Michel Verne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verne.

Michel Verne

Description de l'image  Michel Verne.jpg.
Activités auteur de nouvelles et d'un roman.
Naissance
Paris, France
Décès
Toulon, France
Langue d'écriture Français
Genres aventure, science-fiction

Michel Jean Pierre Verne, né à Paris le [1], mort à Toulon le , est un écrivain français, fils de Jules Verne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel est le seul enfant de Jules Verne et de son épouse Honorine du Fraysne de Viane, veuve d'Auguste Hébé-Morel, qui avait eu deux filles de son premier mariage, Valentine et Suzanne, demi-sœurs de Michel.

En raison de son comportement rebelle, Michel est envoyé par son père à la Colonie pénitentiaire de Mettray (près de Tours) pour six mois en 1876. À l'âge de 19 ans, il provoque un scandale en s'enfuyant avec une actrice du théâtre municipal d’Amiens, Thérèse Dugazon, malgré les objections de son père. En 1883, son père finalement lui impose de se marier. Michel fait deux enfants à Thérèse, mais il va ensuite abandonner sa jeune épouse et s'enfuir avec Jeanne Reboul, jeune pianiste âgée de 16 ans, dont il a deux enfants avant même que son divorce ne soit finalisé, ce qui le met au ban de sa famille. Ces questions et d'autres ont causé beaucoup de tensions entre Michel et son père ; mais quand Jules Verne meurt, en 1905, leurs relations se sont améliorées, il leur est même arrivé de collaborer à certains articles[2].

Écrivain et éditeur[modifier | modifier le code]

Michel a pris en charge la publication d'un grand nombre des derniers manuscrits de son père ; il est d'ailleurs possible qu'il ait lui-même écrit certains d'entre eux. Les travaux désormais attribués, non plus à Jules, mais à Michel Verne sont :

Les travaux de Michel Verne sont généralement considérés comme inférieurs à ceux de son père, et la source de sa notoriété est probablement la controverse autour de l'attribution des dernières œuvres de son père.

Certains de ses travaux, à l'instar de Un Express de L'Avenir et de La Journée d'un journaliste américain en 2889, sont remarquables pour leur utilisation de tubes pneumatiques (pour personnes).

Un cas particulier est celui du livre L'Étonnante Aventure de la mission Barsac. Au début de 1903, Jules Verne, qui préside le groupe espérantiste d'Amiens et qui est un ardent défenseur de cette toute jeune langue internationale, promet à ses amis d'écrire un roman décrivant les mérites de l'espéranto. Du fait de sa mort prématurée, il laisse cet ouvrage inachevé. Le brouillon est ensuite repris par Michel, mais l'œuvre finale ne fait pas allusion à l'espéranto. Mais il s'agit pour Michel d'une grande désillusion sur les conséquences de la science, plus radicale que celle évoquée par son père : la ville dans le désert aux mains de bandits blancs qui enlèvent et mettent en esclavage des Noirs. L'histoire se termine par une double insurrection des Noirs et des ouvriers blancs travaillant jusqu'à un certain moment dans l'ignorance des faits sous l'autorité d'un savant mégalomane et inconscient sur l'utilisation de ses inventions, Marcel Camaret.

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Créateur de la Société "Le Film Jules Verne" en 1912, Michel Verne signa en parallèle un contrat avec la société d'édition Eclair Films et leur céda les droits d'adaptation de huit romans de son père. Il supervisa ainsi Les Indes Noires en 1916-1917 avant de résilier son contrat avec Eclair en août 1917. Michel s'associa alors avec un homme d'affaires, Jules Schreter, pour développer sa société. En 1918-1919, il réalisa ainsi : L'étoile du Sud, Les 500 millions de la Bégum et La Destinée de Jean Morénas. La société "Le Film Jules Verne" fut vendue en 1932 au producteur Alexander Korda et à la London Films puis cessa ces activités en 1966[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Les trois nouvelles, La destinée de Jean Morénas, La journée d'un journaliste américain en l'an 2889, L'éternel Adam seront aussi publiées dans le recueil de nouvelles, intitulé Hier et Demain, et paru en 1910.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 10/3103/1861 (consulté le 2 janvier 2013)
  2. Roger Maudhuy, Jules Verne : La face cachée, France-Empire,‎ 2005, 291 p. (ISBN 2704809909)
  3. Le Volcan d'or a bien été écrit par Jules Verne, mais son fils, l'ayant repris à la demande de Louis-Jules Hetzel, en a dénaturé le sens. Première publication de l'œuvre originale: "Société Jules-Verne". 1989.
  4. Voir Jean Demerliac : Le Film Jules Verne. Revue Jules Verne 33/34, Centre international Jules Verne, 2011, p. 85-97

Liens externes[modifier | modifier le code]