Vijayanagara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vijayanagara
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Flag of India.svg IndeVoir et modifier les données sur Wikidata
États
Division
Gulbarga (en)
District
Superficie
650 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Fonctionnement
Statut

Vijayanagara est la capitale du royaume de Vijayanagara.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été fondée en 1336. À son apogée, l'empire dont elle était la capitale était plus grand que l'Autriche. De nombreux voyageurs l'ont décrite comme remarquable pour sa taille et sa prospérité : « La ville qui avait la richesse et la magnificence avec lesquelles aucune capitale européenne ne pouvait se comparer »[1].

Au XVIe siècle, Hampi-Vijayanagara était la deuxième ville la plus peuplée du monde (après Beijing) et probablement la plus riche d'Inde, attirant les marchands de Perse et du Portugal[2],[3].

La ville fut fondée par Harihara I et Bukka, les frères Sangama[4]. Une partie des ruines de Vijayanagara, connues sous le nom de Hampi, ont été inscrites par l'UNESCO au Patrimoine mondial. Vijayanagara est située dans la partie orientale de la province du Karnataka, proche de la frontière avec Andhra Pradesh[5],[6].

Origines[modifier | modifier le code]

Hampi est une ancienne cité, mentionnée dans des textes hindous, riche de temples et monuments pré-Vijayanagara [7]. La capitale a été fondée autour des lieux de cultes hindous, Pampa Tirtha et Kishkinda qui existaient déjà à Hampi. Le nom du centre de la ville, Hampi, provient de Pampa, l'autre nom de la déesse Parvati dans la mythologie hindoue. D'après Sthala Purana, Parvati (Pampa) a mis en œuvre un mode de vie d'ascète pour faire revenir Shiva sur les bords de la rivière Tungabhadra, sur la colline Hemakuta qui fait maintenant partie de Hampi[8]. Shiva est aussi appelé Pampapati (littéralement « époux de Pampa »)[8]. La rivière est venue à être connue sous le nom de rivière Pampa[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Sewell, A Forgotten Empire (Vijayanagar), Londres, Swan Sonnenschein & Co, , 43, 92 p.
  2. Michael C. Howard, Transnationalism and Society : An Introduction, McFarland, , 77–78 p. (ISBN 978-0-7864-8625-0, lire en ligne)
  3. Nicholas F. Gier, The Origins of Religious Violence : An Asian Perspective, Lexington, , 11–14 p. (ISBN 978-0-7391-9223-8, lire en ligne)
  4. Sailendra Sen, A Textbook of Medieval Indian History, Primus Books, , 103–106 p. (ISBN 978-93-80607-34-4)
  5. Vijayanagara, Encyclopaedia Britannica
  6. Anila Verghese 2002, p. 1–18
  7. Fritz et Michell 2016, p. 12-33, 66-69.
  8. a et b Fritz et Michell 2016, p. 14-15.
  9. Anila Verghese 2002, p. 6–7, 40, 92