NGC 602

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 602
NGC 602 vue par le télescope spatial Hubble (Advanced Camera for Surveys (en)).
NGC 602 vue par le télescope spatial Hubble (Advanced Camera for Surveys (en)).
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Hydre mâle
Ascension droite (α) 01h 29m 26,3s[1]
Déclinaison (δ) −73° 33′ 38″
Distance ∼196 000 a.l. (∼60,1 kpc)[2]
Magnitude apparente (V) 13,08[3]
Dimensions apparentes (V) 34 [4]

Localisation dans la constellation : Hydre mâle

(Voir situation dans la constellation : Hydre mâle)
Hydrus IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Amas ouvert
Dimensions ∼180 a.l. (∼55,2 pc)[2]
Découverte
Découvreur(s) James Dunlop[5]
Date 1 aout 1826[5]
Désignation(s) ESO 29-SC43[4]
Liste des amas ouverts

NGC 602 est un jeune amas ouvert d'étoiles âgé d'environ 5 millions d'années[6]. Il a été découvert par l'astronome australien James Dunlop le .

Cet amas est situé en périphérie du Petit Nuage de Magellan (PNM), vers le nord, dans la constellation de l'Hydre mâle[5]. Il est situé dans une région où la densité d'étoiles et de gaz est faible. Le rayonnement et l'onde de choc engendrés par les étoiles de l'amas ont repoussé la majeure partie du gaz et de la poussière qui composent maintenant la nébuleuse appelée N90. Ce processus a engendré à son tour de nouvelles zones semblables aux Piliers de la création de la nébuleuse de l'Aigle, zones propices à la naissance de nouvelles étoiles. Dans ces zones, des étoiles en devenir, encore entourées de leur cocon de poussière, sont invisibles pour les télescopes optiques, mais on peut quand même les étudier dans le domaine de l'infrarouge grâce au télescope spatial Spitzer[6]. On a découvert plusieurs étoiles dite précurseurs de la séquence principale grâce à l'imageur IRAC (Infrared Array Camera) du télescope Spitzer[7].

Cet amas est particulièrement intéressant parce qu'il est situé dans l'aile du PNM menant au Pont magellanique, donc dans une zone où l'abondance chimique est peu élevée. Ses propriétés chimiques devraient donc être semblables à celle de l'univers encore jeune[7]. Comme l'amas est relativement isolé, il est facile à étudier.

Position de NGC 602. (Image réalisée avec le logiciel Stellarium)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 602 (consulté le 6 mars 2016)
  2. a et b (en) « Hubble Observes Infant Stars in Nearby Galaxy, NGC 602 Fast Facts, » (consulté le 16 mars 2016)
  3. (en) « NGC 602 sur Simbad » (consulté le 16 mars 2016)
  4. a et b (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 16 mars 2016)
  5. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 16 mars 2016)
  6. a et b (en) « Ongoing Star Formation in a Young SMC Cluster »
  7. a et b L.R. Carlson, M Sirianni et al., « Discovery of a Pre-main sequence Population in SMC cluster, NGC 602 with HST/ACS and SST/IRAC », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 37,‎ , p. 1475 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 594  •  NGC 595  •  NGC 596  •  NGC 597  •  NGC 598  •  NGC 599  •  NGC 600  •  NGC 601  •  NGC 602  •  NGC 603  •  NGC 604  •  NGC 605  •  NGC 606  •  NGC 607  •  NGC 608  •  NGC 609  •  NGC 610