Triticale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épis de triticale

Le triticale est une plante annuelle de la famille des Poacées (graminées). C'est un hybride artificiel (amphiploïde) entre le blé et le seigle dont la culture s'est développée depuis les années 1960. Il est cultivé surtout comme céréale fourragère.

Nom scientifique : ×Triticosecale Wittm. ex A. Camus (synonyme : ×Triticale Tscherm.-Seys. ex Müntzing) , famille des Poacées, sous-famille des Pooideae, tribu des Triticeae.

Description[modifier | modifier le code]

Le nom Triticale combine les noms latins de genre du blé et du seigle, Triticum et Secale.

Le premier croisement du blé tendre et du seigle remonte à 1876 : l'Écossais A.S Wilson réalisa les premiers hybrides qui ne purent être utilisés plus loin car ils étaient stériles[1]. La première variété fertile de triticale a été produite pour la première fois en 1888 par l'Allemand Wilhelm Rimpau. En France, la première variété (Clercal, Obtention INRA) n'a été inscrite au catalogue officiel des variétés qu'en 1983.

D'obtention relativement récente, le triticale est une céréale secondaire, mais dont les surfaces cultivées augmentent régulièrement, surtout sur le continent européen. L'Union européenne concentre ainsi près des 3/4 de la production mondiale (la Pologne en est le 1er producteur mondial, suivie par l'Allemagne et la France) mais la Biélorussie, la Chine et, dans une moindre mesure, l'Australie, en sont aussi d'importants pays producteurs. En France, ses zones de culture principales sont la Bretagne et le Massif central.

Cette plante offre l'avantage de combiner les caractéristiques de productivité du blé (dans l'absolu, son potentiel de rendement atteint les 100 quintaux par hectare) et la rusticité du seigle (résistance au froid intermédiaire entre celle du blé et du seigle, résistance aux maladies), ce qui en fait une céréale prisée pour l'agriculture biologique. Ses défauts résident surtout dans une difficulté pour le moissonnage avec les moyens mécaniques actuels, dans une tendance à la germination sur pied en cas de précipitations en période de maturation ainsi qu'un risque d'échaudage si au contraire cette période est très chaude en raison de son cycle de végétation plus long. Finalement, le rendement réel oscille entre 40 et 60 quintaux par hectare selon les années et les lieux de production.

Le triticale a une valeur énergétique comparable à celle du blé. Sa teneur en protéines est plus faible mais sa teneur en lysine supérieure. Contrairement au cas du seigle, sa farine, moins riche en gluten, n'est pas panifiable sans adjonction de farine de blé. Il est particulièrement riche en oligo-éléments notamment le magnésium et le manganèse [2]

Production[modifier | modifier le code]

Production en tonnes. Chiffres 2013[3]
Données de FAOSTAT (FAO)

Drapeau de la Pologne Pologne 4 273 027 29 %
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2 609 000 18 %
Drapeau de la France France 2 031 988 14 %
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie 1 272 709 9 %
Drapeau de la Russie Fédération de Russie 581 542 4 %
Drapeau de la Hongrie Hongrie 458 530 3 %
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 455 000 3 %
Drapeau de la Lituanie Lituanie 451 100 3 %
Drapeau de l'Espagne Espagne 393 700 3 %
Drapeau de la Roumanie Roumanie 245 027 2 %
Drapeau de l'Autriche Autriche 224 141 2 %
Drapeau de la République tchèque République tchèque 214 207 1 %
Autres pays 1 330 448 9 %
Monde Monde 14 540 419 100 %

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire et amélioration de cinquante plantes cultivées (Doré C. et Varoquaux F., 2006)
  2. table de composition des aliments http://www.sfk-online.net/cgi-bin/sfkreport.mysql?sid=2531134114634250214245253121116878104&language=english&query=K0107
  3. « FAOSTAT », sur faostat3.fao.org (consulté le 13 octobre 2015)