Pascal Ory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ory.

Pascal Ory, né le à Fougères, est un historien et professeur français.

Orienté au niveau de la recherche vers l'histoire sociale de la France au cours de l'époque contemporaine, via son histoire politique et son histoire culturelle, il est professeur d’histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il enseigne aussi à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Sciences Po Paris (École de journalisme)[1] et à l'Ina Sup[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pascal Ory est né le [2] à Fougères[3],[2], dans le département de l'Ille-et-Vilaine, en Bretagne. Dans le cadre de ses études secondaires, il a étudié au « lycée de garçons » de Rennes (de nos jours le lycée Émile-Zola)[4],[5],[6].

Ancien pensionnaire de la Fondation Thiers (76e promotion, de 1973 à 1976[7]), il a été assistant à l’École supérieure de guerre de Paris, assistant à l'université de Paris X-Nanterre et professeur à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, où il a créé le Département d’histoire, le DEA d’histoire sociale et culturelle et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, aujourd'hui Institut d’études culturelles.

Élève de Jean Delumeau, puis de René Rémond, il est l’un de ceux qui ont, dès les années 1970, contribué à mieux définir l’histoire culturelle. À ce titre, il a fondé et préside l'Association pour le développement de l'histoire culturelle (ADHC). Son enquête scientifique porte sur quatre axes : la culture, la nation, les mythologies du contemporain et le corps moderne. Ses premiers ouvrages publiés, écrits pour des raisons éthiques, sous le coup de la découverte des ambiguïtés de l’Occupation, portaient sur la Collaboration et se rattachent donc au second axe, mais dès cette époque, son identité universitaire portait principalement sur le premier. Il s'est intéressé au fascisme dès sa maîtrise, consacrée aux Chemises vertes d'Henri Dorgères.

Collaborateur régulier de la presse écrite et audio-visuelle, en particulier, depuis 1975, de Radio France (France Culture), il est, entre autres, administrateur de la Société civile des auteurs multi-médias (SCAM), président de sa commission du répertoire de l’écrit et, pour l’année 2010-2011, son vice-président.

Membre du cabinet d’Émile Biasini, secrétaire d’État aux Grands Travaux de 1988 à 1993, il a été adjoint au maire PS de Chartres de 1995 à 2001 (Georges Lemoine, puis Jean-Louis Guillain). En 2002, il a été nommé membre de droit pour trois ans du comité d'histoire du ministère de la Culture. Il est depuis 2010 membre du Conseil d’orientation scientifique de la Maison de l'Histoire de France.

Il est par ailleurs un « Régent »[8] du Collège de 'Pataphysique[9].

Publications[modifier | modifier le code]

Cette section est en cours de réécriture ou de restructuration importante. Les informations peuvent être modifiées à tout moment par le ou les utilisateurs ayant apposé ce bandeau.
Bandeau apposé par Frenchinmorocco (lui écrire)(La date de pose de ce bandeau est inconnue. Vous pouvez la préciser (consulter l’aide de ce modèle).)

Les listes ci-après ne prétendent pas être exhaustives.

Ouvrages personnels[modifier | modifier le code]

  • Les Collaborateurs, 1940-1945, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no 43), (1re éd. 1977), VI-331 p. (ISBN 2-02-005427-2, présentation en ligne).
  • La France allemande (1933-1945), Paris, Gallimard, coll. « Archives » (no 67), , 274 p.
    Éd. rév. : Paris, Gallimard, coll. « Folio / Histoire » (no 67), 1995, 375 p. [aperçu en ligne]
    Textes choisis et présentés. La 1re éd. a pour sous-titre Paroles du collaborationnisme français et la 2de Paroles françaises.
  • Le Petit Nazi illustré, Paris, Albatros, coll. « Histoires / Imaginaires », , 122 p.
    Éd. rev. et augm. d'une préface de Léon Poliakov : Paris, Nautilus, 2002, 96 p. [présentation en ligne].
    La 1re éd. a pour sous-titre Une pédagogie hitlérienne en culture française : « Téméraire » (1943-1944) et la 2de Vie et Survie du « Téméraire » (1943-1944).
  • Nizan : Destin d'un révolté, Paris, Ramsay, , 331 p.
    Éd. rev. et augm. d'une préface : Bruxelles, Complexe, coll. « Destins » , 2005, 281 p. [présentation en ligne] [autre présentation en ligne] [aperçu en ligne].
  • Les Expositions universelles de Paris : Panorama raisonné, avec des aperçus nouveaux et des illustrations des meilleurs auteurs, Paris, Ramsay, coll. « Les Nostalgies », , 157 p..
  • L’Entre-deux-mai : Histoire culturelle de la France (mai 1968-mai 1981), Paris, Le Seuil, , 287 p.
  • L'Anarchisme de droite ou du mépris considéré comme une morale, le tout assorti de réflexions plus générales, Paris, Bernard Grasset, , 289 p.
    Un livre ouvertement polémique « dédié aux anarchistes de gauche ».
  • 1889 : L'Expo universelle, Bruxelles, Complexe, coll. « Mémoire des siècles » (no 210), , 153 p. [aperçu en ligne].
  • Une nation pour mémoire : 1889, 1939, 1989, trois jubilés révolutionnaires, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, , 282 p. (présentation en ligne).
  • La Belle Illusion : Culture et Politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Paris, Plon, coll. « Civilisation et mentalités », , 1033 p. [présentation vidéo en ligne].
  • Le Discours gastronomique français : Des origines à nos jours, Paris, Gallimard, coll. « Archives » (no 105), , 203 p. [présentation vidéo en ligne] [autre présentation en ligne].
  • Goscinny (1926-1977) : La Liberté d'en rire, Paris, Perrin, , 307 p. [présentation vidéo en ligne] [autre présentation en ligne].

