Dans la brume (film, 2018)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dans la brume
Description de cette image, également commentée ci-après
Paris, lieu de tournage du film

Réalisation Daniel Roby
Scénario Jimmy Bemon
Mathieu Delozier
Guillaume Lemans
Acteurs principaux
Sociétés de production Splendido Quad Cinéma
Section 9
Esprit Frappeurs
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada (Drapeau : Québec Québec)
Genre science-fiction
Durée 89 minutes
Sortie 2018


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dans la brume est un film de science-fiction franco-québécois réalisé par Daniel Roby, sorti en 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Un couple vit paisiblement à Paris avec sa fille qui est atteinte d'une maladie incurable appelée « la maladie du poisson rouge » qui la contraint d'habiter dans une bulle de verre géante. Un jour, une brume venant des égouts décime les passants. Ce phénomène inonde toute la capitale, la plupart des survivants étant coincés aux derniers étages des bâtiments et sur les toits. Au jour le jour, les derniers habitants tentent de survivre malgré le manque de nourriture, d'électricité et d'informations. Le couple fait tout ce qui est en son pouvoir pour sauver sa fille, qui est restée dans la brume…

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

Le film débute par la présentation d'images tournées en pleine nature. On découvre des champs et des prés baignés par un soleil printanier.

Romain Duris est Mathieu, personnage central du film

Mathieu est dans un avion. Il arrive à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. En parvenant devant son immeuble, il ouvre la porte cochère à un de ses voisins, un homme âgé qui ne peut se déplacer qu'avec un appareil respiratoire. Son appartement est situé dans un appartement situé en étage (mais pas au dernier). Dans une chambre, sa fille Sarah vit dans une bulle géante pour assurer sa protection immunitaire. Pendant qu'il lui offre un cadeau et que sa fille discute par visioconférence avec d'autres enfants dans la même situation qu'elle, il va dans une autre pièce avec son épouse Anna en lui faisant part de son espoir de trouver une solution en emmenant sa fille au Canada pour la sortir de cette situation d'enfermement.

Olga Kurylenko est Anna, la mère de Sarah

Le même jour, alors que la télévision relate une catastrophe écologique survenue en Scandinavie, un tremblement de terre se fait ressentir dans Paris et une brume toxique sortant des bouches du métro envahit la ville. Mathieu et Anna qui constatent ce fait incroyable décident de monter jusqu'au dernier étage de leur immeuble, laissant leur fille dans leur appartement situé dans un étage inférieur car elle est protégée par sa bulle. Il lui donne un talkie-walkie afin qu'elle puisse garder le contact avec ses parents. Mathieu et Anna se retrouvent dans l'appartement d'un couple de personnes âgées. Monté sur le toit de son immeuble, Mathieu s'aperçoit que la brume stagne à environ quelques mètres au-dessus du sol (environ au niveau du cinquième étage) et qu'elle semble ni bouger, ni se dissiper. L'électricité a été coupée, cependant la bulle de Sarah est équipée d'une batterie de secours mais qui reste limitée dans le temps et Mathieu se demande comment descendre de l'appartement des vieillards pour retrouver sa fille et prendre soin d'elle. Il repense alors à son voisin qui possède un respirateur et décide de descendre à son étage en se retenant de respirer et découvre le corps du vieillard étendu sur le sol, mort chez lui. Il trouve alors la bouteille d'oxygène et décide de s'équiper d'un masque puis descend voir sa fille afin de lui porter de la nourriture et des piles.

Mathieu descend ensuite dans la rue pour essayer de comprendre ce qu'il se passe et découvre des milliers de cadavres jonchant le sol. Il trouve une voiture électrique et décide d'en démonter les batteries pour alimenter la bulle de sa fille. Au retour, il croise des militaires équipés de masques et de bouteilles qui recherchent des survivants pour les emmener sur la butte Montmartre, un des rares endroits de Paris émergeant de la brume. En discutant avec l'un d'entre eux, il apprend que le gaz nocif vient du sous-sol mais qu'il n'en connaît pas la cause. Le militaire lui donne également deux masques à gaz avec leurs bouteilles. De retour chez lui, Mathieu visite l'appartement du dessous et constate que la brume est en train de monter légèrement mais sûrement et prévient sa femme. Celle-ci, morte d'inquiétude descend durant la nuit voir sa fille, change sa batterie et récupère des outils pour réparer la radio des vieillards. Un message répété en boucle sur toutes les stations explique aux gens qu'il ne faut pas quitter son domicile. Anna et Mathieu comprennent que la situation est catastrophique et ils se rendent compte en observant avec des jumelles la butte Montmartre, entièrement entourée par la brume et que celle-ci est la proie des flammes, les réfugiés parisiens entassés sur cette colline ayant fini par se battre entre eux.

