Saint-Hippolyte, XIIIe siècle, détruite en 1914/1918, reconstruite en 1925.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Léon Dormois : né en 1891 à Sivry-sur-Meuse, d’une longue lignée de paysans, Léon Dormois est remarqué très jeune par son instituteur qui le pousse à faire l’école normale dont il sort diplômé à 19 ans. À peine a-t-il commencé à exercer, après avoir fini son service militaire au Bataillon de Joinville en tant que gymnaste de haut niveau, qu'il est mobilisé pour la guerre qui vient de se déclencher.

Sous-lieutenant, il est fait prisonnier et s'illustre par trois tentatives d'évasion qui échoueront de peu et lui vaudront la médaille des évadés : la première fois à l'aide d’une corde de la forteresse de Königstein en compagnie d’un lieutenant russe, puis par un souterrain du camp de Strohën, et enfin caché dans un camion du camp de Füschburg. À son retour, il se marie avec Clotilde Beauzée, fille d'instituteur meusien, et est nommé à Dannevoux, où durant plus de 30 ans, il instruira des générations d’élèves avec exigence, humanisme et dévouement, attentif à développer leur potentiel physique et intellectuel afin de les préparer à leur entrée dans la vie active. À la retraite, il continue à se dévouer pour le bien public, en étant secrétaire de mairie et correspondant de L'Est républicain, le grand quotidien de Nancy. Curieux de tout et de tous, il apprend l'anglais, se perfectionne en russe, joue du violon et lit tout ce qui lui passe sous la main. Il discute inlassablement avec tous ceux qu'il peut rencontrer au cours de ses balades en Solex sur les routes meusiennes. À la tête d’une famille de 4 enfants et 7 petits enfants, dont il suit attentivement l'évolution, il s'éteint en 1971.

Voici la vie d'un de ces « hussards de la République » de Jules Ferry, qui contribuèrent tant à développer partout en France une éducation de masse, empreinte d'exigence et de valeurs humanistes et républicaines.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dannevoux Blason D'or au drakkar de gueules, à la voile d'argent chargée d'une tête de cheval de sable, voguant sur une rivière d'azur.
Devise 
Pour la gloire et l'honneur[5].
Détails
Création de Dominique Larcher et Dominique Lacorde. Adopté en novembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. Félix Liénard, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, 1872