François Pérol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pérol.
François Pérol
2013 Planete PME CGPME Francois Perol president Directoire BPCE.JPG

François Pérol en 2013.

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

François Pérol, né le au Creusot, est un haut fonctionnaire et un banquier français. Inspecteur des Finances, il participe aux cabinets des ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, Francis Mer (2002-2004), puis Nicolas Sarkozy (2004), et rejoint ce dernier à l'Élysée en 2007 comme conseiller économique.

Il est président du groupe BPCE (Banque populaire Caisses d'épargne) depuis 2009.

Le , François Pérol est nommé au conseil d'administration du musée d'Orsay[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un pneumologue de l'Hôtel-Dieu du Creusot, François Pérol rompt la tradition familiale en ne choisissant pas, au contraire du reste de sa fratrie, des études de médecine[2].

François Pérol est diplômé de HEC (H.86) et de l'IEP Paris, il est ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion Jean-Monnet) dont il sort major en 1990, ce qui lui a permis d'intégrer l'Inspection générale des finances[2].

Ministère de l'Économie[modifier | modifier le code]

François Pérol commence sa carrière en 1990 à l’Inspection générale des finances. En 1994, il est nommé rapporteur puis devient secrétaire général adjoint du comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI). Il est nommé, en 1996, à la direction du Trésor en tant que chef du bureau des marchés financiers. De 1999 à 2001, il est secrétaire général du Club de Paris, chargé des négociations internationales sur la dette. Il est promu sous-directeur du financement et développement des entreprises à la direction du Trésor en 2001.

En 2002, François Pérol devient directeur adjoint du cabinet de Francis Mer, puis de Nicolas Sarkozy en 2004, au ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. Il s’occupe en particulier des sauvetages d'Alcatel, de Bull, de France Telecom (jouant un rôle certain dans le refus à cette dernière, contre l'avis de la direction du Trésor, d'une augmentation du capital de la part de l'État et dans le départ de son PDG, Michel Bon) et de la recapitalisation d'Alstom, négociée avec la Commission européenne.

François Pérol suit également la naissance de Sanofi-Aventis, négocie pour le gouvernement français avec la justice américaine pour la conclusion de l'affaire Executive Life[3], et organise la cession d'Ixis par la Caisse des dépôts et consignations aux Caisses d'épargne[4].

Alors directeur de cabinet adjoint de Nicolas Sarkozy à Bercy, François Pérol s'inscrit à l'UMP en 2004[3].

Rothschild & Cie[modifier | modifier le code]

De 2005 à 2007, François Pérol est banquier d’affaire et associé-gérant de la banque Rothschild & Cie. À ce titre, il conseille Philippe Dupont, PDG des Banques populaires dans la création de Natixis[5].

Filiale commune du groupe coopératif et des Caisses d'épargne, cette banque d'investissement annonce la fusion en 2009 des deux groupes[6].

Présidence de la République[modifier | modifier le code]

En , François Pérol est nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République française, où il devient le « grand architecte du programme économique de Nicolas Sarkozy », accueillant dans son bureau les grands patrons français[2].

Spécialiste des montages financiers et industriels, François Pérol travaille à la simplification de l'organigramme d'EADS, dessine le processus de fusion de Suez et GDF, s'opposant à l'avis d'Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, qui préférait une fusion entre GDF et EDF[3]. Il soutient le rachat de 20 % de Thales par Dassault Aviation. Il gère également le dossier Areva, avec le retrait de Siemens, et la potentielle entrée de Bouygues et Alstom[4].

Il aura surtout à répondre à la crise financière, au moment où Nicolas Sarkozy prend la présidence de l'Union européenne[7].

François Pérol conseille notamment l'Élysée, sur la fusion initiée en 2006 de Caisses d'épargne et Banques populaires[4],[8], souhaité par l'État pour injecter 4 à 5 milliards d’euros et prendre environ 20 % du capital du nouveau groupe[9]. Après plusieurs mois de tergiversations des présidents des deux banques, l'Élysée reprend la main en octobre 2008. L’Élysée jugeant que les deux dirigeants n’ont pas géré correctement leur banque respective, ils sont écartés au profit de François Pérol[10].

Les 24 et , la Caisse d'épargne et la Banque populaire « approuvent les principes du rapprochement des deux organes centraux, devant conduire à la naissance du deuxième groupe bancaire français »[11], et entérinent le 26 février l'arrivée de François Pérol à la tête du futur groupe, qui sera créé le 31 juillet 2009, celui-ci quittant le jour même ses fonctions à l'Élysée[12].

Dans ses fonctions à l'Élysée, François Pérol participe à la décision d'arbitrage dans le litige entre Bernard Tapie et l'État, laquelle fait l'objet d'un procès en décembre 2016. François Pérol dépose devant la Haute cour de justice de la république, le 15 décembre 2016 ; il reconnait avoir émis "un avis favorable" à l'arbitrage en question, le 30 juillet 2007 et récuse avoir donné une quelconque "instruction"[13],[14].

BPCE[modifier | modifier le code]

Le 2 mars suivant, François Pérol prend ses fonctions de président du directoire de la Caisse nationale des caisses d’épargne et de directeur général de la Banque fédérale des Banques populaires[15], écartant ainsi Philippe Dupont et Charles Milhaud et devient président du conseil de surveillance de Natixis le 6 mars. Le conseil de surveillance de BPCE, présidé par Philippe Dupont décide, sur proposition de François Pérol, de lui attribuer un salaire fixe de 550 000 , qui était le salaire fixe de son prédécesseur, et de lui attribuer une part variable correspondant à un maximum de 200 % de son salaire fixe en fonction des résultats obtenus[16],[17].

Le 1er août 2009, il prend la présidence du directoire du nouveau groupe bancaire BPCE.

François Pérol prend le , la vice-présidence de la Fédération bancaire française avant d'en devenir le président à partir du [18]. Frédéric Oudéa, président-directeur général de la Société Générale, lui succèdera en septembre 2011. Il est également élu le président du Groupement européen des caisses d’épargne pour la période 2012-2015[19].

François Pérol souhaite développer la présence du groupe bancaire dans l'assurance-vie,CNP Assurances[20],[21],[22]

À son poste, il mène également le rapprochement des réseaux mutualises Banques populaires et Caisses d’épargne et engage un chantier de révolution numérique[23].

Nomination à la BPCE et conflit d'intérêts : de la controverse au procès[modifier | modifier le code]

Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

L'éthique et la Loi font interdiction à un fonctionnaire d'exercer professionnellement dans des entreprises dont il a eu a connaître au service de l'État. François Pérol exerce comme dirigeant d'un groupe dont il a conseillé et supervisé la création, notamment dans ses fonctions auprès de la Présidence de la république.

2008-2009: nomination, accusations et classement sans suite[modifier | modifier le code]

Le président Nicolas Sarkozy annonce le 24 février 2009 que la commission de la déontologie de la fonction publique s'était prononcée favorablement pour la nomination de François Pérol ; or, celle-ci n'avait pas encore été saisie et donc ne s'était pas encore prononcée[24].

Le , le Parquet classe sans suite deux plaintes pour « prise illégale d'intérêts »[25],[26],[27].

2012 : ouverture d'information judiciaire par la Cour de cassation[modifier | modifier le code]

Le , la Cour de cassation, sur requête de syndicats de BPCE, constitués partie civile, ordonne l'ouverture d'une information judiciaire pour prise illégale d'intérêts à l'encontre de François Pérol[28]. Le juge Roger Le Loire le met en examen le .

2014-2015 : procès devant le Tribunal correctionnel de Paris[modifier | modifier le code]

Le 7 novembre 2014, le Parquet demande au juge d'instruction de renvoyer François Pérol devant le tribunal correctionnel, pour « prise illégale d'intérêts »[29]. Les audiences publiques du Tribunal correctionnel se tiennent du 22 juin au 2 juillet 2015. Elles sont l'occasion de décrire « un système poreux entre sphère privée et sphère publique »[30] ou encore, de dénoncer la proximité entre les grands corps de l'État et les banques[31],[32].

En 2015, François Pérol est, en première instance, relaxé par la justice[33],[34]. Le Parquet avait requis deux années de prison (avec sursis) et 30 000 euros d'amende. François Pérol sollicite et reçoit un second mandat[35].

2015-2017 : procès devant la Cour d'appel de Paris[modifier | modifier le code]

Après la relaxe de François Pérol, le parquet fait appel[36], en septembre 2015. Il comparait à partir du 1er mars 2017 pour prise illégale d'intérêts[37]. Le 9 mars 2017, le Parquet réclame, en appel, les mêmes peines que celles requises en première instance : deux années de prison avec sursis, trente mille euros d'amende et l'interdiction d'exercer une fonction publique[38].

La décision de la Cour d'appel de Paris sera rendue le 30 juin 2017. Il est relaxé[23].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté du 9 septembre 2010 portant nomination au conseil d'administration de l'Établissement public du musée d'Orsay et du musée de l'Orangerie » (consulté le 21 septembre 2010)
  2. a, b et c Gérard Davet, « François Pérol, aux manettes », Le Monde, 14 novembre 2008
  3. a, b et c Odile Benyahia-Kouider, Double : François Pérol, secrétaire général adjoint de l'Élysée, Challenges, 17 janvier 2008
  4. a, b et c Thierry Philippon, Odile Benyahia-Kouider, François Pérol, banquier et rétro-pantoufleur, Nouvel Observateur no 2312, 26 février 2009.
  5. http://su.alsace.free.fr/accueil/web/natixis/20060313dna.htm
  6. François Pérol, l'homme qui avait œuvré à la création de Natixis, 20 minutes, 26 février 2009
  7. L’Express - François Pérol le conseiller de crise à l’Élysée
  8. Bertille Bayart, L'ultimatum de l'Élysée aux Caisses d'épargne et aux Banques populaires, Le Figaro, 14 février 2009
  9. Patrick Bonazza, « Le grand banquier du président », Le Point no 1902, 26 février 2009
  10. RFI - Banques populaires-Caisses d’épargne : un mariage forcé
  11. Approbation des principes du rapprochement entre le groupe Banque populaire et le groupe Caisse d’épargne, Banquepopulaire.fr, 26 février 2009
  12. Arrêté du 26 février 2009 portant cessation de fonctions à la présidence de la République
  13. http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20161215.OBS2756/affaire-tapie-le-procureur-meilleur-defenseur-de-christine-lagarde.html
  14. http://www.challenges.fr/economie/affaire-tapie-lagarde-deux-proches-de-sarkozy-gueant-et-perol-vises-par-la-justice_150412
  15. Claire Gatinois, Anne Michel, Malgré la polémique, François Pérol mènera la fusion Banques populaires-Écureuil, Le Monde, 27 février 2009]
  16. AFP, « BPCE: en 2011, M. Pérol pourrait toucher un bonus de 200 % de son salaire », Le Point,‎ (lire en ligne)
  17. Laurent Mauduit, « François Pérol triple son salaire », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  18. François Pérol prend la présidence de la FBF, Agefi, 15 juillet 2010
  19. François Pérol nommé président du Groupement européen des caisses d'épargne, Agefi, 12 juin 2012
  20. [1]
  21. Journaldunet - Il y aura d'autres fusions de Banques populaires ou de Caisses d'épargne
  22. [2]
  23. a et b Bertille Bayart, « Le patron de BPCE, François Pérol, blanchi par la justice », Le Figaro, encart « Économie », samedi 1er / dimanche 2 juin 2017, page 25.
  24. Grégoire Biseau, « Pantouflage de Pérol : le gros mensonge de Sarkozy », Libération, 24 février 2009
  25. « La police chargée d'enquêter sur la nomination de François Pérol », Le Parisien, 1er avril 2009
  26. « François Pérol auditionné comme témoin par la brigade financière », Le Point, 9 avril 2009
  27. « L'enquête judiciaire visant François Pérol classée sans suite », Le Monde), 1er septembre 2009.
  28. Laurent Mauduit, « Pérol : la Cour de cassation ordonne l'ouverture d'une information judiciaire », Mediapart, 25 juin 2012.
  29. Le Parquet demande le renvoi de François Pérol devant les Juges http://www.boursier.com/actualites/economie/bpce-le-parquet-demande-le-renvoi-de-francois-perol-devant-les-juges-25988.html
  30. http://www.lesechos.fr/journal20150623/lec2_finance_et_marches/021155582769-proces-perol-un-systeme-poreux-au-coeur-des-debats-1130797.php
  31. http://www.challenges.fr/challenges-soir/20150622.CHA7204/francois-perol-ou-les-ambiguites-d-uns-systeme-si-francais.html
  32. http://www.letemps.ch/Page/Uuid/4af78d1c-1f63-11e5-8d1d-5895281d1863/La_BPCE_cette_banque_fran%C3%A7aise_si_convoit%C3%A9e
  33. Delphine Dechaux, « BPCE : la victoire aigre-douce de François Pérol »
  34. http://www.agefi.fr/articles/le-proces-de-francois-perol-nourrit-les-rumeurs-de-succession-chez-bpce-1361613.html, challenge.fr, 24 septembre 2015.
  35. http://www.lefigaro.fr/societes/2015/10/01/20005-20151001ARTFIG00151-francois-perol-veut-un-nouveau-mandat-chez-bpce.php
  36. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/09/24/97002-20150924FILWWW00245-relaxe-de-francois-perol-le-parquet-fait-appel.php
  37. « Pérol, ex-conseiller de Sarkozy, rejugé mercredi en appel », L'Obs, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  38. http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/10/deux-ans-de-prison-avec-sursis-requis-contre-francois-perol_5092428_3234.html