Histoire culturelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'histoire culturelle est l’une des branches de la recherche historique.

Historiographie[modifier | modifier le code]

Costumes, sociabilités, représentations, autant d'objets d'étude de l'histoire culturelle. Mr. and Mrs. William Hallett, Thomas Gainsborough, 1785, National Gallery

La notion d’histoire culturelle s’est progressivement imposée depuis le milieu des années 1980, à l’échelle française, mais aussi au sein de plusieurs traditions historiographiques nationales (Cultural history dans le monde anglo-saxon, Kulturgeschichte en Allemagne). Proposée par des historiens modernistes (Roger Chartier, Daniel Roche), bientôt relayés par des contemporanéistes (Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, Pascal Ory, Dominique Kalifa), la dénomination d'histoire culturelle se banalise ; non sans rencontrer un certain scepticisme notamment de la part de certains médiévistes, comme Jacques Le Goff qui demeure attaché à la notion d'anthropologie historique.

Fille de l’histoire des mentalités (Robert Mandrou, Philippe Ariès), elle bénéficie de ses acquis tout en souhaitant dépasser les limites et ambiguïtés de celle-ci. Les publications récentes de Pascal Ory (L’Histoire culturelle, 2004) et de Philippe Poirrier (Les Enjeux de l’histoire culturelle, 2004) témoignent d’une institutionnalisation croissante. De même, la création en 1999 de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle (ADHC) souligne cette visibilité croissante au sein du paysage historiographique français.

L'affirmation de l'histoire culturelle a été pour certains historiens une stratégie visant à sortir des paradigmes d'une l'histoire économique et sociale fortement colorée par des approches sérielles. Le déclin du marxisme et des pensées du déterminisme socio-économique en général a accéléré ce processus. L'histoire culturelle s'affiche comme une histoire renouvelée des institutions, des cadres et des objets de la culture.

Elle peut se définir comme une « histoire sociale des représentations » (Pascal Ory). La méthode d’investigation privilégie les phénomènes de médiation des biens et objets culturels. Aussi, est-elle autant un domaine de recherche qui témoigne de l’élargissement du territoire de l’historien qu’un regard susceptible de féconder d’autres approches : histoire culturelle du politique, cultures de guerre…

Cette histoire culturelle se décline pour certains sous la forme de sous-disciplines, plus ou moins institutionnalisées : histoire des institutions et des politiques culturelles, histoire des médias et de la culture médiatique, histoire des symboles, histoire des sensibilités, histoire de la mémoire, histoire des sciences… D'autres, comme Dominique Kalifa, ont invité à moins considérer l'histoire culturelle comme l'analyse-inventaire des formes de la culture que comme un regard ou un questionnement, de nature anthropologique, portés sur l'ensemble des activités humaines.

Cette histoire culturelle participe pleinement des échanges internationaux. À ce titre, elle partage certaines des problématiques habituellement rangées sous la rubrique de New cultural history (Lynn Hunt, Peter Burke, Robert Darnton) Quelques historiens français, comme Roger Chartier, ont contribué à la formulation de ce courant transnational et à le faire connaître en France. Cependant, l'histoire culturelle s’affiche encore largement comme une modalité de l'histoire sociale.

À ce titre, les historiens français qui se réclament de l’histoire culturelle, comme Pascal Ory ou encore Roger Chartier, demeurent plutôt réticents face aux courants marqués par le linguistic turn et les théories « post-modernes » des universités nord-américaines. De même, l'histoire culturelle pratiquée en France n'a pas noué un véritable dialogue avec les Cultural Studies même si les travaux des fondateurs britanniques (Richard Hoggart et Edward Thompson) ont été mobilisés, mais souvent tardivement.

L’histoire culturelle participe des grandes inflexions qui ont marqué la discipline histoire depuis l’après 1945. Le glissement opéré par l’historiographie française, de l’économique au social, puis du social vers le culturel, de la « cave au grenier » (Michel Vovelle), s’est réalisé dans le même temps où le volontarisme économique n’avait plus valeur de credo et où une plus large place était faite, au sein de la société française, aux interrogations sur la « mémoire » et le « patrimoine ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Peter Burke, What is Cultural History ?, Cambridge, Polity, 2004.
  • Roger Chartier, Au bord de la falaise. L'histoire entre certitudes et inquiétude, Albin Michel, 1998.
  • Francis Haskell, L'historien et les images, Gallimard, 1995 (ISBN 2-07-073355-6) (1re éd. 1993) ; en part. La naissance de l'histoire culturelle, p. 272-294.
  • Jean-Pierre V.M. Hérubel, "Observations on an Emergent Specialization: Contemporary French Cultural

History. Significance for Scholarship" Journal of Scholarly Publishing, Volume 41, Number 2, January 2010, pp.216-240.

  • Dominique Kalifa, "What is cultural history now about?", in R. Gildea and A. Simonin (eds), Writing Contemporary History, London, Hodder Education, 2008, p. 47-69;  "Lendemains de bataille. L’historiographie française du culturel aujourd’hui", Histoire,Économie, Société, 2/2012, p. 61-7.
  • Laurent Martin et Sylvain Venayre (dir.), L’Histoire culturelle du contemporain, Nouveau Monde, 2005.
  • Pascal Ory, L’Histoire culturelle, PUF, 2007 [2004].
  • Pascal Ory, La culture comme aventure. Treize exercices d'histoire culturelle,Complexe, 2008.
  • Philippe Poirrier, Les Enjeux de l’histoire culturelle, Seuil, 2010 [2004].
  • Philippe Poirrier, « Préface. L’histoire culturelle en France. Retour sur trois itinéraires : Alain Corbin, Roger Chartier et Jean-François Sirinelli », 'Cahiers d’histoire, vol. XXVI, n° 2, hiver 2007, p. 49-59.
  • Philippe Poirrier (dir.), L’Histoire culturelle : un «tournant mondial» dans l’historiographie ?, Éditions universitaires de Dijon, 2008.
  • Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Seuil, 1997.
  • Loïc Vadelorge, « Où va l'histoire culturelle ? », Ethnologie française, n° 2, 2006, p. 357-359.

Liens externes[modifier | modifier le code]