Kolmanskop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kolmanskop
Kolmannskuppe
Kolmanskop
Panneau à l'entrée de la ville de Kolmannskuppe.
Administration
Pays Drapeau de la Namibie Namibie
Géographie
Coordonnées 26° 42′ 00″ sud, 15° 13′ 59″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Namibie
Voir sur la carte administrative de Namibie
City locator 14.svg
Kolmanskop

Kolmanskop (en allemand : Kolmannskuppe) est un village situé en Namibie dans le désert du Namib à une dizaine de kilomètres de Lüderitz.

Après avoir été un site prospère d'extraction de diamants, le lieu est devenu un village fantôme, envahi par le sable du désert du Namib. L'exploitation diamantifère se poursuit cependant. Quelques mineurs y travaillent et utilisent encore certaines infrastructures comme le théâtre ou la salle de jeu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kolmanskop a été fondé à la fin du XIXe siècle par des colons allemands. Bâtie en 1908, la ville a connu une prospérité fulgurante grâce à l'exploitation du diamant. Elle a atteint son apogée en 1920 puis s'est éteinte doucement au cours du XXe siècle. Durant sa période d'opulence, Kolmanskop importait l'eau potable depuis Le Cap en Afrique du Sud, distante de plus de 1 000 kilomètres. En dépit de l'environnement hostile, jusqu'à 400 personnes y ont vécu. De majestueuses maisons en pierre y ont été bâties sur le modèle allemand. L'hôpital de Kolmanskop, aujourd'hui en ruine, a été le premier hôpital d'Afrique équipé d'une machine à rayon X au début du XXe siècle, essentiellement pour vérifier si les mineurs n'avaient pas avalé des diamants[1]. Les derniers habitants sont partis dans les années 1960.

Kolmanskop est devenue une attraction touristique majeure du sud de la Namibie[2].

La ville dans les arts[modifier | modifier le code]

Le lieu a fait l'objet de photos de Helga Kohl, présentées dans plusieurs expositions dans des lieux tels que Musée national d'Art africain de Washington, et dans des rencontres photographiques et festivals, comme les Rencontres africaines de la photographie en 2007, à Bamako[3]. En 2011, Reinhild Dettmer-Finke a réalisé un documentaire coproduit par ZDF et Arte intitulé Kolmanskop – A Diamond Ghost Town in Namibia.

En 2020 sort le 4e album du projet musical australien Tame Impala, The Slow Rush, dont la photo ornant la pochette (œuvre du photographe Neil Krug et de Kevin Parker) représente une maison envahie par le sable située à Kolmanskop[4].

Image panoramique
Panoramique autour de Kolmanskop et Lüderitz
Voir le fichier

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. En Namibie, aucun diamant ne leur échappe - Invitation au voyage. Arte, 9 juin 2021.
  2. (en) « Kolmanskop - Lüderitz - Namibia », sur kolmanskuppe.com (consulté le ).
  3. Erika Nimis, « Helga Kohl », dans Luce Lebart et Marie Robert (dir.), Une histoire mondiale des femmes photographes, Éditions Textuel, , p. 332
  4. (en) « Creating the artwork for Tame Impala's The Slow Rush », sur Creative Review, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]