Maison Blanche (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison Blanche (homonymie).
Maison Blanche
Les quais, vue en direction de La Courneuve.
Les quais, vue en direction de La Courneuve.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 13e
Coordonnées
géographiques
48° 49′ 20″ nord, 2° 21′ 31″ est

Géolocalisation sur la carte : 13e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 13e arrondissement de Paris)
Maison Blanche

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Maison Blanche
Caractéristiques
Voies 2
Quais 2
Zone 1
Transit annuel 2 122 847 (2013)
Historique
Mise en service (10)
(7)
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 1409
Ligne(s) (7)
Correspondances
Bus RATP (BUS) RATP 47

Traverse Bièvre Montsouris

(7)

Maison Blanche est une station de la ligne 7 du métro de Paris, située dans le 13e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station se trouve sous l'avenue d'Italie, entre les rues Caillaux et Bourgon, à proximité de la porte d'Italie.

Elle est la dernière station du tronc commun de la ligne, avant les branches Ivry-sur-Seine et Villejuif.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station ouvre le 7 mars 1930 lors du prolongement de la ligne 10 entre Place d'Italie et Porte de Choisy. La partie de la ligne 10 entre Jussieu et Porte de Choisy est transférée sur la ligne 7 le 26 avril 1931.

Ce quartier de Paris tient son nom d'une auberge nommée « Maison Blanche ». La rue de la Maison-Blanche se trouve à plusieurs centaines de mètres au nord, près de la station Tolbiac.

Abri anti-gaz[modifier | modifier le code]

Maison Blanche a fait partie des deux stations équipées, lors de leur construction, pour être à l'abri des attaques chimiques[1]. La seconde station était Place des Fêtes[2].

Le tunnel était alors équipé de portes étanches à l'air[3] qui auraient permis à la population de se réfugier dans la station en cas d'attaque. Au moins deux de ces portes sont encore en place dans le tunnel[1] à proximité de la station..

Attentat de 1995[modifier | modifier le code]

Un attentat est perpétré par un groupe islamiste algérien (GIA) à proximité de la station le . Une bonbonne de gaz déposée dans une poubelle est découverte par un postier, mais elle explose alors que les policiers mettent en place un périmètre de sécurité. Le bilan est de 18 blessés[4],[5].

Le lieu est choisi en référence aux circonstances de l'arrestation de Khaled Kelkal, l'un des principaux instigateurs de l'attentat du RER B à Saint-Michel. Quelques jours auparavant, le , les forces de l'ordre avaient abattu Kelkal au cours de son interpellation au lieu-dit Maison Blanche[6], près de Vaugneray (Rhône)[7].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2011, 2 155 971 voyageurs sont entrés à cette station[8]. Elle a vu entrer 2 122 847 voyageurs en 2013 ce qui la place à la 241e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[9],[10].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Accès du 119 de l'avenue d'Italie.

La station dispose de quatre accès devant les nos 103, 119, 144 et 162 de l'avenue d'Italie.

Quais[modifier | modifier le code]

Maison Blanche est une station de configuration standard : elle possède deux quais séparés par les voies du métro et la voûte est elliptique. La décoration est du style utilisé pour la majorité des stations du métro : le bandeau d'éclairage est blanc et arrondi dans le style « Gaudin » du renouveau du métro des années 2000, et les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les pieds-droits, la voûte et le tympan. Les cadres publicitaires sont en faïence de couleur miel et le nom de la station est également en faïence. Les sièges sont du style « Motte » de couleur bleue.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par la ligne 47 et par celle du service urbain La Traverse Bièvre Montsouris du réseau de bus RATP.

Projet de prolongement de la ligne 14[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du prolongement au sud de la ligne 14, sous maîtrise d'ouvrage de la Société du Grand Paris, en direction de l'aéroport d'Orly, la station devrait devenir vers 2024 une station de correspondance entre les deux lignes[11], sous le nom « Maison Blanche – Paris XIIIe »[12]. Elle accueillerait une station Véligo[13].

La station sera implantée entre la rue Caillaux et la rue Tagore, le long de l’avenue d’Italie, à l’est de l’actuelle station de métro de la ligne 7. L’accès aux quais de la ligne 14 et de la ligne 7 se fera depuis le centre du grand parvis où sont situés les accès au métro. Les voyageurs pourront emprunter des escaliers mécaniques ou des ascenseurs pour accéder aux quais. Depuis les quais, situés à environ 21 mètres de profondeur, la correspondance vers la ligne 7 du métro se fera par la mezzanine. Le parvis en surface permettra d'aller vers le tramway de la ligne T3a ou le pôle bus de la porte d’Italie.

La conception de la station est confiée au groupement conduit par les ingénieries SETEC TPI et SYSTRA ainsi qu'à l'agence d'architecture Groupe-6[14],[15].

Les travaux préparatoires se déroulent de novembre 2016 jusque fin 2017. La construction de la station commence en 2018 pour une mise en service en 2024[12]. Elle est attribuée en à Léon Grosse en groupement avec Soletanche Bachy France[16].

Culture[modifier | modifier le code]

La station sert de décor à une scène importante du roman de Günter Grass Le Tambour (1960), dans laquelle le héros, Oscar Matzerath, aperçoit les inspecteurs venus l'arrêter alors qu'il se dirige vers la sortie en empruntant l'escalator.

À proximité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le métro de Paris, Julian Pepinster, éditions La Vie du Rail, page 233.
  2. Le métro de Paris, Julian Pepinster, éditions La Vie du Rail, page 223.
  3. Photo des portes de défense passive, construites en 1936, à la station Maison Blanche, sur fr.topic-topos.com. Consulté le 19 novembre 2012.
  4. Attentat avenue d'Italie, INA, 6 octobre 1995.
  5. Attentats de 1995: Ramda jugé à Paris.
  6. Carte des lieux, sur le site geoportail.gouv.fr, consulté le 15 janvier 2018.
  7. Christophe Dubois et Nelly Terrier, Deux islamistes face aux 200 victimes des attentats de 1995, 1er octobre 2002, Le Parisien.
  8. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr. Consulté le 5 novembre 2012.
  9. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr, consulté le 31 août 2014.
  10. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2013.
  11. Société du Grand Paris – Atlas cartographique, carte 64, page 40.
  12. a et b Fiche de la gare de Maison Blanche – Paris XIIIe, document de la Société du Grand Paris, du 4 septembre 2017, consulté le 9 septembre 2017.
  13. [PDF] Présentation lors de la réunion publique d’information à Paris - 3 juin 2014 Société du Grand Paris
  14. Grand Paris Express : les maîtres d’œuvre de la ligne 14 sud désignés, Le Moniteur, 10 juin 2015, consulté le 18 octobre 2015.
  15. Ligne 14 : SYSTRA dans le groupement de maîtrise d'œuvre du prolongement Sud, ratp.fr, consulté le 18 octobre 2015.
  16. La RATP donne le coup d’envoi des travaux de génie civil de la ligne 14 sud, article du , sur lemoniteur.fr, consulté le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]