Amarante (plante)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Amaranthus

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amarante.

Amaranthus (les amarantes ou amaranthes) est un genre de plantes dicotylédones de la famille des Amaranthaceae selon la classification phylogénétique ou de celle des Chenopodiaceae selon la classification classique de Cronquist (1981), originaire des régions tempérées et tropicales.

Ce sont des plantes herbacées annuelles, dont certaines espèces sont cultivées comme plantes potagères, pour leurs feuilles comestibles[1] à la manière des épinards ou pour leurs graines[2], et parfois comme plantes ornementales pour leur floraison en épis spectaculaires. Quelques espèces sont considérées comme mauvaises herbes, communes dans les champs cultivés et pour certaines devenues très problématiques dans les cultures transgéniques car résistant maintenant au glyphosate, le désherbant le plus utilisé au monde et presque systématiquement utilisé dans les cultures d'OGM[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Amaranthus vient du nom de cette plante en grec ancien, ἀμάραντος, « amarante ou immortelle », nom formé du préfixe privatif a-, « sans », sur le verbe qui signifie « flétrir, se faner »[4] : en effet, l'amarante a la réputation de ne pas se faner, avec notamment son calice qui reste persistant, et pour cette raison, représente un symbole de l’immortalité[5]. Certaines espèces sont d'ailleurs utilisées dans les bouquets secs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis très longtemps, diverses espèces d’amarantes sont cultivées pour l’alimentation en Asie, en Amérique et en Afrique.

Ainsi, Amaranthus caudatus, A. cruentus et A. hypochondriacus jouèrent un rôle alimentaire important dans les civilisations précolombiennes, aussi bien en Mésoamérique (chez les Mayas et les Aztèques, notamment) qu'en Amérique du Sud (chez les Incas par exemple).

En 2000, l'industrie du génie génétique a envisagé de transférer à la pomme de terre un gène de l'amarante qui lui fait produire de l'albumine[6].

Au début du XXIe siècle d'importants phénomènes de résistances aux désherbant chimiques et en particulier au roundup apparaissent, notamment dans les cultures transgéniques américaines[7]. On avait déjà montré en 1999 que le trait de résistance peut passer d'une espèce d'amarante à l'autre[8]

En Mésoamérique[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs millénaires[9], les graines ont été consommées grillées (comme le pop-corn) ou sous forme de farine tandis que les feuilles étaient cuisinées comme légume vert.

Selon D. Guillet (2002, p. 373) : « La culture de l'Amaranthe fut à son apogée durant l'Empire aztèque. Pour le peuple aztèque, l'Amaranthe possédait une valeur nutritionnelle, thérapeutique et rituelle. »

Après la conquête espagnole du Mexique, sa culture fut interdite car elle servait dans divers offices religieux aztèques[10]. Du fait de cette interdiction et de la violente répression qui sévit durant plusieurs siècles à l'encontre des jardiniers qui continuaient à cultiver cette plante, l'Amaranthe a, depuis le XXe siècle, presque totalement disparu de l'alimentation mexicaine, alors même qu'elle entrait dans la constitution de très nombreux plats aztèques (tamales, tortillas, sauces et boissons). L'utilisation traditionnelle de graines d'amarante dans la confection de têtes de mort en sucre pour le jour des morts perdure toutefois.

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Amarante, graines
Valeur nutritionnelle moyenne
pour 100 g
Apport énergétique
Joules 1540 kJ
(Calories) (365 kcal)
Principaux composants
Glucides 56,8 g
- Amidon 55,1 g
- Sucres 1,47 g
Fibres alimentaires ? g
Protéines 15,8 g
Lipides 8,81 g
- Saturés 2,138 g
- Oméga-3 0,081 g
- Oméga-6 4,031 g
- Oméga-9 2,143 g
Eau 11,1 g
Cendres totales 3,25 g
Minéraux & Oligo-éléments
Calcium 214 mg
Cuivre 1,6 mg
Fer 9,0 mg
Magnésium 308 mg
Manganèse 3,0 mg
Nickel 0,160 mg
Phosphore 582 mg
Potassium 484 mg
Sodium 26 mg
Zinc 3,7 mg
Vitamines
Vitamine B1 0,800 mg
Vitamine B2 0,190 mg
Vitamine B3 (ou PP) 1,2 mg
Acides aminés
Acide aspartique 1233 mg
Acide glutamique 2363 mg
Alanine 574 mg
Arginine 1314 mg
Cystine 310 mg
Glycine 1110 mg
Histidine 396 mg
Isoleucine 557 mg
Leucine 866 mg
Lysine 847 mg
Méthionine 314 mg
Phénylalanine 6410 mg
Proline 604 mg
Sérine 890 mg
Thréonine 561 mg
Tryptophane 196 mg
Tyrosine 533 mg
Valine 633 mg
Acides gras
Acide myristique 8 mg
Acide palmitique 1679 mg
Acide margarique 70 mg
Acide stéarique 250 mg
Acide arachidique 90 mg
Acide béhénique 41 mg
Acide oléique 2143 mg
Acide linoléique 4031 mg
Acide alpha-linolénique 81 mg

Source : Souci, Fachmann, Kraut : La composition des aliments. Tableaux des valeurs nutritives, 7e édition, 2008, MedPharm Scientific Publishers / Taylor & Francis, (ISBN 978-3-8047-5038-8)

Le genre Amaranthus comprend une soixantaine d'espèces, originaires principalement des régions tropicales et tempérées d'Amérique et d'Asie, dont :

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List (16 novembre 2016)[11] :

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Le poème en vers no LXXIX intitulé Bruxelles d'Arthur Rimbaud, daté de commence par « Plates-bandes d'amarantes »[12].

Dans son album de 2007, Dark Passion Play, le groupe de metal Nightwish consacre une chanson entière (Amaranth) à cette espèce, « Caresse l'unique, celle qui ne fane jamais, (...) caresse l'unique, l'amarante cachée, dans la terre de l'aube. »

Début 2011, le groupe de metal Amaranthe sort son premier album éponyme en référence à cette plante.

Le poète Gilliatt Lazarel évoque les amarantes dans son poème "Les Algues" : « Se répétant sans cesse qu'elles sont nées amarantes ».[1]

Le béret des parachutistes français est appelé « béret amarante », tant pour sa couleur rappelant la plante, que pour la symbolique d'immortalité s'y rattachant.

On parle aussi de la fleur d'Amarante dans le jeu de rôle Vampire : la Mascarade de l'univers Le monde des ténèbres créé par White Wolf Publishing. La fleur est utilisée comme synonyme de la « diablerie », le cannibalisme vampirique, qui était souvent annoncée en envoyant une amarante à la victime.

Dans le calendrier républicain, « Amarante » est le nom donné au 8e jour du mois de vendémiaire[13].

Résistance à des herbicides[modifier | modifier le code]

L'amaranthe de Palmer (Amaranthus palmeri), est parmi les amarante celle qui est devenue la plus rapidement et plus communément résistante au glyphosate. Depuis 2005 elle menace les cultures de cotonnier et soja transgéniques Roundup Ready dans le sud des États-Unis[14].

Depuis 1977 (environ vingt ans après le début de l'utilisation des herbicides de synthèse) de nombreux cas de résistance de populations d'amaranthes à des herbicides ont été signalés dans divers pays. Ces populations (ou écotypes) appartiennent à onze espèces du genre Amaranthus, à savoir Amaranthus albus, Amaranthus blitoides, Amaranthus blitum, Amaranthus cruentus, Amaranthus hybridus, Amaranthus palmeri, Amaranthus powellii, Amaranthus retroflexus, Amaranthus spinosus, Amaranthus reticulatus, Amaranthus viridis. Les herbicides concernés appartiennent à plusieurs groupes de la classification HRAC (classement selon le mode d'action). Ces groupes sont les suivants : B (inhibiteurs de l'enzyme acétolactate synthase), C1 (inhibiteurs de la photosynthèse au niveau du photosystème II : triazines), C2 (inhibiteurs de la photosynthèse au niveau du photosystème II : urées et amides), C3 (inhibiteurs de la photosynthèse photosystème II : nitriles), D (inhibiteurs de la photosynthèse : diversion d'électrons dans le photosystème I), E (inhibiteurs de la protoporphyrinogène oxydase), G (inhibiteurs de la 5-énolpyruvylshikimate-3-phosphate synthase : glyphosate), F2 (inhibiteurs de la 4-hydroxyphénylpyruvate dioxygénase), K1 (inhibiteurs de l'assemblage des microtubules) et O (herbicides auxiniques). Dans de nombreux cas il s'agit de résistances croisées (résistance à plusieurs matières actives du même groupe par mode d'action) ou de résistances multiples (résistance d'une même population à des herbicides appartenant à deux ou trois groupes différents). Ainsi en 2009 dans des champs de maïs et de sorgho du Kansas, une population d'amaranthe de Palmer était signalée résistante aux herbicides suivants : atrazine, mésotrione, pyrasulfotole, tembotrione, thifensulfuron-méthyl et topramézone, relevant de trois groupes (B, C1 et F2)[15]. Au total, de 1977 à 2015, 101 écotypes résistants ont été documentés dans 19 pays (Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Bolivie, Brésil, Bulgarie, Canada, Chine, Espagne, États-Unis, France, Grèce, Israël, Italie, Malaisie, Pologne, République tchèque, Serbie, Suisse)[16].

