Orge des rats

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hordeum murinum

Hordeum murinum est une espèce de plante monocotylédone de la famille des Poaceae, sous-famille des Pooideae, originaire des régions tempérées de l'Ancien Monde.

Cette plante herbacée annuelle, cespiteuse, peut atteindre 40 cm de haut et est très commune dans les régions tempérées. Ses épillets se caractérisent par de nombreuses arêtes ou barbes pouvant atteindre 5 cm de long. Glumes et lemmes sont aristées.

Noms vernaculaires[1] 
orge des rats, orge des souris, orge des murs, orge queue-de-rat, orge queue-de-souris.

Description[modifier | modifier le code]

Inflorescence montrant la désarticulation d'un épillet.

Floraison : de mai à août

Particularités : la rugosité des soies de l'inflorescence empêche l'épi de glisser en arrière. En provençal, on le nomme pour cela monta sole, monta diable ou trauca-sac (troue sac). Les épis peuvent ainsi causer des lésions fatales chez les animaux lorsqu'ils s'introduisent dans l'oreille ou les naseaux. Les grains, malgré leur petite taille, peuvent fournir une bonne farine.

Distribution[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition originelle de Hordeum murinum s'étend dans l'Ancien Monde :

La plante s'est naturalisée dans de nombreuses régions tempérées et chaudes du monde où elle est est parfois cultivée[2].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (17 novembre 2016)[3] :

  • sous-espèce Hordeum murinum subsp. glaucum (Steud.) Tzvelev (1971)
  • sous-espèce Hordeum murinum subsp. leporinum (Link) Arcang. (1882)
  • sous-espèce Hordeum murinum subsp. murinum

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hordeum murinum (HORMU) », sur EPPO Plant Protection Thesaurus (EPPT), Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP) (consulté le 17 novembre 2016).
  2. a et b (en) « Taxon: Hordeum murinum L. », sur Germplasm Resource Information Network (GRIN) (consulté le 17 novembre 2016).
  3. Kew Garden « World Checklist », consulté le 17 novembre 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Idiart, Herbes folles, beauté des graminées sauvages, Flammarion.