Ouvrages en collaboration[modifier | modifier le code]

  • Théâtre citoyen : Du Théâtre du peuple au Théâtre du soleil, Avignon, Association Jean Vilar, , 95 p.
    Choix de citations et d'illustrations : Melly Puaux. Ouvrage en corrélation avec l'exposition éponyme de la Maison Jean-Vilar, en juillet 1995.

Direction d'ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

1re éd. rev. et augm. : postface de René Rémond, coll. « Pluriel » (no 8537), 1989, 632 p. ; 2de éd. rev. et augm. : 1996, 832 p.
Codirigé avec Olivier Barrot. Préf. de Barrot et postf. d'Ory.

Articles de revues et contributions à des ouvrages[modifier | modifier le code]

Éd. rev. et augm. : postface de René Rémond, coll. « Pluriel » (no 8537), 1989, 632 p.. Éd. rev. et augm. : 1996, 832 p..
  • « Le Crime de M. Lange », dans Pascal Ory et Olivier Barrot (dir.), Entre deux guerres : La Création française entre 1919 et 1939, Paris, François Bourin, , 631 p. (présentation en ligne), p. 263-285.
  • Contribution dans Régis Debray (dir.), La France à l’Exposition universelle, Séville, 1992 : Facettes d'une nation, Paris, Flammarion, coll. « Fonds », 145 p., p. 176-178.
    Catalogue officiel du pavillon de la France.
  • « Le premier siècle de la Fondation Thiers », dans Fondation Thiers : Annuaire 1893-1993, Paris, Association des anciens pensionnaires et amis de la Fondation Thiers, , 116 p. (lire en ligne), p. 9-25.
  • Plusieurs contributions dans Jeanne Beausoleii et Pascal Ory (dir.), Albert Kahn (1860-1940) : Réalités d’une utopie, Boulogne-sur Seine, musée Albert-Kahn, , 407 p. (présentation en ligne).
  • « Histoire du lycée sans nom et de ce qui s'ensuivit », dans Jean-Noël Cloarec (dir.), Zola : Le « Lycée de Rennes » dans l'Histoire (préf. Paul Ricœur), Rennes, Apogée, , 143 p. (présentation en ligne), p. 118-122.

Actes[modifier | modifier le code]

  • « Front populaire et création artistique », Bulletin de la Société d’histoire moderne, 15e série, vol. 73, no 8 « Supplément à la Revue d'histoire moderne et contemporaine no 3 »,‎ , p. 5-21 (lire en ligne).
    Communication devant la Société d’histoire moderne du 6 janvier 1974.
  • « Plus dure sera la chute. Les pavillons français aux Expositions universelles de 1939 », Relations internationales, no 33,‎ , p. 81-90.
    Communication au colloque « Perception de la puissance en Europe occidentale » (université Paris-X, décembre 1981).
  • « Introduction à l’ère du doute : la “puissance française” dans les représentations culturelles vers 1948 », dans René Girault et Robert Franck (dir.), La Puissance française en question : 1945-1949, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Publications de la Sorbonne / Série internationale » (no 37), , 471 p., p. 409-422 [aperçu en ligne].
    Communication au colloque « L’image de la puissance vers 1948 » (université d'Augsbourg, avril 1984).

