Siamang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Symphalangus syndactylus

Symphalangus syndactylus
Description de cette image, également commentée ci-après
Le sac gulaire des Siamangs leur permet d'émettre de longues plaintes graves.
Classification selon MSW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Sous-ordre Haplorrhini
Infra-ordre Simiiformes
Micro-ordre Catarrhini
Super-famille Hominoidea
Famille Hylobatidae

Genre

Symphalangus
Gloger, 1841

Espèce

Symphalangus syndactylus
(Raffles, 1821)

Synonymes

  • Hylobates syndactylus (Raffles, 1821)

Statut de conservation UICN

( EN )
EN A2cd : En danger

Statut CITES

Sur l'annexe I de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/1975

Le Siamang (Symphalangus syndactylus) est le seul représentant du genre Symphalangus.

Siamang au Parc Zoologique de la Citadelle de Besançon

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Le gibbon siamang habite les forêts équatoriales de Malaisie, de l'île de Sumatra en Indonésie et d'une petite partie de la Thaïlande. Il se rencontre en plaine comme en montagne jusqu'à 1 500 m d'altitude.

Aire de répartition du Siamang

Description[modifier | modifier le code]

Le siamang est le plus grand des gibbons, avec une taille (tête et corps) de 71 à 90 cm[1]. Il mesure debout 1,50 m et ses bras, deux fois plus long que son corps, font jusqu'à 1,50 m de long. Il pèse de 10 à 15 kg[2].

Siamang (Parc national de Gunung Leuser, Indonésie)

Il a une épaisse fourrure noire. Sa face est glabre et son museau est court. Il a de longues canines opposables et sa queue est courte, formant un pompon.

Comportement[modifier | modifier le code]

Cette espèce est monogame, la femelle dirigeant le couple. La famille vit sur un territoire d'environ 50 h.

Les siamangs, dans leur milieu naturel, vivent dans les arbres et ne descendent que très peu souvent au sol.

À l'aube et au crépuscule, le mâle et la femelle entament un chant territorial, se répondant l'un et l'autre. Ce chant, grâce au sac laryngique, s'entend à 3 voire 4 km à la ronde.

Chant de siamangs

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ce grand singe mange principalement des feuilles et quelques fruits, quelques fleurs et quelques animaux comme des larves.

Menaces[modifier | modifier le code]

Dans l'île de Sumatra, la surface de son milieu de vie a été réduite de 40% entre 1995 et 2000 en raison de l'exploitation forestière, de la conversion de terre en culture, notamment de café et de la construction de voies de communication. Ses effectifs ont probablement diminué de moitié ces quarante dernières années[3].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon NCBI (13 févr. 2011)[4] :

  • sous-espèce Symphalangus syndactylus syndactylus

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Hylobates syndactylus (Raffles, 1821), préféré par ITIS et CITES
  • Symphalangus continentis Thomas, 1908
  • Symphalangus gibbon (C. Miller, 1779)
  • Symphalangus subfossilis Hooijer, 1960
  • Symphalangus volzi (Pohl, 1911)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif, Histoire naturelle, Flammarion, , 650 p. (ISBN 978-2-0813-7859-9), Siamang page 548
  2. Collectif (trad. Anne-Marie Hussein-Jouffroy), Le règne animal, Gallimard Jeunesse, , 624 p. (ISBN 2-07-055151-2), Siamang page 133
  3. Dominique Martiré et Franck Merlier, Guide des animaux des parcs animaliers, Belin, , 352 p. (ISBN 978-2-410-00922-4), Siamang ou Gibbon siamang page 171
  4. NCBI, consulté le 13 févr. 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :