Laurent Wirth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laurent Wirth
Laurentwirth.jpeg
Laurent Wirth.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
AurillacVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Laurent Wirth est un historien français né le à Aurillac. Il a enseigné l'histoire-géographie pendant plus de trente ans dans des collèges, lycées, en classes préparatoires et à l'Institut d’études politiques de Paris. De 1998 à 2012, il a été Inspecteur général de l'Éducation nationale et a été deux fois doyen du groupe histoire-géographie de l'Inspection générale de l'Éducation nationale, poste qu'il a occupé de 2008 à 2012.

Il est le fils d'un professeur d'histoire-géographie, également résistant et écrivain, Pierre Wirth.

Diplômes[modifier | modifier le code]

Laurent Wirth est agrégé d'histoire (1979), docteur en histoire (1991) et diplômé de l'Institut d’études politiques de Paris (1972).

Parcours[modifier | modifier le code]

Après sa coopération (service national) effectuée en tant qu'enseignant d'histoire-géographie à Alger (1974-1976), il enseigne de nombreuses années dans le secondaire en France : en 1976-77, il effectue son stage de CAPES dans des collèges et lycées d'Aix-en-Provence, en 1977-78 il obtient son premier poste de titulaire au collège Jean-Jaurès de Cransac (Aveyron), puis est nommé l'année suivante au collège Paul-Ramadier de Decazeville (Aveyron). Après avoir été reçu 7e à l'agrégation d'histoire, préparée par correspondance alors qu'il enseigne en même temps à Decazeville, il est nommé en 1979 au lycée-Collège Auguste Renoir de Limoges où il enseigne à des classes de collège et de lycée jusqu'en 1988. C'est à cette époque qu'il entame un doctorat d'histoire mené de front avec sa carrière de professeur.

Parallèlement à ses cours en secondaire au lycée-Collège Auguste Renoir, il est nommé en 1985 professeur en classes préparatoires au lycée Gay-Lussac de Limoges (1985-91) puis au lycée Saint-Sernin de Toulouse (1991-96) et enfin au lycée Henri-IV à Paris (1996-98), avant d'être nommé Inspecteur général de l'Éducation nationale en 1998. De 2001 à 2010, il continue à enseigner en tant que professeur associé à l'Institut d'études politiques de Paris.

Laurent Wirth était vice-président de la commission Rémond, chargée en 2002-2003 de la relecture de tous les programmes des « humanités » au collège, président en 2006 du groupe d'experts chargé d'élaborer les programmes du collège, et président en 2009 du groupe d'experts chargé d'établir les programmes du lycée[1]. La rédaction des nouveaux programmes d'histoire au collège est en 2010 l'occasion d'une polémique, l'essayiste et enseignant Dimitri Casali leur reprochant de « zapper » une partie de l'histoire de France. Laurent Wirth a dénoncé à cette occasion un « mauvais procès », en soulignant que l'histoire de France n'est pas sacrifiée dans les programmes mais que ceux-ci « s'ouvrent aux autres civilisations et laissent aux professeurs le choix d'insister sur telle ou telle période »[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Laurent Wirth a été nommé chevalier de la Légion d'honneur, promotion du 14 juillet 2010, décoré à ce titre par le ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel, le 28 septembre 2010.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Définir les programmes : Entretien avec Laurent Wirth », Le Débat no 175 (mai-août 2013), p. 26.
  2. Touche pas à l'Histoire de France ?, La Dépêche du midi, 25 juillet 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éducation civique 6e, Éducation civique 5e, Éducation civique 4e et Éducation civique 3e, Delagrave, plusieurs fois rééditées.
  • « Le paysan cantalien, la routine et la nouveauté », in Le Paysan, Actes du colloque d’Aurillac sur le paysan en 1988, éditions Christian, Paris, 1989.
  • Histoire d’un équilibre perdu. Évolution démographique, économique et sociale du monde paysan dans le Cantal au XIXe siècle, Institut d’études du Massif Central, 1996.
  • L’Exception française, Armand Colin, 2000.
  • Les Manipulations de l’histoire, rapport général, Publications du Conseil de l’Europe, 2000.
  • L’histoire à l’École : apprendre la nation, apprendre l’Europe, de Jules Ferry à Luc Ferry, in Scuola e nazione in Italia e in Francia nell’Ottocento, Actes des Journées d’études de l’Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, des 14 et 15 novembre 2003, Venise 2004.
  • L’insegnamento della storia molto contemporanea agli allievi dai 15 ai 18 anni nelle sculoe secondarie francesi, in Insegnare la storia contemporanea in Europa (a cura Alessandro Cavalli), Bologna, Il Mulino, 2005.
  • Faire des Européens ? : L'Europe dans l'enseignement de l'histoire, de la géographie et de l'éducation civique, Delagrave, 2006.
  • L’enseignement de l’histoire et de la géographie, in Revue de l’inspection générale, n° 3, septembre 2006.
  • Le pouvoir politique et l’enseignement de l’histoire, in Histoire@politique, n° 2, septembre-octobre 2007.
  • Article « Europe » in Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, direction Christian Delporte, Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli, PUF, 2010.
  • L’histoire du fait colonial dans l’enseignement secondaire, in Hommes et migrations, mars 2012.
  • A Larmes égales. 1914 1945 De l'Alsace à l'Auvergne, une histoire, 2 familles Editions Les Monédières, novembre 2017.