Vincenzo Natali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Natali.
Vincenzo Natali
Description de cette image, également commentée ci-après

Vincenzo Natali présentant son dernier film Splice à WonderCon 2010.

Surnom Vince Natali
Naissance (48 ans)
Détroit, Michigan,
États-Unis
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Profession réalisateur, scénariste, producteur
Films notables Cube
Cypher
Nothing
Splice

Vincenzo Natali, né le à Détroit, dans l'État du Michigan aux États-Unis, est un réalisateur, scénariste et producteur canadien.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts dans le cinéma[modifier | modifier le code]

Passionné de bande dessinée, il réalise à onze ans en 1980 avec son ami d'enfance Andre Bilejic son premier court-métrage Dark Empire, tourné en Super 8. Trois ans plus tard, il réalise un second court-métrage : Nuclear Memories. Ces débuts sont déjà marqués par la griffe du futur réalisateur : des scénarios de science-fiction innovants et de surprenantes unhappy end (fin non heureuse dans un film, caractéristique de certaines série Z fantastiques).

Progression en tant que storyboarder (années 1990)[modifier | modifier le code]

Il entre à l'école de cinéma Ryerson Polytechnic Institute au Canada[1], qu'il quitte un an et demi plus tard. Il est ensuite embauché comme technicien de production, puis devient storyboarder aux Nelvana Animation Studios, travaillant sur les séries animés Babar, Tintin, Beetlejuice et Dog City. Durant cette période, il réalise deux autres courts métrages (Mouth & Playground), tous deux diffusés dans divers festivals internationaux. Il continue son travail de storyboarder désormais pour le cinéma (Boulevard en 1994, Blood & Donuts, Johnny Mnemonic en 1995, The Boys Club en 1997, Ginger Snaps en 2000).

Révélation en tant que réalisateur (années 2000)[modifier | modifier le code]

En 1996, Vincenzo Natali est admis au Canadian Film Center's Resident Program. C'est dans ce cadre qu'il réalise son court-métrage Elevated. Il propose avec son ami Andre Bijelic le scénario de Cube au nouveau département du Film Center, le Feature Film Project. Son projet, à la fois original et économique, est retenu par le jury qui lui permet d'entreprendre sa production. Le film remporte un franc succès et est récompensé dans divers festivals : Genie Awards en 1997 (cinq nominations), Sundance Film Festival en 1997, Toronto Film Festival en 1997 (meilleur premier film canadien), festival de Gérardmer en 1999 (grand prix, prix du public, prix de la critique).

Quelques années et propositions plus tard, il accepte de réaliser son second film, basé sur un scénario de Brian King, Cypher. L'originalité du projet rend la recherche de financement difficile, mais le pari est relevé par la société de production Pandora Film spécialisée dans le cinéma indépendant. Comme pour son précédent film, Vincenzo Natali doit composer avec un petit budget (dix millions de dollars) et une période de tournage écourtée (trente-cinq jours). On retrouve dans ce film son acteur et ami d'enfance David Hewlett, qu'il avait connu à la St. George's College Choir School de Toronto.

Taxé d'être un réalisateur de films trop « intellectuels », il réalise en 2003 le surprenant film Nothing. Entre comédie et fantastique, ce troisième long-métrage démontre une nouvelle fois l'indépendance du réalisateur-scénariste. Dans l'attente d'un quatrième film, il joue le rôle de Marcus Fiehls dans le film d'horreur Rip Cage et réalise surtout un documentaire sur le travail du réalisateur Terry Gilliam (Getting Gilliam). Il participe l'année suivante au film collectif Paris, je t'aime.

En 2009, il revient néanmoins à la science-fiction pour son quatrième long-métrage : coproduction franco-canadienne, Splice est doté d'un casting international - Adrien Brody, Sarah Polley et l'inconnue Delphine Chanéac - et bénéficie des présences de Guillermo Del Toro, Joel Silver, and Don Murphy à la production. Le film reçoit de très bonnes critiques, mais peine à rembourser son budget de 30 millions de dollars.

Suite au non-aboutissement de plusieurs projets, il se tourne vers la télévision.

Passage aux séries télévisées (années 2010)[modifier | modifier le code]

Lui qui a débuté comme storyboarder sur des séries d'animation au début des années 1990 et a réalisé quelques épisodes de séries télévisées entre Cube et Cypher - sur la première saison de la série fantastique Psi Factor, chroniques du paranormal en 1996, ainsi que de trois épisodes de la deuxième saison de la série de science-fiction Earth : Final Conflict (Payback, Friendly Fire, Isabel) en 1998 - il participe à des séries majeures de la première moitié des années 2010.

En effet, après avoir écrit et réalisé le premier épisode d'une éphémère série de science-fiction en 2013 - Darknet -, et livrer un cinquième film de genre qui passe inaperçu, l'horrifique Haunter, avec la jeune Abigail Breslin dans le rôle principal, sa carrière prend un nouveau tournant : il se fait remarquer en signant deux épisodes de l'acclamée première saison de la série thriller Hannibal, diffusée en 2014. La même année, il est crédité à la réalisation d'épisodes de la série d'horreur Hemlock Grove, de la mini-série horrifique ABC's of Death 2 et de la mini-série de science-fiction Ascension.

Il confirme en 2015 : d'abord en mettant en scène un tiers des épisodes de la saison 2 de Hannibal, puis en réalisant un épisode de la saison 3 de la série de science-fiction culte Orphan Black et le second épisode de l'adaptation The Returned. Enfin, il retrouve Guillermo Del Toro en tant que producteur de la série fantastique The Strain : Natali réalise les deux derniers épisodes de la seconde saison.

Devenu un réalisateur de télévision de genre convoité, il réalise en 2016 le second épisode de la série fantastique développée par M. Night Shyamalan, Wayward Pines, puis un épisode de l'attendue épopée de science-fiction développée par Jonathan Nolan et J.J. Abrams, pour la chaîne HBO, Westworld. Il retrouve aussi Bryan Fuller, le développeur de Hannibal pour ses deux nouveaux projets : la série fantastique American Gods et le retour de la saga Star Trek à la télévision, Star Trek: Discovery.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts et moyens métrages[modifier | modifier le code]

année titre scénario remarque
1980 Dark Empire Vincenzo Natali & Andre Bijelic
1983 Nuclear Memories Vincenzo Natali
1992 Mouth Vincenzo Natali
1993 Playground Vincenzo Natali
1996 Elevated Vincenzo Natali & Andre Bijelic court métrage récompensé au Prix Génie
2005 Getting Gilliam Vincenzo Natali film documentaire sur le tournage de Tideland de Terry Gilliam
2006 Quartier de la Madeleine Vincenzo Natali segment 8e arrondissement du film collectif Paris, je t'aime.

Longs-métrages[modifier | modifier le code]

année titre scénario remarque
1997 Cube Vincenzo Natali & Andre Bijelic film récompensé à Bruxelles, au Fantasporto et à Gérardmer...
2002 Cypher Brian King film récompensé à Bruxelles et au Fantasporto
2003 Nothing Vincenzo Natali & David Hewlett & Andrew Miller film récompensé au Fantasporto
2009 Splice Vincenzo Natali, A.T. Bryant, Doug Taylor
2013 Haunter

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vincenzo Natali », sur Allo Ciné (consulté le 17 mai 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]