Jean-François Sirinelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sirinelli.
Jean-François Sirinelli
Jean François Sirinelli 2014 (cropped).jpg
Jean-François Sirinelli en 2014.
Fonction
Président
Comité français des sciences historiques
-
Dominique Barjot (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
histoire politique, histoire culturelle (culture de masse)
Membre de
Comité d'histoire de la ville de Paris (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Distinction

Jean-François Sirinelli, né à Paris le , est un historien français. Il est professeur émérite des universités à l’institut d’études politiques de Paris.

Il est un spécialiste de l’histoire politique et culturelle de la France au XXe siècle.

Il a été directeur du Centre d’histoire de Sciences Po de 2000 à 2013. Il est notamment auteur de L'Histoire des droites en France, ouvrage collectif qu'il a dirigé.

C’est l’un des principaux représentants du versant politiste de l’histoire culturelle française, qu’il a contribué à développer par ses travaux sur l’histoire des intellectuels, la culture de masse et la France des années 1960.

Actuellement, il est l'un des trois vice-présidents du Comité d'histoire du ministère de la Culture et des institutions culturelles, avec Florence Descamps et Jean-Sébastien Dupuit.[1] Il est également, depuis 2017, co-président, avec Didier Maus, de la Société d'histoire de la Ve République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Jean-François Sirinelli est le fils de Jean Sirinelli, universitaire spécialiste de littérature grecque classique, et de Pauline Marchioni, conférencière des musées nationaux[2].

Ancien élève du lycée Buffon et du lycée Louis-le-Grand, Jean-François Sirinelli est agrégé d'histoire (reçu 1er). Professeur en lycée à Boulogne-Billancourt (1973-1974) puis à Vincennes (1974-1975), il entre, en 1975, au Centre d’analyse comparative des systèmes politiques de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, où il travaille notamment avec Maurice Duverger.

Parallèlement, il est à Nanterre l’élève de Jean-Jacques Becker et de René Rémond. Il commence en 1974, sous la direction de ce dernier, sa thèse d’État Khâgneux et normaliens des années vingt : histoire politique d’une génération d’intellectuels (1919-1945), qu'il soutiendra en 1986 et qui sera publiée en 1988 chez Fayard sous le titre Génération intellectuelle : khâgneux et normaliens dans l'entre-deux-guerres. L'ouvrage a été réédité en 1994 dans la collection « Quadrige » par les Presses universitaires de France.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

De 1979 à 1987, il est assistant d'histoire contemporaine à l'Université Paris-Nanterre.

En 1986, il est professeur au Columbia University Programs à Paris.

De 1987 à 1998, il est professeur des universités en histoire contemporaine à l’université Lille-III Charles-de-Gaulle.

De 1989 à 1995, il est Président de l'Association des contemporanéistes de l'enseignement supérieur et de la recherche.

De 1996 à 2007, il est membre du Conseil national des universités[3].

En 1997, il est professeur à l’Institute for French Studies de l’université de New York.

En 1998, il devient professeur des universités en histoire politique et culturelle du XXe siècle à l’institut d’études politiques de Paris.

En 2000, il succède à Pierre Milza à la tête du Centre d’histoire de l’Europe au XXe siècle (CHEVS), renommé depuis en Centre d’histoire de Sciences Po. Il occupe ce poste jusqu'en 2013, année où il est remplacé par Marc Lazar.

De 2000 à 2017, il a présidé le Comité français des sciences historiques, après en avoir été le vice-président (1996-2000). Depuis 2017, il en est le Président d'honneur. Il a également été Président du Comité d'histoire de l'UNESCO ainsi que vice-président de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle.

Depuis 1998, il est directeur de rédaction de la Revue historique avec Claude Gauvard.

Il est membre du Comité d'histoire de la ville de Paris[4] et codirecteur, avec Claude Gauvard et Lucien Bély, de la collection « Le Nœud gordien » aux Presses universitaires de France.

Il est admis à faire valoir ses droits à la retraite en 2017[5]

Apport à l'histoire culturelle et politique[modifier | modifier le code]

Il a écrit de nombreux ouvrages. Il s’est en particulier fait remarquer pour ses analyses des relations et des engagements des intellectuels français, par exemple avec sa biographie croisée de Jean-Paul Sartre et Raymond Aron, Deux intellectuels dans le siècle (1996). Parmi ses thèmes de recherche, il a étudié la notion de génération, la France des « sixties » et les baby-boomers, l’épistémologie de l’histoire culturelle et de l’histoire du temps présent.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié depuis 1974 à Laure Walter, gynécologue, il est père de deux enfants : Jean (1974)[6], agrégé de droit, professeur de droit public, et Marie (1977)[7], diplômée de Sciences Po (1999), énarque (2003), maître des requêtes au Conseil d’État.

