Julie Maroh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Julie Maroh
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Julie Maroh
Naissance (33-34 ans)
Drapeau : France Lens
Nationalité Drapeau de la France France
Profession

Julie Maroh, née en 1985 à Lens[1], est une autrice française de bandes dessinées. Elle est, entre autres, l'autrice du roman graphique Le bleu est une couleur chaude, lauréat du Prix du Public au Festival d'Angoulême 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un baccalauréat en arts appliqués à l'ESAAT à Roubaix, Julie Maroh poursuit ses études à Bruxelles. Elle obtient deux graduats, en arts visuels (option BD) à l'Institut Saint-Luc et en lithographie/gravure à l'Académie royale des beaux-arts[2].

De 2008 à 2010, elle tient un blog BD sous le pseudonyme de Djou[3]. En 2010 elle publie son premier album, Le bleu est une couleur chaude, aux éditions Glénat. Le récit engagé met en scène l'amour que se portent Clémentine et Emma, ainsi que leurs doutes et hésitations[4].

En 2014, elle met en scène, avec Maya Mihindou une sélection d'œuvres de la collection permanente du CAPC, musée d'art contemporain de Bordeaux, sous le titre de Procession, une histoire dans l'exposition.

En 2015, avec Lisa Mandel, elle co-fonde le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme, un mouvement de protestation contre la marginalisation des autrices[5]. En janvier 2018, le collectif rassemble plus de 250 signataires[6].

Le , à l'issue du festival international de la bande dessinée d'Angoulême, Fleur Pellerin annonce que Julie Maroh est élevée au rang de chevalier des arts et lettres[7], récompense que l'intéressée refuse[8].

Le 23 octobre 2019 est annoncé par l'éditeur américain DC You Brought Me the Ocean, un album dessiné par Julie Maroh et écrit par Alex Sanchez. Cet album prévu pour juin 2020 mettra en scène le personnage d'Aqualad, l'un des super-héros gay de l'éditeur[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Julie Maroh se définit comme lesbienne[10], queer et féministe.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2010 : prix du conseil régional (bande dessinée parue dans l'année pour sa portée citoyenne) au festival BD Boum pour Le Bleu est une couleur chaude[12] ;
  • 2011 : prix du Public Fnac-SNCF au Festival d'Angoulême 2011 pour Le Bleu est une couleur chaude[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Caroline de Bodinat, « Julie Maroh. Bleu et bosses », publié le 7 juin 2013 sur le site du quotidien Libération
  2. « Maroh Julie », sur www.bandedessinee.cfwb.be (consulté le 19 avril 2017)
  3. « Invitée 2009 #87 : Djou », sur festival-blogs-bd.com, (consulté le 24 juillet 2015)
  4. D. Wesel, « Le bleu est une couleur chaude », sur BD Gest', .
  5. Stéphane Gobbo, « Des dessinatrices unies », Le Temps,‎ .
  6. Chloé Belleret, « Messieurs, il faut qu'on vous fasse un dessin ? », Le Parisien Magazine,‎ .
  7. « Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le 19 avril 2017)
  8. Chevalier de quoi ?
  9. (en) « Press Release. DC 1st Look: You brought me to the ocean LGBTQ+ Young Adult Graphic Novel Starring Aqualad », sur newsrama, .
  10. « Julie Maroh: «Sacraliser encore une fois la femme d'une telle manière, je trouve cela dangereux» », Slate.fr,‎ (lire en ligne)
  11. L'amour aux couleurs de Julie Maroh
  12. « 27e édition de BD Boum à Blois: le grand prix à Jean-Pierre Gibrat », AFP Infos Françaises,‎ .
  13. Benjamin Roure, « Angoulême 2011 : le palmarès officiel », BoDoï,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Beuve-Méry, « L'ange bleue », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Marie Slavicek, « Timide coming out pour la BD lesbienne », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • « Un Prix du public à l'accent bruxellois », Le Soir,‎ .
  • Jean-Dominique Leduc, « Julie Maroh : une nouvelle auteure à découvrir », La Presse,‎ .
  • Alexandra Trepardoux, « Lycée Carnot : rencontre avec une illustratrice de BD autour de la discrimination », La Voix du Nord,‎ .
  • « Julie, ses petits dessins et grands desseins... », La Voix du Nord,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]