Mettray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mettray
Mettray
La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray.
Blason de Mettray
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Vouvray
Intercommunalité Tours Métropole Val de Loire
Maire
Mandat
Philippe Clémot
2014-2020
Code postal 37390
Code commune 37152
Démographie
Gentilé Mettrayens, Mettrayennes
Population
municipale
2 022 hab. (2016 en diminution de 4,26 % par rapport à 2011)
Densité 196 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 10″ nord, 0° 38′ 57″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 100 m
Superficie 10,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mettray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mettray
Liens
Site web mettray.fr/

Mettray est une commune française située dans le canton de Vouvray depuis 2014 dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire, à quelques kilomètres au nord-ouest de la ville de Tours. Depuis 2000, elle est intégrée avec treize autres communes, dans un organisme intercommunal de coopération : Tours Plus.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Mettray est située à la périphérie de la ville de Tours, le long de la vallée de la Choisille et au nord de la Loire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Mettray.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 17,75 km, comprend un cours d'eau notable, la Choisille (5,765 km), et quatre petits cours d'eau pour certains temporaires[1],[2].

La Choisille, d'une longueur totale de 26,1 km, prend sa source à 149 mètres d'altitude sur le territoire de la commune de Nouzilly et se jette dans la Loire à Saint-Cyr-sur-Loire, à 42 m d'altitude, après avoir traversé 8 communes[3]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 1] et 2[Note 2] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [4],[5]. Sur le plan piscicole, la Choisille est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[6].

Quatre zones humides[Note 3] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « La Fosse à la Boite », « la vallée de la Choisille du Moulin d'Abas au Moulin Gruet », « la vallée du Ruisseau de la Perrée » et « la vallée de la Choisille de Langennerie au Moulin de Cormiers »[7],[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 76 et 476.

Deux autoroutes se trouvent à proximité :

La commune[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2019, le centre bourg se concentre autour de son église, et regroupe la mairie, et quelques commerces, dont , un bureau de tabac (qui gère le service minimum de la poste), un salon de coiffure et une boucherie (qui fait office de supérette et dépôt de pain).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune, appelée « Metrium » au XIe siècle, formait un fief qui relevait de la Motte-Sonzay et qu'on appelait « le Rouvre ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les mégalithes datant du Néolithique situés à la frontière avec la commune de Saint-Antoine-du-Rocher, au nord, représentent les vestiges les plus anciens de Mettray. Le plus important, « la Grotte aux Fées », est composé de trois tables d'environ 6 m sur 5 m. Le nom de ce dolmen indique qu'une légende s'attache à son origine. Trois créatures féminines auraient bâti l'édifice en une nuit ; si l'on s'avisait de déplacer les pierres, celles-ci reprendraient leur place en une nuit. Une autre tradition veut que les fées aient élu domicile à l'intérieur du dolmen.

Avantigny, située le long de la route de Rouziers est une ancienne ferme fortifiée. Seule une partie de son enceinte est conservée.

L'église Saint-Symphorien fut reconstruite en 1847 à la suite d'un incendie. Dans la nef de l'église se trouvaient autrefois un grand nombre de sépultures, détruites durant la Révolution.

Le logis seigneurial se trouvant rue du Manoir date du XVe siècle. Il est constitué de deux tours cylindriques et une tour polygonale.

En 1873, Mettray a été amputé de la Membrolle-sur-Choisille, qui devint alors une commune indépendante.

Un ensemble pédagogique appliqué à la question pénitentiaire, particulièrement innovant, est construit dans la première moitié du XIXe siècle : la Colonie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 En cours Philippe Clémot UMP-LR Cadre
1984 2008 Bernard Destouches DVD Dessinateur industriel
1983 1984 Gabriel Daligaux    
1971 1983 François Jauneaud    
1947 1971 Henri Renard    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 2 022 habitants[Note 4], en diminution de 4,26 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0171 0891 2478461 2121 2941 4601 9602 090
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1762 3112 5172 3441 6151 4131 4161 4611 399
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3241 1961 2431 1101 1631 2051 280737983
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0361 0211 0831 3681 9162 0291 9292 0912 042
2016 - - - - - - - -
2 022--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Graphique d'évolution de la population, 1794-1999

Petite enfance[modifier | modifier le code]

  • Crèche Graines de Soleil

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle
  • École primaire du Moulin-Neuf

Le collège de rattachement est le collège Léonard-de-Vinci à Tours, et le lycée de rattachement est le lycée Vaucanson à Tours.

Santé[modifier | modifier le code]

L'offre de santé se concentre autour des médecins et des dentistes situés au pôle services, rue des Bourgetteries. Une pharmacie se trouve à proximité.

L'hôpital le plus proche est la clinique de l'Alliance situé à Saint-Cyr-sur-Loire.

Sports[modifier | modifier le code]

Un gymnase municipal multi-sports (basket-ball, deux courts de tennis, tennis de table), deux terrains de football, un terrain de BMX, le gymnase communautaire du Moulin-Maillet avec deux courts de tennis intérieurs et deux extérieurs, et un centre équestre permettent aux habitants de pratiquer diverses activités sportives. Le club de tennis (JSMT) est l'un des plus importants club de la région avec plus de 200 licenciés, et une école de tennis où chaque semaine 30 plages horaires de cours sont assurées par une équipe de 5 éducateurs et 1 BE.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'une zone industrielle, la Z.I. des Gaudières. Un marché a lieu tous les mercredis matins, sur la place de l'Église.

Agriculture[modifier | modifier le code]

De grands espaces permettent des cultures principalement céréalières. Un élevage de bovins est également présent.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Le foyer rural, dont la construction fut terminée en 1971, permet la pratique d'activités culturelles. Il fut cependant rapidement trop petit, mais malgré tout rénové en 1998, car il a toujours une utilité.

L'Espace Cosélia, dont la construction fut terminée en 1997, est la salle des fêtes de la commune ; elle est spacieuse et moderne. Plusieurs salles annexes y permettent d'exercer les activités des associations. Une salle des Jeunes voit également le jour, utilisée en fin de compte par les associations.

Un tissu associatif composé de nombreuses associations est présent, notamment l'association Vivre Mieux à Mettray (VMM).

La fête communale se situe toujours le dimanche suivant le 1er juillet de chaque année : elle est traditionnellement constituée d'une brocante, d'un concours de pêche et de VTT, d'un repas collectif, et elle se termine par un feu d'artifice.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mettray

Les armes de Mettray se blasonnent ainsi :

De gueules aux cinq fasces ondées accolées, trois d'argent et deux d'azur[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  2. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  3. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 3 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Mettray », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  3. « Fiche Sandre - la Choisille », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  4. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 3 février 2019)
  5. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 3 février 2019)
  6. (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  7. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 3 février 2019)
  8. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 3 février 2019)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.