Gellainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gellainville
Gellainville
Église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chartres Métropole
Maire
Mandat
Christophe Leroy
2020-2026
Code postal 28630
Code commune 28177
Démographie
Population
municipale
662 hab. (2018 en augmentation de 0,3 % par rapport à 2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 32″ nord, 1° 31′ 48″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 156 m
Superficie 12,01 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chartres
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chartres-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Gellainville
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Gellainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gellainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gellainville
Liens
Site web http://www.gellainville.fr

Gellainville est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 2 km de Chartres sur la route nationale 154 en direction d'Orléans.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gellainville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chartres, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 117 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (84,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,1 %), zones urbanisées (3,4 %), forêts (0,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Gisleinvilla vers 1160[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2001 Juillet 2020 Michel Préveaux DVG Retraité
Juillet 2020 En cours Christophe Leroy    
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 662 habitants[Note 3], en augmentation de 0,3 % par rapport à 2013 (Eure-et-Loir : −0,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230256276290286272279283285
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
285275273261275259264250245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
260269259225237236245256280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
263273291364413409471480489
2013 2018 - - - - - - -
660662-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Une foire aux vins, dont l'entrée est gratuite, est organisée chaque année depuis 1983 au mois de septembre ; environ 40 exposants, essentiellement des viticulteurs, vendent leurs produits sur le terrain communal. Des célébrités s'y produisent chaque année comme Sheila (2006), Les Forbans (2005), Carlos, Michel Delpech, Hervé Villard etc. Cette manifestation se déroule durant une fin de semaine et attire environ 15 000 personnes (année 2005).

Sports[modifier | modifier le code]

Terrain de baseball.
Terrain de baseball.
  • Un stade de baseball homologué est en service depuis 2005. Il est utilisé par les French Cubs de Chartres.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

L'église date du XIIe siècle. Deux éléments sont classés monuments historiques à titre d'objet :

  • Verrière n° 8, en façade sud :
Fin XVIe – XXe siècle, Logo monument historique Classé MH (1908)[14].
Composition. 1 lancette. Verre transparent ; émail sur verre.
Lancette. Partie inférieure : remploi d’un panneau carré et de fragments de vitraux XVIe siècle ; côté : 0,80 m. Famille de donateurs sur un fond damassé, emploi comme bouche-trou d’un fragment de grotesque. Écu armorié sur le prie-Dieu, en émaux, de la famille des donateurs, sur fond damassé. Au-dessus : tête de saint, ange.
Partie supérieure. Vitrerie losangée XXe siècle.
  • Haut-relief du sacre d’un évêque, chœur :
XVe siècle, Logo monument historique Classé MH (1928)[15].
Haut-relief en albâtre, taillé et peint.
Hauteur = 37 cm ; largeur = 27 cm.
Exécuté à Nottingham, Grande-Bretagne.
Cadre en bois sculpté. Dimensions avec le cadre : hauteur = 48 cm ; largeur = 38,5 cm. Traces de peinture.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux morts
  • la Croix de Gellainville, rue de Corancez, située à la place d'un ancien cromlech[16]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations non-romanes ; formations dialectales, Droz, , p. 935.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Un projet d'Agri-quartier inédit à Lucé », sur http://www.lechorepublicain.fr, .
  14. « Verrière figurée : famille de donateurs (baie 8) », notice no PM28000720, base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « Haut-relief : sacre d'un évêque », notice no PM28000343, base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. Joan Pons, « Sur la route des mégalithes d'Eure-et-Loir », sur https://www.lechorepublicain.fr, presse quotidienne régionale, .
  17. Acquisition du 12 février 1793, acte de Maître Peluche, notaire à Chartres.