Masque FFP2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Masque FFP2 à valve, filtrant 94 % des particules, mais uniquement dans le sens extérieur vers intérieur.

Attention : Le masque figurant ci-dessus est prévu pour le bricolage ou l'industrie. Comme le rappelle l'INRS, « il ne protège que son porteur »[1],[2].

À cause de sa valve (soupape qui s'ouvre à chaque expiration et se ferme à l'inspiration), « l'air expiré par le porteur à travers la « soupape » est susceptible de contaminer l'environnement extérieur »[1],[2], par exemple s'il expire des particules infectieuses de type virales et/ou des bactériennes ou mycobactériennes), surtout s'il éternue, tousse, crie ou même parle dans son masque.

Pour le contexte médical ou pandémique, ce même type de masque existe sans valve.

Le masque FFP2 (filtering facepiece, littéralement « pièce faciale filtrante ») de seconde classe, est un modèle de masque de protection autofiltrant de type jetable utilisé pour filtrer 94 % des particules en suspension dans l'air, selon les normes européennes EN 143[3] et EN 149[4] qui comptent deux autres classes, le masque FFP1 et le masque FFP3.

Le masque FFP2 est utilisé dans l'industrie ainsi que (sans valve/soupape pour une protection dans les deux sens[1],[2]) dans le domaine sanitaire et médical, notamment dans les épidémies pour éviter les maladies transmissibles et nosocomiales.
Son équivalence proche américaine est le masque de protection N95.

Le masque de protection le plus performant, selon la norme européenne, est le masque FFP3 (filtration à 98 % des particules) [5],[6],[7],[8].

Description[modifier | modifier le code]

La désignation FFP2 signifie qu'il filtre au moins 94 % des particules présentes dans l'air. Le masque FFP2 doit être homologué pour retenir au moins des particules jusqu'à 0,6 µm[8].

  • Taux minimum de pénétration (ou filtration) d'aérosols/particules retenu par le média-filtrant du masque : 94 %.
  • Taux maximum FTI (Fuite Totale vers l’Intérieur) ou taux d'air non filtré qui ne passe pas à travers le filtre mais rentrant à l’intérieur du masque : 8 %[9].

Les fabricants utilisent des élastiques de couleur blanche ou bleue pour l'identifier.

Usage industriel[modifier | modifier le code]

Le masque FFP2 permet une protection dans divers domaines tels que l'industrie du verre, la fonderie, le bâtiment, l'industrie pharmaceutique et l'agriculture. Il arrête en effet les substances particulaires (pas les nanoparticules ni les gaz).

Usage hospitalier et sanitaire[modifier | modifier le code]

Le masque FFP2 (sans valve/soupape pour ne pas contaminer l'environnement extérieur de la part du porteur, éventuellement asymptomatique[1]) est utilisé pour éviter d'être contaminé par un agent pathologique tel que le virus de la grippe, de l'influenzavirus B, de la grippe aviaire, du coronavirus (dont le SARS-CoV-2 causant la COVID-19), du bacilleYersinia pestis, de la bactérie de la peste pulmonaire et de la tuberculose[10] ou du virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) [8],[6],[7].

Le modèle sans valve/soupape est indiqué pour la protection respiratoire de tous les professionnels de santé ou pour toutes personnes exposées à un risque dans les situations suivantes[6],[7] :

  • Accès aux chambres en isolation respiratoire.
  • Personnel d'urgence et consultations avec des patients à haut risque de maladies à transmission aérienne.
  • Entreprises et laboratoires où les mycobactéries sont travaillées et traitées (dans une cabine à flux laminaire).

Dès le début de l'année 2020, ces masques ont connu une forte demande de la part des particuliers et des professionnels de la santé, conséquence de la pandémie de Covid-19.

En mars 2020, dans de nombreux pays, les masques FFP2 ont manqué aux professionnels de la santé traitant les patients atteints ou susceptibles d'être atteints par la maladie à coronavirus 2019. Les stocks ont alors été réquisitionnés par les gouvernements.

