Barbillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Barbillon est un terme anatomique désignant certaines excroissances situés sur la tête d’un animal, généralement près de sa bouche[1].

Poissons[modifier | modifier le code]

Barbillons d'un Corydoras de Sterba.

Chez certains poissons, ce sont des filaments tactiles mous et sensibles placés par paires de chaque côté de la bouche. C'est un organe sensoriel (cellules gustatives et tactiles pour détecter les courants, les mouvements et les variations de température), à l'instar de nos papilles[2],[3]. De nombreux poissons benthiques ont des barbillons pour fouiller le fond des rivières ou des étangs (notamment la plupart des Siluriformes).

« Barbillon » est aussi un mot régional (par exemple dans le Loiret) utilisé pour désigner un jeune barbeau[2],[4].

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Barbillons d’un coq domestique.

Les barbillons sont des appendices charnus qui tombent de chaque côté de la tête de plusieurs oiseaux, principalement des espèces de l’ordre des gallinacés.

Tout comme la crête, ils aident à réguler la température de l’oiseau, ils constituent un caractère sexuel secondaire et ils donnent également des indications sur l’état de santé général de l’oiseau[5].

Ils peuvent aussi être causés par une maladie de la langue de certains rapaces, dont les faucons[6].

Mammifères[modifier | modifier le code]

Les barbillons sont aussi des replis membraneux placés sous la langue du cheval ou des bovidés et destinés à faciliter les mouvements de celle-ci[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « barbillon » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le ).
  2. a et b Les barbillons chez les poissons, pronatura-france.fr
  3. a et b Barbillon, sur futura-sciences.com
  4. Guy de Maupassant, Contes et nouvelles t. 1 Les dimanches d'un bourgeois de Paris, , 300 p. (ISBN 978-2-07-010805-3)
  5. Dominique Nancy, « Capsule science : La crête du coq a-t-elle une fonction particulière? », Forum, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, vol. 38, no 1,‎ (résumé, lire en ligne).
  6. http://www.fauconnerie.info/fauconnerie_mots_b.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]