Michel Hermon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hermon.
Michel Hermon
Naissance
Genre musical opéra, chanson française
Labels Last Call

Michel Hermon est un homme de théâtre et un chanteur français, né à Paris en 1948. Très éclectique, il se tient à la croisée du théâtre, du théâtre musical, du music-hall, de la chanson et de la musique classique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Hermon se lance dès 14 ans dans le théâtre. Depuis l’enfance, il rêve d’être directeur de troupe et metteur en scène. Il se forme au Cours Simon, puis au Conservatoire de Paris, et fonde sa propre compagnie, le Théâtre 9.

Les années théâtre[modifier | modifier le code]

À la tête du Théâtre 9, il va alors monter plusieurs pièces dans les années 1970, parmi lesquelles Les Malheurs de Sophie d’après la Comtesse de Ségur (1969), Britannicus (1968) puis Phèdre (1974) de Racine, Don Juan revient de guerre d'Ödön von Horváth (1970), Lulu de Frank Wedekind (1973), Phenthésilée de Kleist (1976).

En 1976, il commence à travailler le chant et prend peu à peu ses distances vis-à-vis du théâtre. Pendant trois ans il joue à « faire l’acteur » chez les autres : Edouard II dans Le Règne blanc de Denis Guénoun d'après la pièce de Christopher Marlowe, Sigismond dans La Tour d’Hofmanstahl (1976), Coriolan (1977) puis Hamlet (1978) dans les pièces éponymes de Shakespeare.

En 1978, à la suite de la proposition de Tilly de faire un tour de chant dont ils écriraient ensemble les textes et que Tilly mettrait en scène, Michel Hermon s'oriente un peu plus vers le chant.

Il continue cependant ses activités de dramaturge puisqu'à cette période il met en scène les deux premières pièces de Tilly : Charcuterie fine (1980) et Spaghetti bolognèse (1982).

Les années lyriques[modifier | modifier le code]

En 1982, Michel Hermon décide d’arrêter toute activité théâtrale pour se consacrer exclusivement à l’étude de la musique et devenir chanteur lyrique. À partir de 1987 et jusqu’à aujourd’hui, il donne de nombreux récitals de lieder (entre autres les trois cycles de Franz Schubert : La belle Meunière, Voyage d’hiver et Le chant du cygne).

Il tient son premier rôle sur une scène d’opéra en 1988 dans L’enfant qui grandit trop vite de Menotti. Suivront dans les années 1990 Les Noces de Figaro, Zaide, et Bastien et Bastienne de Mozart, L’Opéra de quat’sous de Kurt Weill, La Belle Hélène d'Offenbach, Christophe Colomb de Darius Milhaud.

En 1990, au Printemps de Bourges, il crée Berlin, spectacle en chansons avec Agnès Host qui explore un répertoire franco-allemand (Prévert, Aznavour, Schoenberg, Friedrich Hollaender, Fassbinder, Nina Hagen…).

En 1993, il consacre un spectacle à Édith Piaf aux Bouffes du Nord, accompagné par Gérard Barreaux et mis en scène par Caroline Loeb avec lequel il va tourner pendant plusieurs années. C’est à la suite d'un engagement pour ce spectacle dans un cabaret new-yorkais qu’il décide de s’installer à New York en 1994.

En 1998, il intègre l’Amato Opera Company, où il chantera pendant plusieurs années Mozart, Puccini, Verdi, Massenet, Rossini, Gounod.

Les années de synthèse[modifier | modifier le code]

Michel Hermon renoue avec le métier d’acteur en revenant s'installer en France en 2003 : Madame de Sade de Mishima, en 2004, Eaux dormantes de Lars Noren et La Célestine en 2007, L'Opéra du pauvre de Léo Ferré en 2011-2012.

Les années 2000 le voient aussi créer plusieurs spectacles musicaux autour des chanteuses de l'entre-deux guerre Marlène Dietrich ou Damia, du poète et chanteur Léo Ferré, ainsi que les poètes mis en musique par lui (Baudelaire, Verlaine, Rimbaud). La plupart de ces répertoires ont été enregistrés sur disque.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

Spectacles musicaux[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Michel Hermon chante Piaf, Théâtre des Bouffes du Nord, mis en scène par Caroline Loeb, avec Gérard Barreaux à l'accordéon
  • 1998 : Thank you Satan - Un récital Léo Ferré, Théâtre de la Ville des Abbesses, mis en scène par Caroline Loeb, avec Gérard Barreaux à l'accordéon et Pierre-Michel Sivadier au piano
  • 2002 : Dietrich Hôtel, mis en scène par Caroline Loeb
  • 2006 : Compagnons d’Enfer
  • 2008 : Damia ce soir
  • 2009 : New York/Cole Porter/Lou Reed, mis en scène par Caroline Loeb, Maison de la musique de Nanterre
  • 2013 : Bobino 69 : Michel Hermon chante Léo Ferré

Discographie[modifier | modifier le code]

Paroles et musiques de Léo Ferré, sauf indications contraires) avec Gérard Barreaux à l'accordéon et Pierre-Michel Sivadier au piano

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]