Pélican blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pelecanus onocrotalus

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'espèce Pelecanus onocrotalus de l'Ancien monde. Pour le pélican blanc, Pelecanus erythrorhynchos, au Québec, voir Pélican d'Amérique.
Pelecanus onocrotalus
Description de cette image, également commentée ci-après

Un pélican blanc (Pelecanus onocrotalus)
dans la Walvis Bay, en Namibie.

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Pelecaniformes
Famille Pelecanidae
Genre Pelecanus

Nom binominal

Pelecanus onocrotalus
Linnaeus, 1758

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 17-02-2005

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus) est une espèce de pélican de la famille des Pelecanidae. On le trouve du sud-est de l'Europe jusqu'en Asie et en Afrique, dans les marais et les lacs peu profonds. Son nid est simplement constitué d'un amas de branchages au sol ou dans un arbre.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une grande espèce de pélican avec une longueur de 160 cm pour une envergure de 280 cm. Il diffère du pélican frisé par la blancheur de son plumage, plus lisse et régulier, par une large tache rose nue autour des yeux et des pattes roses. Les rémiges de ses ailes sont noires, y compris en dessous, ce qui le rend bien reconnaissable en vol. Son bec massif est muni d'une poche gulaire jaune.

Pendant le vol, il garde sa tête en arrière comme le héron, et c'est là que l'on voit, par dessous, ses rémiges noires, contrastant fortement avec les couvertures blanches. Il se dresse avec élégance dans le ciel et il utilise les courants ascendants pour voler. Le battement des ailes se compose de mouvements lents.

L'immature présente un plumage marbré de gris brun pour les parties supérieures avec des rémiges sombres et un croupion blanc. Le dessous des ailes est très contrasté avec une zone centrale claire et des bordures sombres, les couvertures sombres disparaissant avec l'âge.

Les oisillons sont gris et ont un duvet gris.

Répartition et population[modifier | modifier le code]

En Eurasie, le Pélican blanc est présent dans le Sud-Est de l'Europe, en Asie centrale, au Moyen-Orient jusqu'au sous-continent indien (notamment au Pakistan).

En Europe il est plus rare et localisé que le pélican frisé. Prés de 50 % de la population européenne de pélicans blancs se concentre dans le delta du Danube en Roumanie, qu'il partage avec le pélican frisé. D'autres sont présents au lac Prespa (entre la Grèce, l'Albanie et la République de Macédoine), à l'embouchure du Dniepr en Ukraine et dans le sud de la Russie. Les pélicans blancs européens sont migrateurs et hivernent en Afrique et au Moyen-Orient. On note de rares visites accidentelles (individus égarés) en Europe de l'Ouest.

L'Afrique subsaharienne est aujourd'hui le principal bastion du pélican blanc, bien qu'il y est aujourd'hui localisé, il subsiste surtout là où il n'entre pas trop en conflit avec les pêcheurs. Il est présent notamment en Botswana, en Namibie et en Afrique du Sud. Il hiverne aussi en Afrique de l'Ouest. La plus grande colonie est celle du lac Rukwa en Tanzanie, un vaste lac peu profond et marécageux, idéal pour l'espèce, on y compte près de 75000 individus qui y consomment environ 28000 tonnes de poissons chaque année. Une grande population est également présente dans la Walvis Bay, en Namibie.

Habitat[modifier | modifier le code]

Il fréquente les marais et les lacs peu profonds. Comme le Pélican frisé, la population a fortement diminué du fait de la destruction de leur habitat.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les pélicans attrapent les poissons dans la poche de leur grand bec pendant que leurs proies nagent en surface.

Comportement[modifier | modifier le code]

Cet oiseau vole en formation en V ou en ligne incurvée souvent à grande hauteur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karel Šťastný (trad. Dagmar Doppia), La grande encyclopédie des oiseaux, Paris, Gründ, , 494 p. (ISBN 2-7000-2504-0), « Pélican blanc », p. 48
  • (en) Nelson, J.B., 2005. Pelicans, cormorants, and their relatives - The Pelecaniformes. Oxford University Press, 661 p. (ISBN 0 19 857727 3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :