Le Cri du contribuable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Cri du Contribuable)
Aller à : navigation, rechercher
Le Cri du Contribuable
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuelle
Genre Presse d'opinion/économique
Prix au numéro 1,90 € et hors série = 4,75 euros
Diffusion 10 400[réf. souhaitée] ex. (Le 1er de chaque mois)
Date de fondation 2004
Ville d’édition Paris

Propriétaire EURL le Cri du Contribuable
Directeur de publication Alain Dumait
Directeur de la rédaction Benoîte Taffin
Rédacteur en chef Jean-Baptiste Léon
ISSN 1772-340X
Site web www.lecri.fr

Le Cri du contribuable est le mensuel de l'organisation Contribuables associés.

Créé en 2004, en France, Le Cri du Contribuable couvre tous les aspects de l'actualité - politique, économique, sociale, culturelle - à travers le prisme des dépenses publiques.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Dans Le Cri du Contribuable, les cas de gaspillage et de mauvaise gestion de l'argent public sont dénoncés. À l'inverse, sont mises en valeur les actions de tel ou tel élu pour redresser les finances de la collectivité dont il a la charge, de même que les exemples étrangers.

Le Cri du Contribuable s'adresse au grand public : les articles sont courts, les illustrations nombreuses.

Se déclarant indépendant de toutes les formations politiques, il donne principalement la parole à des personnalités de droite[1]. Il se compare au mouvement américain Tea Party. Comme le dit[2] son directeur de publication Alain Dumait : « En France, l’équivalent du Tea Party existe bel et bien. Il a été constitué en association il y a déjà 20 ans. Il a un journal, Le Cri du Contribuable. »

Le Cri du Contribuable est un mensuel vendu sur abonnement.

Les hors-série du Cri du Contribuable[modifier | modifier le code]

Depuis le mois de septembre 2009, Le Cri du Contribuable s'est enrichi de quatre numéros hors série
Le premier numéro hors série : « Le Livre Noir de l'Europe » paru en décembre 2009. Ce numéro s'intéresse à la Communauté européenne et à ce qu'elle coûte aux contribuables français.
Le deuxième numéro hors série : « Le Livre Noir des Gaspillages de l'Argent Public », paru en mars 2010.

Le cri.fr[modifier | modifier le code]

Le site web de ce journal Cri.fr est un site interactif, il se nourrit aussi des informations fournies par ses lecteurs, qui sont contribuables.

  • Directeur de la publication : Alain Dumait
  • Responsable de la rédaction : Jean-Baptiste Léon

Les débats du Cri du Contribuable[modifier | modifier le code]

Le Cri du Contribuable organise mensuellement depuis le mois de décembre 2009, des petits déjeuners-débats.

Les « débats du Cri » numéro 1 le 9 décembre 2009 Le grand emprunt : pour ou contre ?

C’était le thème de la première édition des « Débats du Cri », qui s’est tenue mercredi 9 décembre à Paris, près de l’Assemblée nationale. Alain Dumait, directeur du « Cri du contribuable », a posé la question à deux députés : François Goulard, député-maire UMP de Vannes. Ancien élève de l’ENA, il a été secrétaire d’État aux Transports et à la Mer dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, et ministre délégué à l’Enseignement supérieur et à la Recherche du gouvernement de Dominique de Villepin. Et Jean-Michel Fourgous, député-maire UMP d’Elancourt, chef d’entreprise et coprésident de Génération entreprises. Docteur en psychologie, il a été ingénieur de recherches au CNRS. (UMP, Yvelines).

Les « débats du Cri » numéro 2 le 13 janvier 2010 Les niches fiscales : pour ou contre ?

Les niches fiscales étaient au menu de la deuxième édition du débat du Cri, qui s’est déroulé mercredi 13 janvier. Pour en parler : Le spécialiste au Sénat, Philippe Marini, sénateur UMP de l’Oise et rapporteur général de la Commission des Finances, maire de Compiègne et les députés UMP Lionel Tardy, député UMP de Haute Savoie, gérant de la société de services en informatique LTI et Alain Moyne-Bressand, député UMP de l’Isère, maire de Crémieu. Animé par Alain Mathieu, président de Contribuables Associés, ce débat du Cri a réuni trois parlementaires. Face à la question : « Les niches fiscales, pour ou contre ? », Alain Moyne-Bressand, député UMP de l’Isère, était censé défendre le pour ; Philippe Marini, sénateur UMP de l’Oise et Lionel Tardy, député UMP de Haute-Savoie, le contre. Finalement, les invités en ont perdu leur latin : la conclusion étant que les niches fiscales présentent, à plusieurs égards, y compris en ce qui concerne le niveau de la fiscalité, du pour, et du contre…

Les « débats du Cri » numéro 3 Le 10 février 2010 Pour ou contre, la réforme de la taxe professionnelle ?

Pour en débattre, Jacques Pélissard, député maire de Lons-Le-Saunier (Jura), président de l’association des maires de France (AMF) et Hervé Mariton, député-maire de Crest (Drôme).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]