Noiraigue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la localité du canton de Neuchâtel. Pour le cours d'eau, voir Noiraigue (cours d'eau).
Noiraigue
Localité suisse
Blason de Noiraigue
Héraldique
Le village
Le village
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Neuchâtel Neuchâtel
District Val-de-Travers
Commune Val-de-Travers
NPA 2103
N° OFS 6508
Démographie
Gentilé Néraouis
Population 514 hab. (1er janvier 2007[1])
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 23″ nord, 6° 43′ 28″ est
Altitude 729 m
Superficie 638 ha = 6,38 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Noiraigue

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Noiraigue

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Noiraigue
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Noiraigue est une localité de la commune de Val-de-Travers et une ancienne commune suisse du canton de Neuchâtel[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1413 à 1848, Noiraigue appartient à la seigneurie de Travers, puis à la juridiction de Travers[4]. Noiraigue est, jusqu'en 1817, une étape importante sur la route venant de France[4].

L'industrie du fer a joué un rôle important à Noiraigue, comme dans d'autres communes du massif du Jura. Du XVIe au XIXe siècle, de nombreuses clouteries sont implantées à Noiraigue, de même que des hauts-fourneaux à la fin du XVIIe siècle[4].

En 1860, Noiraigue est reliée au réseau ferroviaire grâce à l'ouverture d'une gare par le chemin de fer franco-suisse[4]. De 1861 à 1934, trois fabriques de chaux et de ciment exploitent un gisement découvert lors de la construction du chemin de fer[4]. En 1896, une usine hydroélectrique est construite au Plan-de-l'Eau, suivie par une seconde en 1956 au Furcil[4].

Au XXe siècle, Noiraigue abrite une fabrique de pâtes alimentaires (1936-1952) et une fabrique de skis (1937-1946)[4].

La commune de Noiraigue fusionne le 1er janvier 2009 avec Boveresse, Buttes, Couvet, Fleurier, Les Bayards, Môtiers, Saint-Sulpice et Travers pour former la commune de Val-de-Travers[4].

En juin 2013, un projet de forage de Gaz de schiste est en élaboration sur le territoire de la commune. En 2015, le projet est en suspens[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Noiraigue » est une formation toponymique d'origine romane, composé des éléments noir- « noire » et -aigue, forme locale du mot « eau », d'où le sens global d’« eau noire ». C'est la rivière du même nom qui fut appelée ainsi car, chargée de tourbe, sa couleur est sombre[réf. nécessaire].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Noiraigue a compté 226 habitants en 1750, 260 en 1818, 241 en 1850, 954 en 1900, 661 en 1850 et 466 en 2000[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Gorges de l'Areuse
  • Cirque rocheux du Creux-du-Van
  • Temple (1861)
  • Chocolaterie Jacot
  • Ferme Robert
  • Via Ferrata

Sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Une Via Ferrata (celle du Tichodrome) est implantée sur la commune de Noiraigue, elle est perchée à flanc de falaise et s'étend sur 550 m.

Noiraigue est la dernière (ou la première!) localité suisse traversée par la Route de l'absinthe, itinéraire touristique et culturel franco-suisse menant de Pontarlier au Val-de-Travers.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Population résidante moyenne selon les communes », Office fédéral de la statistique, (consulté le 1er mars 2008)
  2. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2016 », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Eric-André Klauser, « Noiraigue », Dictionnaire historique de la Suisse,‎ (lire en ligne)
  5. http://www.arcinfo.ch/fr/regions/val-de-travers/le-forage-de-noiraigue-fait-debat-560-1191123