Fantine Harduin est Sarah, la jeune fille qui vit dans sa bulle

Mathieu et Anna prennent la décision de tout faire pour quitter Paris et de regagner leurs familles dans le Morvan. Ils décident d'aller chercher une combinaison étanche dans un laboratoire situé dans le centre de Paris afin de sortir leur fille de sa bulle et de trouver une voiture pour gagner le massif bourguignon. Équipés chacun d'un masque et d'une bouteille, ils décident de sortir. À peine sortis de leur immeuble, ils sont poursuivis par un chien d'attaque qui ne semble pas souffrir du gaz nocif et Mathieu, coursé par la bête, tombe dans la Seine en basculant par-dessus un parapet. Anna se retrouve seule dans Paris et décide de continuer son chemin vers le laboratoire Biotech qui conserve les fameuses combinaisons étanches. Elle finit par retrouver Mathieu qui a réussi à sortir du fleuve.

Anna Gaylor est la femme du couple de personnes âgées qui recueille Mathieu et Anna

À la recherche de la combinaison qu'ils finissent par trouver dans l'immeuble qui abrite Biothech, le couple est victime d'une explosion probablement liée à une fuite de gaz. Ils réussissent à en sortir mais Mathieu perd l'usage de son masque à gaz. En n'utilisant que l'appareillage d'Anna, ils montent sur le toit du laboratoire mais Anna est obligée de repartir seule chez eux, laissant Mathieu face à son destin. Celui-ci tente de retourner vers son immeuble par les toits pendant qu'Anne parvient enfin à rentrer chez elle. Arrivée à l'appartement des personnes âgées, elle se rend compte, en ouvrant la valise qui contient la combinaison, que celle-ci a été détériorée par l'explosion rendant la combinaison inutilisable. Pendant ce temps là, Mathieu continue son chemin sur les toits et se retrouve dans un parking aérien où il fait connaissance d'un policier qui tente de le tuer. Tombant tous les deux dans la brume lors d'une bagarre, Mathieu réussit à s'emparer de l'équipement du policier et parvient à regagner la rue pour entrer chez lui.

La batterie qui alimente la bulle de Sarah est vide et sa mère décide de descendre changer la batterie en retenant sa respiration car sa bouteille est vide, devant sa fille horrifiée par son geste. Mathieu arrive dans l'immeuble et découvre son épouse morte dans l'escalier, car elle n'a pas eu le temps de remonter au-dessus du niveau de la brume après avoir réussi l'échange. Quelque temps plus tard un nouveau tremblement de terre survient et la brume reprend sa remontée. Mathieu décide de rechercher de nouveaux équipements et propose à ses hôtes de les emmener mais les deux personnes, très âgées, décident de rester chez elles et d'attendre la mort tranquillement.

Mathieu part à la recherche de l'équipement qu'il avait aperçu lors d'une précédente sortie, trouve un scooter et décide de rentrer chez lui mais il a un accident en évitant un enfant qui, à l'instar du chien, n'a pas l'air de souffrir de la présence de la brume, celui-ci traversant tranquillement la rue devant lui. En se réveillant plus ou moins groggy, il découvre que sa fille, son ami (l'enfant qu'il a évité), en tant que malades, sont immunisés contre la brume. Il perd de nouveau connaissance et se réveille dans la bulle de sa fille et l'appelle. Celle-ci lui répond par le talkie-walkie et lui dit doucement : « Oui papa, j'arrive. »

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement et genèse[modifier | modifier le code]

Le projet est initié en 2011 par le producteur Guillaume Colboc (Section9) qui fait appel au réalisateur Dominique Rocher pour réaliser un court métrage intitulé 380hz (La fréquence émise par le systeme d'alerte national français)[1]. Rapidement rejoint par Guillaume Lemans (Esprits Frappeurs), ils décident ensemble de developper un projet de film catastrophe grand public. Dominique Rocher se retire du projet pour se lancer sur un autre film La nuit a dévoré le monde. Entouré de Mathieu Delozier et Jimmy Bemon, Guillaume Lemans écrit Dans la brume.