L'amarante s'est fait connaître du grand public lors de l'apparition, en Géorgie (États-Unis), d'une population résistante à l'herbicide Roundup. La plante s'y est adaptée et s'est multipliée dans les champs traités avec l'herbicide Roundup par une plus grande capacité de résistance.

La résistance s'explique par une amplification génique, la multiplication du gène de l'enzyme cible du glyphosate, l'EPSPS (5-énolpyruvylshikimate-3-phosphate synthase)[17].

Actuellement[Quand ?], l'amarante inca ou kiwicha (Amaranthus caudatus) devient un problème pour les cultures telles que le soja, car cette espèce d'amarante est très résistante à certains herbicides, comme le glyphosate.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À consommer avec modération en raison de leur richesse en acide oxalique.
  2. Comme le sarrasin et le quinoa, l'amarante n'est pas vraiment une céréale, mais elle est utilisée comme telle et peut être réduite en farine.
  3. Wu C, Davis A.S & Tranel P.J (2018). Limited fitness costs of herbicide‐resistance traits in Amaranthus tuberculatus facilitate resistance evolution. Pest management science, 74(2), 293-301.
  4. Dioscoride, 3, 9 ; 4, 55 et 57.
  5. (es) « Histoire Amarante », sur www.amaranto.cl.
  6. Chakraborty, S., Chakraborty, N., & Datta, A. (2000). Increased nutritive value of transgenic potato by expressing a nonallergenic seed albumin gene from Amaranthus hypochondriacus. Proceedings of the National Academy of Sciences, 97(7), 3724-3729.
  7. Nichols, R. L., Bond, J., Culpepper, A. S., Dodds, D., Nandula, V., Main, C. L., ... & Patterson, M. (2009). Glyphosate-resistant Palmer amaranth (Amaranthus palmeri) spreads in the Southern United States. Resist. Pest Manag. Newsl, 18(2), 8-10
  8. Wetzel, D. K., Horak, M. J., Skinner, D. Z., & Kulakow, P. A. (1999). Transferal of herbicide resistance traits from Amaranthus palmeri to Amaranthus rudis. Weed science, 538-543|résumé.
  9. Comme l'indique D. Guillet (2002, p. 373), « la culture d'amaranthe remonte à un lointain passé (...) puisque des graines d'amaranthes cultivées ont été découvertes dans les grottes de Tehuacan Puebla au Mexique et datées à 5500 ans. »
  10. D. Guillet (2002, p. 373) précise à ce sujet : « Sur le plan rituel, l'Amaranthe était la plante sacrée par excellence. Durant certaines fêtes religieuses, des figurines élaborées à partir de la pâte d'Amaranthe étaient offertes aux dieux du panthéon aztèque et étaient parfois consommées lors de certains rituels religieux rappelant le rite catholique de l'Eucharistie. (...) La valeur sacrée de l'Amaranthe suffit sans doute à expliquer que sa culture fut l'objet de répressions directes ou indirectes, de la part de la chrétienté désireuse d'extirper la vieille religion hérétique ».
  11. The Plant List, consulté le 16 novembre 2016
  12. Arthur Rimbaud, Œuvres complètes, Gallimard, Éd. La Pléiade, 1963, p. 136.
  13. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 19.
  14. Nichols, R. L. (2018). Impacts of Weed Resistance to Herbicides on United States (uS) Cotton (Gossypium Hirsutum) Production. Outlooks on Pest Management, 29(1), 5-9|résumé.
  15. (en) Curtis Thompson, « Multiple resistance Palmer amaranth (Amaranthus palmeri) », sur International Survey of Herbicide Resistant Weeds, = 2012 (consulté le 17 avril 2016).
  16. (en) « International Survey of Herbicide Resistant Weeds », sur International Survey of Herbicide Resistant Weeds (consulté le 17 avril 2016).
  17. (en) Gaines, T. a, Zhang, W., Wang, D., Bukun, B., Chisholm, S. T., Shaner, D. L., … Westra, P., « Gene amplification confers glyphosate resistance in Amaranthus palmeri », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 107, no 3,‎ , p. 1029–1034 (DOI 10.1073/pnas.0906649107, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]