Autres[modifier | modifier le code]

Stock en révision[modifier | modifier le code]

  • En collaboration avec Jean-François Sirinelli, Les Intellectuels en France de l'affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, coll. « U », , 263 p., 22 cm (ISBN 2-200-31223-7)
  • Direction, présentation [lire en ligne] et conclusions de La Censure en France à l'ère démocratique (1848-...), Bruxelles, Complexe, coll. « Histoire culturelle », , 357 p.
  • L'Europe ? L'Europe... (anthologie commentée), Paris, Omnibus, 1998, 900 p.
  • Les Intellectuels en France de l'affaire Dreyfus à nos jours, en collaboration avec Jean-François Sirinelli, réédition Paris, Armand Colin, 1999, 264 p.
  • Les Intellectuels en France, de l’affaire Dreyfus à nos jours, rééd. revue et augmentée, Paris, Armand Colin, 2002.
  • Du fascisme, Paris, Perrin, 2003, 293 p. (ISBN 2-262-01980-0).
  • L’Histoire culturelle, Paris, Presses universitaires de France, 2004, 128 p.
  • Le Palais de Chaillot, Les grands témoins de l'architecture, éditeur Cité de l’architecture et du patrimoine / Aristéas / Actes Sud, 2006.
  • Préface à L'Arme de la culture, Paris, L'Harmattan, 2007, 266 p.
  • L’Invention du bronzage : Essai d’une histoire culturelle, Paris, Complexe, , 135 p. (présentation en ligne).
  • La Culture comme aventure : Treize exercices d'histoire culturelle, Paris, Complexe, , 302 p. (présentation en ligne).
  • Grande encyclopédie du presque rien, éditions des Busclats, 2010, 128 p. (ISBN 9782361660031)
  • Les Relations culturelles internationales au XXe siècle : De la diplomatie culturelle à l'acculturation, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Enjeux internationaux », , 693 p. [aperçu en ligne].
    Introduction (p. 18-23) [aperçu en ligne] et co-direction avec Anne Dulphy Robert Frank et Marie-Anne Matard Bonucci.
  • Vie de Damoclès : Fragments, éditions des Busclats, 2012, 144 p. [présentation en ligne]
  • Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, sous la direction de Pascal Ory, avec la collaboration de Marie-Claude Blanc-Chaléard, Robert Laffont , 2013 (ISBN 978-2221113165).
  • Jean Zay (1904-1944) : Le Ministre assassiné, Paris, Tallandier, , 156 p.
    Biographie de Jean Zay co-écrite avec Antoine Prost.
  • Ce que dit Charlie : Treize leçons d'histoire, Paris, Gallimard, 2016, 248 p. (ISBN 978-2-07-011433-7)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Pascal Ory », sur http://www.thehuffingtonpost.fr, Paris, SAS The Huffington Post (consulté le 6 mars 2013)
  2. a et b Masson 2008.
  3. a, b et c Service de la documentation de Radio France, « Pascal Ory », biographie [html], sur http://www.franceinter.fr, Radio France,‎ (consulté le 10 février 2016)
  4. « Pascal Ory de retour au lycée rennais Zola », Ouest-France, Rennes, Ouest France SA,‎ (lire en ligne)
  5. Ce lycée s'est aussi appelé un temps « lycée Chateaubriand » (à ne pas confondre avec l'actuel lycée Chateaubriand de Rennes). Cf. Ouest-France 2015.
  6. Pascal Ory a écrit sur l'histoire de ce lycée dans Zola : Le « Lycée de Rennes » dans l'Histoire, publié en 2003 — cf. « Ouvrages ou participations à des ouvrages » — et fait partie de l'Amelycor (Association pour la mémoire du lycée et du collège de Rennes Émile-Zola) depuis sa création, en 1995. Cf. « Pascal Ory en conférence au lycée Émile-Zola », Ouest-France, Rennes, Ouest France SA,‎ (lire en ligne).
  7. Tout comme Yves Allioux, Bernard Aubert, Louis Audibert, Patrick Delpuech, François Hartog, Michel Henry et Alain Houlou. Cf. « Les pensionnaires depuis 1893 : 76e promotion 1973-1976 », sur fondation-thiers.institut-de-france.fr, Fondation Thiers (consulté le 11 février 2016).
  8. « Pascal Ory », sur 50ansnumerique.u-paris10.fr, Université Paris Ouest Nanterre La Défense,‎ (consulté le 11 février 2016).
  9. « Commissions et sous-commissions », sur www.college-de-pataphysique.org, Collège de 'Pataphysique (consulté le 11 février 2016).
  10. « Ordre de la Légion d'honneur (mars 2008) », sur www.france-phaleristique.com, Marc Champenois (consulté le 11 février 2016).
  11. « Ordre des Arts et des Lettres (janvier 2012) », sur www.france-phaleristique.com, Marc Champenois (consulté le 11 février 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Entretiens

Documents audio ou audiovisuels[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :