Liste de villes fantômes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article recense non-exhaustivement une liste de villes fantômes.

Afrique[modifier | modifier le code]

Maroc[modifier | modifier le code]

  • Ahouli, est un village minier au Maroc. Autrefois l’un des plus importants gisements de plomb du Maroc, les mines voisines d’Ahouli et de Mibladen sont désormais à l’abandon. Le village est situé à 25 kilomètres de Midelt. Depuis plus de dix ans, des mineurs clandestins, plus que 45 000 hommes et femmes, en permanence 3 500, s'engouffrent chaque jour dans ses galeries au péril de leur vie.

Namibie[modifier | modifier le code]

République Centrafricaine[modifier | modifier le code]

Soudan du Sud[modifier | modifier le code]

  • Lukangol, détruite pendant les conflits politiques de 2011. Avant sa destruction, la ville comptait 20 000 habitants[4]

Tunisie[modifier | modifier le code]

Zrawa - un village berbére abandonné en sud de la Tunisie, dans le gouvernerat Gabes.
  • Zrawa[5], village berbère au sud de la Tunisie, a presque 2000 ans. Ce village au sud tunisien était abandonné et perdu au milieu de paysages montagneux.

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Chypre[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Villages martyrs[modifier | modifier le code]

La Meuse compte les six villages détruits pendant la bataille de Verdun en 1916 et jamais reconstruits :

Le village de Douaumont lui-même est détruit et abandonné.

Perthes-lès-Hurlus, dans la Marne, détruit et déserté à l'issue de la Première Guerre Mondiale. Il fait partie aujourd'hui de la commune de Souain-Perthes-lès-Hurlus et est intégré dans le camp militaire de Suippes.

Un célèbre exemple de village martyr est Oradour-sur-Glane en Limousin, laissé tel quel après son incendie et le massacre de ses habitants par une division SS le 10 juin 1944. Il est un cas particulier de village fantôme, car son maintien a été délibérément effectué à des fins mémorielles et patrimoniales, et un autre village a été reconstruit à proximité.

Alpes[modifier | modifier le code]

Plusieurs anciennes communes des Alpes-de-Haute-Provence, victimes de l'exode rural au cours du XXe siècle :

Quelques anciennes communes des Hautes-Alpes, abandonnées pour les mêmes raisons au cours du XXe siècle :

Ailleurs dans l'Hexagone[modifier | modifier le code]

  • Le Brezou, Aveyron, France - village construit par l'EDF, abandonné dans les années 1980[10].
  • Brovès, ancienne commune du Var, abandonnée à la création du camp militaire de Canjuers en 1972.
  • Le Bourget, commune du Jura, expropriée et abandonnée lors de la mise en eau de la retenue du barrage de Vouglans en 1968. Elle a été réunie à Orgelet. Le village de Brillat, également disparu sous les eaux de la retenue, était sur le territoire de Maisod après fusion des deux communes en 1822.
  • Celles, commune de l'Hérault, expropriée et abandonnée lors de la mise en eau du lac du Salagou en 1969 et pourtant non recouverte par les eaux.
  • Montcalmès, ancien hameau de l'Hérault, abandonné à la fin du XIXe siècle à cause de la difficulté d'approvisionnement en eau[11].
  • Rombly, sud de Camiers, fut recouvert par les sables une nuit de 1646 selon la légende.
  • Le village de Périllos, (Pyrénées-Orientales), déserté par son dernier habitant (un berger) en 1970 mais de nouveau occupé de façon saisonnière depuis les années 2000.

Le hameau et ses terres ont été rattachés au village voisin d’Opoul, devenant ainsi la commune d’ Opoul-Périllos, aujourd’hui habitée par quelques centaines de personnes.

En France d'outre-mer.[modifier | modifier le code]

  • Guisanbourg, ancienne commune de la Guyane. Seule l'église du village tient encore debout. La localité a été réunie avec Régina.
  • L'Île aux Marins est une île de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon qui comptait autrefois plusieurs centaines de familles de pêcheurs originaires de Normandie. Abandonnée dans les années 1960, l'île est une ville fantôme qui renaît chaque été pour le bonheur des touristes.
  • Occi, en Corse, situé dans les hauteurs du village de Lumio.

Grèce[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Ville fantôme de Balestrino.

