Berchères-les-Pierres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berchères.

Berchères-les-Pierres
Berchères-les-Pierres
L'éolienne, l'abri de la pompe, le lavoir et sa « mare »
 Inscrit MH (1993)[1].
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Chartres-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chartres métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Breton
2014-2020
Code postal 28630
Code commune 28035
Démographie
Population
municipale
997 hab. (2015 en augmentation de 1,22 % par rapport à 2010)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 09″ nord, 1° 33′ 15″ est
Altitude Min. 136 m
Max. 156 m
Superficie 19,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Berchères-les-Pierres

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Berchères-les-Pierres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berchères-les-Pierres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berchères-les-Pierres
Liens
Site web http://www.berchereslespierres.fr

Berchères-les-Pierres est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Berchères-les-Pierres
Gellainville Sours
Morancez
Corancez
Berchères-les-Pierres
Dammarie Theuville Prunay-le-Gillon

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Chamblay ;
  • Bussay ;
  • Bois de la Garenne ;
  • Amprainville (lieu-dit).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Bercherias en 1100[2].

Berchères signifie : terre à moutons. Ce toponyme français est également présent en Eure-et-Loir dans le nom des communes de Berchères-Saint-Germain et Berchères-sur-Vesgre.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, c'était une pâture de moutons. Le village s’appelle Bercherias en 1100, Bercheriae Episcopi vers 1250[3] puis Berchères-l'Évêque.

En 1793, il prend le nom révolutionnaire de Berchères-les-Pierres en référence aux carrières de pierre qui servirent à la construction de nombreuses maisons et édifices, dont la cathédrale Notre-Dame de Chartres, l'abbaye Notre-Dame de l'Eau et le lycée Marceau. Il redevint Berchères-l'Évêque de 1806 à 1879 et définitivement Berchères-les-Pierres à partir de cette dernière date[4].

Village agricole et carrier jusqu'au début du XXe siècle, Berchères est devenu une agglomération satellite de Chartres, l'activité agricole continue mais la production de pierre de taille n'existe plus. Chamblay, village-rue situé sur l'axe Chartres-Voves est un gros hameau agricole. En 1300, on y cultivait de la garance. L'autre hameau, Bussay, ne comporte que trois fermes. Des terres de Bussay appartenaient aux templiers de la commanderie de Sours au Moyen-âge.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Henry Boutin    
mars 2008 mars 2014 Christian Serive    
mars 2014 en cours Jean-Claude Breton SE Professeur des écoles

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 997 habitants[Note 1], en augmentation de 1,22 % par rapport à 2010 (Eure-et-Loir : +1,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600638670651714735760740778
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
811800841838830825816807764
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
785770761681708730658681671
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
612670728711882916961985997
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La Berchéroise, une randonnée de Chartres à Berchères, est organisée chaque année en juin par l'association Berch'Pierre[9], créée en 2005 afin de rendre hommage aux bâtisseurs de la cathédrale Notre-Dame de Chartres et de mieux faire connaître les propriétés de cette pierre calcaire extraite au bois de la Garenne[10],[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'éolienne Bollée[modifier | modifier le code]

Sur la route de Chartres, la mare avec son lavoir est alimentée en eau par une éolienne d'Auguste Bollée, constructeur au Mans, frère du pionnier de l'automobile Amédée Bollée père[12],  Inscrit MH (1993)[1].

L'église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame, XIIe siècle.

L'église Notre-Dame est du XIIe siècle, les murs de la nef sont probablement du XIe, son mur sud présentant un appareil en « écaille de poisson ». Les fenêtres du chœur et de l'abside ont été élargies au XIXe siècle, seule la nef a ses ouvertures romanes d'origine.

Au XVIIIe siècle, le rond-point de l'abside a été surélevé pour pouvoir installer à l'intérieur le retable, on voit encore à l'extérieur l'ancienne corniche qui est à la même hauteur que le sommet des murs de la nef.

Le dallage conserve de nombreuses pierres tombales de laboureurs, croix et socs de charrue. Au bas de la nef, se trouve une cuve baptismale romane en pierre de Berchères.

Le clocher, tour quadrangulaire du XIIIe siècle, avait autrefois son deuxième étage éclairé par huit hautes baies ogivales, deux par côté. Elles furent en partie réduites dans leur hauteur en réutilisant des pierres tombales sculptées de croix et d'épées (XIIe-XIIIe). Les baies de l'angle sud-ouest ont été détruites à l'époque moderne. Dès sa construction, la tour du clocher communiquait par une grande arcade avec le chœur (la même disposition se retrouve à l'église de Corancez et dans bien d'autres églises), ensuite, cette arcade a été bouchée et le rez-de-chaussée de cette tour est devenu une sacristie.

Les carrières[modifier | modifier le code]

Les carrières sont en grande partie remblayées et servent pour moitié de terrain de moto-cross. Dans l'autre moitié, plusieurs fronts de taille de différentes époques sont visibles grâce à un sentier pédestre aménagé dans le bois de la Garenne. Le sentier n'est cependant pas accessible en période de chasse.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Au nord de l'église, la ferme beauceronne appelée « la Grand maison », possession personnelle de l'évêque jusqu'à la Révolution (ce qui justifie l'ancien nom du village, il avait aussi à Berchères ses fourches patibulaires où il pouvait exercer sa justice par l'entremise de son vidame), conserve son portail du XIIIe siècle, porte charretière avec ses boute-roues et porte piétonne, surmontées chacune d'un grand arc ogival. Ce sont les seuls vestiges de la clôture complète de cette ferme réalisée sur les ordres de l'évêque Pierre de Mincy en 1272. Elle possède aussi dans son jardin un grand vivier[13].
  • À proximité du hameau de Bussay, dolmen de la Pierre Nochat, sépulture mégalithique malheureusement bouleversée en 1961[14].
  • À droite de la route qui va de Berchères à Chamblay, au lieu-dit « La Motte », probable sépulture sous dalle comme celle qui existe sur la commune de Sours et qui est appelée « la Pierre complissée ».
  • La gare de Berchères-les-Pierres est située à proximité du point kilométrique 11 de la ligne de Chartres à Orléans, entre les gares de Beaulieu-Le Coudray et Theuville ; elle est actuellement fermée, la ligne étant limitée au fret. Une réouverture complète de la ligne au trafic voyageurs est envisagée au début des années 2020.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Association Berch-Pierre, Berchères-l'Évêque devenu Berchères-les-Pierres, Berchères-les-Pierres, , 116 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Éolienne Bollée », notice no PA00125349, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Georges Bonnebas - Les noms des villes et villages d'Eure-et-Loir - Page 64.
  3. Abbé Guy Villette, Les Noms des villes et des villages d'Eure-et-Loir
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Berchères-les-Pierres », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 4 décembre 2012).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. « Association Berch'Pierre », sur http://www.berch-pierre.fr/ (consulté le 8 janvier 2018)
  10. « Berch’pierre veut faire redécouvrir la carrière de Berchères », sur http://www.lechorepublicain.fr,
  11. Julia Percheron, « L’association Berch’Pierre invite les randonneurs pour une visite guidée du site historique de Berchères-les-Pierres, dimanche 18 juin 2017. », sur http://www.lechorepublicain.fr,
  12. Les éoliennes Bollée, Fédération française des amis des moulins, Fascicule no 15.
  13. Étude de Marc Bouyssou sur l'église : Histoire locale Beauce et Perche no 25, 1967.
  14. Concernant le dolmen de la Pierre Nochat : Histoire locale Beauce et Perche no 2 et 3 de 1961 .