Publications[modifier | modifier le code]

Travaux d’histoire politique[modifier | modifier le code]

  • Histoire des droites en France (direction), nouvelle édition, Éditions Gallimard, coll. « Tel » (ISSN 0339-8560) no 342-344, Paris, 2006 (1re éd. 1993), 3 vol.: t. 1 Politique (ISBN 2070781860); t. 2 Cultures (ISBN 2070781879); t. 3 Sensibilités (ISBN 2070781887)
  • Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle (direction), nouvelle édition actualisée, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige / Dicos poche » (ISSN 1762-7370), Paris, 2003 (1re éd. 1995), 1 280 p. (ISBN 9782130525134)
  • Culture et action chez Georges Pompidou, actes du colloque organisé les 3 et 4 décembre 1998 par l’association Georges-Pompidou (direction avec Jean-Claude Groshens), Presses universitaires de France, coll. « Politique d’aujourd'hui » (ISSN 0293-6755), Paris, 2000, 454 p. (ISBN 2-13-050908-8)
  • Aux marges de la République. Essai sur le métabolisme républicain, Presses universitaires de France, coll. « Le Nœud gordien » (ISSN 1629-4920), Paris, 2001, 144 p. (ISBN 9782130522249)
  • Les Années Giscard. Institutions et pratiques politiques (1974-1978), actes de la journée d’études organisée par le Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle et l’Institut pour la démocratie en Europe le 29 janvier 2002 avec la participation de Valéry Giscard d’Estaing (direction avec Serge Berstein et René Rémond), Librairie Arthème Fayard, collection « Nouvelles Études contemporaines » (ISSN 1637-1585), Paris, 2003, 279 p. (ISBN 2-213-61737-6)
  • Les Années Giscard. Valéry Giscard d’Estaing et l’Europe (1974-1981), actes de la journée d’études du 26 janvier 2004 organisée par le Centre d’histoire de Sciences Po et l’Institut pour la démocratie en Europe avec la participation de Valéry Giscard d’Estaing (direction avec Serge Berstein), Armand Colin, Paris, 2005, 272 p.
  • Michel Debré, Premier ministre (1959-1962), actes du colloque organisé les 14, 15 et 16 mars 2002 par le Centre d’histoire de Sciences Po (direction avec Serge Berstein et Pierre Milza), Presses universitaires de France, Paris, 2005, 690 p. (ISBN 2-13-054404-5)
  • Les Années Giscard. Les réformes de la société (1974-1981), actes de la journée d’études des 16 et 17 janvier 2006 au palais du Luxembourg organisée par le Centre d’histoire de Sciences Po et l’Institut pour la démocratie en Europe avec la participation de Valéry Giscard d’Estaing (direction avec Serge Berstein), Armand Colin, Paris, 2007, 296 p. (ISBN 978-2-200-35036-9)
  • La Ve République, PUF, Coll. "Que sais-je ?" Paris, 2009, 128 p. (ISBN 978-2-13-057602-0)
  • Comprendre la Ve République, PUF, Coll. "Hors collection" Paris, 2010, 544 p. (ISBN 978-2-13-057829-1)
  • Les révolutions françaises, 1962-2017, [Odile Jacob], Paris, 2017, 384 p.
  • Vie et survie de la Ve République. Essai de physiologie politique, Odile Jacob, Coll. : « Histoire », Août 2018, 240 p. (EAN13 : 9782738144959).

Travaux d’histoire culturelle[modifier | modifier le code]

Sur l’histoire des intellectuels[modifier | modifier le code]

Sur la culture de masse[modifier | modifier le code]

Sur le XXe siècle français[modifier | modifier le code]

Sur la France des années 1960[modifier | modifier le code]

Sur l’histoire du temps présent[modifier | modifier le code]

Sur l’historiographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Comité d'histoire - Ministère de la Culture », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 13 février 2019)
  2. Pierre Mignaval, Marie-Thérèse Frank et Jean Sirinelli, « N° 62 — Jean SIRINELLI », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 1, no 2,‎ , p. 166–169 (lire en ligne, consulté le 11 avril 2019)
  3. « Jean-François Sirinelli - Who's Who », sur www.whoswho.fr (consulté le 11 avril 2019)
  4. https://api-site.paris.fr/images/84503.
  5. « Jean-François Sirinelli - Who's Who », sur www.whoswho.fr (consulté le 11 avril 2019)
  6. Vincent Mayol, « Droit - SIRINELLI Jean », sur Droit (consulté le 13 février 2019)
  7. « Marie Sirinelli - Nominations au Journal officiel de la République française », sur jorfsearch.steinertriples.fr (consulté le 13 février 2019)
  8. ORDRE NATIONAL DU MERITE Décret du 14 novembre 1996 portant promotion et nomination (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Poirrier, « L’Histoire culturelle en France. Retour sur trois itinéraires : Alain Corbin, Roger Chartier et Jean-François Sirinelli », Cahiers d’histoire, vol. XXVI no 2, hiver 2007, p. 49-59 [lire en ligne]
  • Jean-François Sirinelli, « La France du siècle dernier », avant-propos à Comprendre le XXe siècle français, Librairie Arthème Fayard, Paris, 2005 (ISBN 2-213-62608-1) [présentation en ligne], p. 7-54

Liens externes[modifier | modifier le code]