Norvège[modifier | modifier le code]

Au Spitzberg : Advent City, Colesbukta, Grumantbyen, Pyramiden

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Pologne[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Ukraine[modifier | modifier le code]

Auto-tamponneuses abandonnées à Pripiat, en Ukraine. Après son évacuation lors de la catastrophe de Tchernobyl, la ville est devenue une ville fantôme

Asie[modifier | modifier le code]

Azerbaïdjan[modifier | modifier le code]

  • Agdam, capitale d'Agdam Rayon et ville fantôme située au sud-ouest de l'Azerbaïdjan[14]. Agdam est actuellement une ville en ruine et inhospitalière à la suite de la fuite de ses habitants en 1993[15],[16]

Birmanie[modifier | modifier le code]

  • Naypyidaw, la nouvelle capitale birmane construite en 2006, a coûté l'équivalent de près de 4 milliards d'euros, mais est quasi-déserte[17].

Chine[modifier | modifier le code]

  • Ordos, district de Kang Bashi[18]. Il ne s'agit pas réellement d'une ville fantôme mais d'une ville peu habitée en 2015, le taux d'habitants croissant depuis cette période.
  • Tiandu Cheng, considérée comme ville fantôme avec 2 000 habitants un an après ses début en 2015, elle comporte 30 000 habitants en 2018[19].

Corée du Nord[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Iran[modifier | modifier le code]

Irak[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Mongolie[modifier | modifier le code]

  • Mardai, ville minière d'extraction uranium

Ouzbékistan[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Taïwan[modifier | modifier le code]

Thaïlande[modifier | modifier le code]

  • La vieille ville d'Ayutthaya, ancienne capitale du pays, abandonnée en 1767.

Turquie[modifier | modifier le code]

La cathédrale ruinée d'Ani.

Amérique[modifier | modifier le code]

Argentine[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Chili[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

Géorgie du Sud[modifier | modifier le code]

Montserrat[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mike Thompson, « Massacre haunts CAR villagers », BBC News, (consulté le 18 décembre 2008)
  2. (en) Mike Thompson, « Deserted villages and abandoned lives », BBC News, (consulté le 18 décembre 2008)
  3. https://www.bbc.co.uk/news/world-africa-25195929
  4. (en) « South Sudan 'sends more troops' to strife-torn town Pibor », BBC News, (consulté le 2 janvier 2012)
  5. « Zwara »
  6. Otzenrath, Allemagne, ville fantôme : photos & historique
  7. « Privacy settings », sur myprivacy.persgroep.net (consulté le 20 janvier 2019)
  8. http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/valdeluz-une-ville-fantome-des-temps-modernes-4383356.html.
  9. a b c d et e Vincent Joly, « Dans le cœur vide des villes fantômes », in Le Figaro Magazine, semaine du 13 décembre 2013, pp. 56-61.
  10. « Le Brézou, village abandonné, mythe ou réalité? », urbanXplo,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2018)
  11. decouverte34.com
  12. Rémi Pironin, « Déserté par l’homme depuis 1936, le village d’Issandolanges est resté figé dans le temps », lamontagne.fr, 31 juillet 2015.
  13. (en) Overview of Bothwellhaugh
  14. (en) Holding, Nicolas (2003). Armenia with Nagorno Karabagh - Bradt Travel Guide. p. 200.
  15. (ru) "Города-призраки. Агдам – жертва мести, памятник глупости". Необычный. 6 octobre 2010.
  16. (ru) "Отчет о велосипедном походе по Армении и Нагорному Карабаху 2007". Mountain.
  17. Vincent Cuzon, « Une incroyable ville fantôme, 6 fois plus grande que New York ! », sur http://edito.seloger.com, (consulté le 7 janvier 2016).
  18. « Les villes fantômes, une réalité chinoise », sur www.latribune.fr, La Tribune Nouvelle, (consulté le 11 janvier 2019).
  19. Tamara Thiessen, « How China’s fake Paris impressed a French photographer with the Eiffel Tower and more », sur South China Morning Post,
  20. (en) (en) Luc-Normand Tellier, Urban World History: An Economic and Geographical Perspective, PUQ, (ISBN 978-2-7605-1588-8, lire en ligne), p. 213
  21. (en) (en) William Dalrymple, In Xanadu, , 128–129 p.
  22. (en) Brian Burke-Gaffney, « Hashima: The Ghost Island », Crossroads: A Journal of Nagasaki History and Culture, (ISSN 0919-6102), p. 33–52
  23. Site avec vidéo et photos de Rhyolite