Comparaison des types de masques selon les normes européennes - FFP[modifier | modifier le code]

La norme européenne EN 143 définit 3 différentes classes de masque par le type de filtre à particules qui peut être fixé ou caractérisé sur un masque facial chirurgical ou industriel : P1 (filtrage à 78 %), P2 (filtrage à 92 %) P3 (filtrage à 98 %)

La norme européenne EN 149 définit les classes suivantes de "demi-masques filtrants" ou "masques filtrants " ( FFP ), c'est-à-dire les masques construits entièrement en matériau filtrant:

Classe Limite de pénétration du filtre (à 95 l./min débit d'air) Débit Fonction
FFP1 Filtre au moins 78 % des particules en suspension dans l'air < 22 % Antipoussière
FFP2 Filtre au moins 92 % des particules dans l'air < 8 % Contre les virus de la grippe, l'influenzavirus B, la grippe aviaire, le SARS-CoV, le SARS-CoV-2, la yersinia pestis, la mycobacterium tuberculosis ainsi que les utilisations indiquées dans FFP1
FFP3 Filtre au moins 98 % des particules dans l'air < 2 % Contre de très fines particules, par exemple, l'amiante et la céramique, les procédures médicales qui génèrent des aérosols (intubation endotrachéale, bronchoscopie, Wash bronoco-Ventilation alvéolaire manuellement avant l'intubation, la ventilation non invasive, trachéotomie et utilisations mentionnées dans FFP1 et FFP2

Cf. les classes HEPA européennes pour comparaison.

Les normes européennes EN 143 et EN 149 testent la pénétration des filtres avec des aérosols secs de chlorure de sodium[11] et d'huile de paraffine après avoir stocké les filtres à +70 °C et −30 °C pendant 24 heures chacun.

Les normes comprennent des tests de résistance mécanique, de résistance à la respiration et d'obstruction.

La norme EN 149 teste la fuite vers l'intérieur entre le masque et le visage, où dix sujets humains effectuent 5 exercices chacun et pour 8 personnes, la fuite vers l'intérieur moyenne mesurée ne doit pas dépasser 22 %, 8 % et 2 % respectivement, comme indiqué ci-dessus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Appareils de protection respiratoire et bioaérosols : quelle est l'efficacité des médias filtrants ? Points de repère (Page de présentation d'un média - INRS) », sur www.inrs.fr (consulté le )
  2. a b et c « Risques biologiques. Masques de protection respiratoire et risques biologiques : foire aux questions - Risques - INRS », sur www.inrs.fr (consulté le )
  3. NF EN 143/A1 septembre 2006 Appareils de protection respiratoire - Filtres à particules - Exigences, essais, marquage
  4. NF EN 149+A1 septembre 2009 Appareils de protection respiratoire - Demi-masques filtrants contre les particules - Exigences, essais, marquage
  5. (es) « Guía de mascarillas quirúrgicas y autofiltrantes », OsaKidetza (consulté le )
  6. a b et c Uso de mascarillas quirúrgicas y máscaras FFP en las precauciones de aislamiento de los centros sanitario, files.sogamp.webnode.es, Sociedad gallega de medicina preventiva.
  7. a b et c Protección respiratoria: Mascarillas quirúrgicas y mascarillas de protección, riojasalud.es
  8. a b et c Medidas preventivas para el control de las enfermedades respiratorias y de tranmisión aérea, ssibe.cat
  9. « Fiche pratique de sécurité ED 105 — Appareils de protection respiratoire et métiers de la santé » [PDF], sur inrs.fr, INRS (consulté le )
  10. « Risques infectieux en milieu de soins - masques médicaux ou appareils de protection respiratoire jetables : quel matériel choisir ? », sur sante.gouv.fr, (consulté le ).
  11. Mascarillas Autofiltrantes FFP1, 2 y 3, sibol

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :