Christian Lauranson-Rosaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosaz.

Christian Lauranson-Rosaz (Autun, - Tence, ), est un historien français, spécialiste du haut Moyen Âge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant, assistant puis maître de conférences à l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne (1985-1995), Christian Lauranson-Rosaz exerce ensuite à l'université Clermont I (1996-2002), avant de devenir professeur agrégé d'histoire du droit à l'université Lyon III Jean Moulin[1] de 2002 à 2015.

Il meurt le dans un accident de la circulation à Tence[2],[3].

Recherches[modifier | modifier le code]

Ses recherches portent sur le premier Moyen Âge (Ve – XIe siècles), pour lequel il a étudié les « droits intermédiaires », les élites aristocratiques et les féodalités, l'Église, le droit canonique et les ordres religieux.

Docteur en histoire du droit de l'université Paris-Nanterre, sa thèse, dirigée par Jean-Pierre Poly, a porté sur L’Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle : la fin du monde antique ?[4]. Il y démontre la survivance/permanence des valeurs du Bas-Empire, tant en ce qui concerne le droit et les institutions que les structures socio-économiques, la culture et les mentalités, et le bouleversement qu’elles connaissent autour de l’an Mil, bouleversement occasionné par la fameuse « mutation féodale ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle : la fin du monde antique ?, thèse de doctorat soutenue en 1984, Le Puy-en-Velay, Les Cahiers de la Haute-Loire, 1987, 494 p. (lire en ligne)
  • « La paix des montagnes : les origines auvergnates de la paix de Dieu », in Maisons de Dieu et hommes d’Église, Saint-Étienne, 1992, p. 289-333.
  • « Le roi et les grands dans l'Aquitaine carolingienne », in La royauté et les élites laïques et ecclésiastiques dans l’Europe carolingienne (du début du IXe siècle aux environs de 920), actes du colloque de Lille 3, 20-22 mars 1997, 1998, p. 409–436
  • « Le débat sur la « mutation féodale » : état de la question », in Scienza & Politica, Bologne, 2002, no 26, p. 3-24.
  • « L'abbaye de Saint-Michel de la Cluse et le Midi de la Gaule, Xe-XIIIe siècles », dans, sous la direction de Frederi Arneodo, Paola Guglielmotti, dans Attraverso le Alpi : S. Michele, Novalesa, S. Teofredo e altre reti monastiche atti del Convegno internazionale di studi, Cervére-Valgrana, 12-14 marzo 2004, Edipuglia, 2008, p. 39-61, (ISBN 978-88-7228-535-0) (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]