Bailleau-l'Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Évêque.
image illustrant une commune d’Eure-et-Loir
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Eure-et-Loir.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Bailleau-l'Évêque
Vue aérienne.
Vue aérienne.
Blason de Bailleau-l'Évêque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Chartres-3
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chartres métropole
Maire
Mandat
Philippe Barazzutti
2014-2020
Code postal 28300
Code commune 28022
Démographie
Gentilé Baillotais
Population
municipale
1 181 hab. (2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 22″ Nord 1° 23′ 51″ Est / 48.4894444444, 1.3975
Altitude Min. 142 m – Max. 216 m
Superficie 19,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Bailleau-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Bailleau-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bailleau-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bailleau-l'Évêque
Liens
Site web bailleau-leveque.fr

Bailleau-l'Évêque est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bailleau-l'Évêque
Dangers Briconville Fresnay-le-Gilmert
Mittainvilliers Bailleau-l'Évêque Poisvilliers
Lèves
Saint-Aubin-des-Bois Amilly Mainvilliers
Carte de Bailleau-l'Évêque et des communes limitrophes.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, le territoire de la commune compte quatre lieux-dits ou hameaux : Senarmont, Levéville, Dallonville et le Moulin.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Coinon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Bailleau-les-Bois[1] ;

De 1873 à 1971, Bailleau-l'Évêque a été desservi par les trains de voyageurs circulant sur la ligne de Chartres à Dreux ;

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la commune a abrité un dépôt de munitions[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Philippe Ains    
mars 2008 mars 2014 Joëlle Pinsard    
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Philippe Barazzutti    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 181 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
679 782 780 767 763 772 743 742 767
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
755 712 722 763 740 702 687 677 683
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
628 627 627 585 596 591 538 620 584
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
509 545 588 682 929 987 1 082 1 153 1 172
2013 - - - - - - - -
1 181 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Le château de Levesville date de la fin du XVe siècle (lieu-dit Levéville)  Inscrit MH (1976)[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ancien « chasteau d'Alonville », hameau de Dallonville, et « Nouveau Canal de la Rivière d'Eure à Maintenon » par Louis Boudan, 1696.

On peut également citer :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Barthélémy (1802-1886), homme politique français, député d'Eure-et-Loir, né à Paris et décédé le 27 août 1886 à Bailleau-l'Évêque.
  • Yann Couvet (1980), homme d'affaires français possède une résidence à Bailleau-l'Évêque.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bailleau-l'Evêque (Eure-et-Loir).svg

Les armoiries de Bailleau-l'Évêque se blasonnent ainsi :

D'or à une crosse à l'antique de pourpre penchée vers senestre, adextrée d'un chêne au naturel fruité de 5 glands du champ et senestrée d'une hure de sanglier de sable défendue d'argent ; au chef d'azur chargé d'un mur non crénelé d'argent maçonné de sable, ouvert du champ et flanqué de 2 tours rondes aussi d'argent, sans porte, maçonnées et pavillonnées aussi de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]