En janvier 2016, ils s'associent à Nicolas Duval (Quad Cinema) et, ensemble, proposent le scénario au réalisateur québécois Daniel Roby qu'ils pensent être « choisi parce qu’ils cherchaient une touche nord-américaine pour ce genre de film », ce qui leur permet d’associer la société québécoise Christal Films [2].

Distribution de rôles[modifier | modifier le code]

Fin , le réalisateur Daniel Roby choisit l’acteur Romain Duris pour son film, avec qui il « se sent privilégié de pouvoir travailler », avoue-t-il dans le journal québécois La Presse[3].

Le Journal de Montréal, en , révèle la présence d’Olga Kurylenko dans ses lignes, engagée à interpréter le rôle principal du film[2].

Alors en pleine révélation de la sélection officielle du festival du film de Cannes dont le film Happy End de Michael Haneke dans laquelle elle joue, la RTBF fait savoir qu’en , la jeune actrice Fantine Harduin rejoint les deux acteurs principaux[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

La rue Danielle-Casanova à Paris

Avec le budget comptant entre 8 millions[2] et 9,5 millions d’euros grâce au soutien du Centre national du cinéma (CNC) et aux 30 % de crédit d’impôt[5], Daniel Roby et l’équipe du tournage débutent leurs prises de vues dans un studio de Saint-Ouen-l'Aumône où ils « recréent les rues de Paris envahies par une fumée toxique »[2] et les réels arrondissements, entre le 13 février et le [6]. Quant aux intérieurs, c’est dans les studios de Bry-sur-Marne « pour pouvoir les enfumer »[5].

En février, ils tournent dans la rue Danielle-Casanova dans les 1er et 2e arrondissements de Paris[7].

Le réalisateur fait ensuite une partie de la postproduction à Montréal, particulièrement montage et effets visuels[2]. Aurélia Abate, une des spécialistes de Fix Studio, précise que c’est tourné « avec de la vraie brume, mais dès que nous sommes en hauteur, nous faisons de la brume en 3D » après avoir réalisé plusieurs essais de fumée[5].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

La première bande-annonce, révélée le , « n'est pas sans rappeler The Mist de Frank Darabont mais aussi la saga Cloverfield dans sa façon de manier le suspense et d'entretenir le mystère », remarque Mathilde Cesbron du Point[8]. « Avec cette histoire de gaz (ou de « brume » en l'occurrence), difficile de ne pas faire le parallèle avec The Mist de Stephen King », souligne Sylvain Trinel d’IGN[9].

Box-office[modifier | modifier le code]

La première semaine, le film réalise 123 997 entrées. Le nombre d'entrées total s'élève à 256 506, chiffre faible au regard du budget d'environ dix millions d'euros[10].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 256 506 entrées[11] 6

Monde Total mondial 2 627 085 $ - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rencontre avec Dominique Rocher, réalisateur de La Nuit a dévoré le Monde », sur Avoir Alire - Critiques et news films, BD, musique, séries TV, (consulté le 2 mars 2018).
  2. a b c d et e Maxime Demers, « Daniel Roby tournera un premier film français », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 26 janvier 2018).
  3. Marc-André Luissier, « Romain Duris dans un film français de Daniel Roby », sur La Presse, (consulté le 26 janvier 2018).
  4. Vinciane Votron, « Cannes 2017: une jeune Mouscronnoise montera les marches du festival », sur RTBF, (consulté le 26 janvier 2018).
  5. a b et c Emma Mahoudeau Deleva, « « Dans la brume » : 1,1 million d’euros investis dans les effets spéciaux », sur Mediakwest, (consulté le 29 janvier 2018).
  6. Brigitte Baronnet, « Romain Duris et Olga Kurylenko dans le film d'anticipation Dans la brume », sur Allociné, (consulté le 26 janvier 2018).
  7. Olivier du Jaunet, « #ParisTournage La semaine passée Daniel Roby tournait Dans la brume avec Romain Duris dans le 9e. Il tourne now ds les 1er & 2e @Guyomcolboc », 20 février 2017 à 17 h 55 (hne) (consulté le 29 janvier 2018).
  8. Mathilde Cesbron, « Dans la brume, le film de SF français à surveiller », sur Le Point, (consulté le 29 janvier 2018).
  9. Sylvain Trinel, « Dans la brume : bande-annonce mortelle pour un Paris apocalyptique », sur IGN, (consulté le 29 janvier 2018).
  10. JP, « Dans la brume (2018) - JPBox-Office », sur www.jpbox-office.com (consulté le 23 août 2018).
  11. « Dans la brume », sur JPbox-office.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Document[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]