Olga Kurylenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olga Kurylenko
Description de cette image, également commentée ci-après

A la Berlinale 2015

Nom de naissance Olya Kostyantynivna Kurylenko
Surnom Olga Kurylenko
Naissance (36 ans)
Berdiansk (Drapeau de l'UkraineDrapeau de la République socialiste soviétique d'Ukraine RSS d'Ukraine)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Mannequin
Actrice
Films notables Max Payne
Quantum of Solace
Hitman
Le Serpent
Centurion
Oblivion
The November Man

Olga Kostyantynivna Kurylenko (translittération de son nom ukrainien; Olga Konstantinovna Kourilenko, translittération de son nom russe), est un mannequin et une actrice française d'origine ukrainienne[1], née le à Berdiansk (Ukraine, alors en Union soviétique).

Jeunesse et mannequinat[modifier | modifier le code]

Olga est née en 1979 en Ukraine d'un père ukrainien et d'une mère d'ascendance russe et biélorusse. Elle débute sa carrière de mannequin à Paris, où elle rencontre, par le biais de son agence, Valérie Sarfati devenue depuis son attachée de presse et qui s'occupe de gérer son image. Elle pose pour plusieurs marques de luxe, de cosmétiques et parfums. Elle part ensuite à New York où elle prend des cours d'art dramatique.

Carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

Débuts et révélation (2001-2008)[modifier | modifier le code]

En octobre 2008, à Paris.

Parallèlement à son activité de mannequin, Olga Kurylenko prend des cours de théâtre.

Elle obtient ensuite ses premiers rôles dans des films français, : d'abord le drame à petit budget L'Annulaire, puis surtout dans le thriller Le Serpent, qui lui vaut d'être remarquée. En 2007, elle obtient le rôle d'Eva Pires, dans la série Suspectes, aux côtés de Karina Lombard, Élodie Frenck et Ingrid Chauvin. Cette même année, elle fait ses débuts dans le cinéma hollywoodien, en tenant le premier rôle féminin du blockbuster Hitman tiré du jeu vidéo éponyme, au côté de Timothy Olyphant, Robert Knepper et Dougray Scott. Malgré l'énorme échec critique du film, son visage est désormais connu des studios.

En 2008, elle est ainsi la James Bond girl de la 22e aventure cinématographique de James Bond, Quantum of Solace, aux côtés de Daniel Craig ; dans ce film, elle joue Camille, une jeune femme qui cherche à venger sa famille. Le rôle la propulse sur le devant de la scène internationale, malgré les critiques mitigées du long-métrage.

La même année, elle joue également Natasha, la sœur de Mona Sax (Mila Kunis) dans le film d'action Max Payne, également tiré d'un jeu vidéo à grand succès, comme son précédent film Hitman. Là encore, l'échec critique, et même commercial, est cuisant.

Progression internationale (2009-)[modifier | modifier le code]

En avril 2013, pour Oblivion.

Durant les quatre années suivantes , elle enchaîne ainsi les apparitions dans des productions américaines plus mineures : en 2010 sort le péplum Centurion, dans lequel elle joue la guerrière Etain ; et en 2011, le drame There Be Dragons, mis en scène par le français Roland Joffé.

Début 2011, elle tourne néanmoins en Ukraine, son pays d'origine, dans le film La Terre outragée, de la réalisatrice israëlo-française Michale Boganim. Ce film est une des premières fictions sur la catastrophe de Tchernobyl en 1986, soit 25 ans après l'explosion de la centrale.

L'année 2012 lui permet de poursuivre dans cette veine plus ambitieuse : elle est d'abord à l'affiche de l'acclamée comédie noire britannique Sept psychopathes, de Martin McDonagh ; mais se distingue surtout dans le drame À la merveille, où elle est dirigée par Terrence Malick, aux côtés de Ben Affleck, Javier Bardem et Rachel McAdams. Elle prend aussi des risques en se tournant vers la télévision : elle interprète en effet le premier rôle féminin du drame historique Magic City, qui malgré des critiques positives, s'arrêtera au bout de deux courtes saisons.

En 2013, elle revient vers l'action, mais pour un blockbuster ambitieux : elle interprète en effet le premier rôle féminin du récit de science-fiction Oblivion, écrit et réalisé par Joseph Kosinski, et porté par la méga-star Tom Cruise.

À l'automne 2014 sort The November Man, un film d'espionnage réalisé par l'Australien Roger Donaldson et tourné en Europe de l'Est, où Olga Kurylenko joue face à Pierce Brosnan. Cette année, elle continue à s'internationaliser en tenant un rôle secondaire dans la comédie américaine Vampire Academy de Mark Waters, dans le biopic français Saint Laurent, de Bertrand Bonello ; puis dans la fresque australienne La Promesse d'une vie, de et avec Russell Crowe.

En 2015, elle est membre du jury Best First Feature Award au 65e Festival de Berlin, et continue à voyager : en faisant partie de la distribution principale du drame espagnol Un jour comme un autre, de Fernando León de Aranoa ; en menant le film d'action sud-africain Momentum, de Stephen Campanelli ; et enfin en étant à l'affiche du film fantastique chinois Empires of the Deep, tourné en 2010 par Michael French, mais dont la post-production s'est étalée sur cinq années.

En décembre 2015, elle est membre du jury du 15e Festival international du film de Marrakech, présidé par Francis Ford Coppola.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Olga Kurylenko se marie à 21 ans avec Cédric van Mol, un photographe français. Elle divorce cinq ans plus tard. En 2006, elle se marie une seconde fois avec Damian Gabrielle Neufeld, un industriel américain, et divorce à nouveau un an plus tard.

Le elle donne naissance à son premier enfant, Alexander Max Horatio, dont le père est son mari le réalisateur Max Benitz[2]. Elle officialise avec ce dernier en janvier 2016[3].

Olga Kurylenko est une philanthrope reconnue pour son travail pour les plus démunis, en mettant l'accent sur les enfants dans son Ukraine natale[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Au Toronto International Film Festival, pour Sept psychopathes

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]