Noëlline Castagnez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Noëlline Castagnez-Ruggiu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Noëlline Castagnez, née en 1966[1], est une historienne française. Elle est maître de conférences à l'université d'Orléans et membre du laboratoire Savoirs et pouvoirs de l'Antiquité à nos jours[2]. Elle est également chercheur associée au Centre d'histoire de Sciences Po[3].

Recherches[modifier | modifier le code]

Historienne du politique et du mouvement ouvrier, elle a mené ses recherches selon deux axes principaux : les acteurs politiques (leurs itinéraires, réseaux, idées et culture politique) ; et les champs d’action du politique (partis, syndicats, Parlement et gouvernement). Ses axes de recherche actuels sont : les relations entre les partis et leur groupe parlementaire ; la prosopographie des parlementaires socialistes de la Ve République ; socialisme et pacifisme.

Elle est membre du bureau du Comité d'histoire parlementaire et politique (CHPP)[4] et rédactrice en chef de Parlement(s), Revue d'histoire politique. Elle collabore au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, pour la période 1939-1968, et participe aux travaux de l'Office universitaire de recherche socialiste (OURS).

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Histoire des idées socialistes en France, La Découverte, coll. « Repères », 1997, 128 p.
  • Socialistes en République : les parlementaires SFIO de la IVe République, préface de Jean-Marie Mayeur, Presses universitaires de Rennes, 2004, 414 p.

Direction d’ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (direction avec Jean-Claude Groshens - Jean-François Sirinelli), Culture et action chez Georges Pompidou, PUF, 2000, 454 p.
  • (direction avec Gilles Morin), Socialistes et radicaux, actes du colloque du Centre d’Histoire de Science Po du 30 septembre 2005, à paraître, aux Presses de Sciences Po – L’Harmattan.
  • « Pierre Mendès France : une figure du panthéon socialiste ? », dans Noëlline Castagnez - Gilles Morin (dir.), Socialistes et radicaux, actes du colloque du Centre d’Histoire de Science Po du 30 septembre 2005, à paraître, aux Presses de Sciences Po.
  • « Socialistes au Parlement », Parlement[s]. Histoire et politique, n°6, 2006, 159 p.
  • (direction avec Gilles Morin), Pierre Bérégovoy en politique, Éditions Pepper-L’Harmattan, 2013

Articles et contributions[modifier | modifier le code]

  • « La S.F.I.O. et ses mouvements de jeunesse de 1945 à 1956 », dans Giovanni Orsina et Gaetano Quagliariello, La formazione della classe politica in Europa (1943-1953), edizioni la Caita, Manduria Bari, 2000, p. 203-228.
  • (avec Gilles Morin), « Le parti issu de la Résistance, dans Serge Berstein - Antoine Prost (et alii), Le Parti socialiste entre Résistance et République, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 37-60.
  • (avec Anne Leboucher-Sebbab), « Les relations entre le Premier ministre et le président de la République : une question toujours débattue », dans Jean-Paul Cointet - Bernard Lachaise - Gilles Le Béguec - Jean-Marie Mayeur (dir.), Un politique : Georges Pompidou, P.U.F., 2001, p. 115-126.
  • (avec Gilles Morin), « La S.F.I.O. et la Résistance sous la IVe République », dans Bernard Lachaise (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Presses Universitaires de Bordeaux, 2004, p. 111-146.
  • « La gauche de Munich à l’armistice », dans Jean-Jacques Becker - Gilles Candar (dir.), L’Histoire des gauches en France, Éditions de la Découverte, 2004, volume 2, p. 375-385.
  • « Face au communisme, l’analyse et la pratique d’André Philip », dans André Philip, socialiste, patriote, chrétien, Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France, 2005, p. 241-254.
  • Notices biographiques dans Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social de 1940 à mai 1968, tomes 1 et 2, Éditions de l’Atelier, 2006.
  • « Daniel Mayer », C. Andrieu, P. Braud et G. Piketty (dir.), Dictionnaire De Gaulle, R. Laffont, 2006.
  • « Léon Blum, l’intellectuel », dans Cercle Léon Blum, Léon Blum, une figure dans l’Histoire, Paris, l’Encyclopédie du socialisme, 2006, p. 34-43.
  • « La législation sociale sous la IVe République », dans Les questions sociales au Parlement. Actes du colloque du 31 mars 2006 au Sénat, Sénat et CHPP, 2006.
  • « Discipline partisane et indisciplines parlementaires », « Socialistes au Parlement », Parlement[s]. Histoire et politique, n° 6, 2006, p. 40-56.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notice BnF no FRBNF13171457
  2. (fr) « Enseignants-chercheurs », sur Université d'Orléans (consulté le 16 février 2010)
  3. (fr) « Centre d'histoire », sur Sciences politiques (consulté le 16 février 2010)
  4. (fr) « Site officiel », sur Comité d'histoire parlementaire et politique (consulté le 16 février 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]