Amilly (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amilly.
Amilly
Image illustrative de l'article Amilly (Eure-et-Loir)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Lucé
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chartres métropole
Maire
Mandat
Denis-Marc Sirot-Foreau
2014-2020
Code postal 28300
Code commune 28006
Démographie
Gentilé Amilliens(nes)
Population
municipale
1 870 hab. (2012)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 34″ N 1° 23′ 35″ E / 48.4427777778, 1.3930555555648° 26′ 34″ Nord 1° 23′ 35″ Est / 48.4427777778, 1.39305555556
Altitude Min. 149 m – Max. 169 m
Superficie 20,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Amilly

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Amilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amilly
Liens
Site web amilly28300.pagesperso-orange.fr

Amilly est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Amilly est située à 7 km à l'ouest de Chartres.

Communes limitrophes d’Amilly
Saint-Aubin-des-Bois Bailleau-l'Évêque Mainvilliers
Cintray Amilly Lucé
Saint-Georges-sur-Eure Fontenay-sur-Eure
Carte d'Amilly et des communes limitrophes.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Mondonville, Dondainville, la Grande Cave, Ouerray.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Amilly-Ouerray est desservie par des trains du réseau TER Centre-Val de Loire circulant entre Chartres et Nogent-le-Rotrou[1]. La gare est desservie par 7,5 allers-retours par jour en semaine. Au-delà de Chartres, 3 allers-retours sont prolongés ou amorcés en gare de Paris-Montparnasse. Au-delà de Nogent-le-Rotrou, un aller-retour, appartenant alors à partir de cette gare au réseau TER Pays de la Loire, est prolongé ou amorcé en gare du Mans.

Cependant, depuis le 27 octobre 2012, la gare est fermée au service des voyageurs à la suite d'un accident mortel survenu ce jour-là au passage à niveau jouxtant la gare[2]. Sa réouverture, initialement programmée pour le 3 mars 2013, a été repoussée et aucun train n' desservi la gare jusqu'au 14 décembre 2013[3].

Les trains desservent à nouveau la gare depuis fin 2013.

Article détaillé : Gare d'Amilly - Ouerray.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines d'Amilly datent de l'époque romaine : le village s'appelait alors Amilliacum villa, c'est-à-dire domaine d'Amillius, le propriétaire terrien implanté ici. Une voie romaine traversait le bourg, elle reliait Chartres à Courville. Sous nos pieds de trouve un aqueduc romain qui, parti d'une source de Landelles, rejoignait les thermes de Chartres et la ville haute. Des vestiges ont été découverts sous l'Hôtel de France, place des Epars. Ce conduit maçonné d'environ 1,60 m de hauteur se situe à environ 1 m de profondeur et traverse toute la commune en laissant son nom à deux hameaux : la Cave et le Croc. Il n'est malheureusement pas accessible.

Le 1er août 1944, un Boeing B-17 abattu en bombardant la base aérienne 122 Chartres-Champhol s'écrase avec son équipage à Amilly.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1813 Legrand Pierre    
1813 1821 Badreau Claude Nicolas    
1821 1830 Dauvilliers Nicolas    
1830 1840 Maillard Nicolas    
1846 1854 Badreau Jean-Claude    
1854 1858 Ouellard Augustin    
1858 1865 Beaupere Jean-Baptiste    
1865 1870 Desfeves François    
1870 1874 Madlene François    
1874 1876 Cochin Jean-François    
1874 1876 Roquillet Eugène    
1876 1888 Lecerf Elie    
1888 1894 Lamarre Ulcemère    
1894 1898 Desfeves Narcisse    
1898 1900 Breton Eugène    
1900 1901 Foure Georges    
1901 1907 Hazon Henri    
1908 1922 Roquillet Emile    
1922 1925 Bay Henri    
1925 1933 Huet Léonce    
1933 1945 Bay Henri    
1945 1950 Delaporte Paul    
1950 1953 Roquillet Maurice    
1953 1977 Bay Pierre    
1977 2008 Menard Jean Divers droite / Sans étiquette Agriculteur
2008 en cours Denis-Marc Sirot-Foreau Sans étiquette Agriculteur

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 870 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
390 408 409 381 365 390 382 404 416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
431 420 410 393 392 383 366 355 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
333 355 346 368 401 381 354 433 420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
554 676 1 168 1 779 2 098 1 958 1 942 1 904 1 885
2012 - - - - - - - -
1 870 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-Saint-Paul.
La nef est du XIIe siècle, son chœur est du XIIIe siècle remanié au XVe siècle, les fonts baptismaux du XVIIIe siècle.
Les bancs clos du XVIIIe siècle sont remarquables, de même que les boiseries et surtout les fameuses peintures polychromes médiévales (le Dit des trois Morts et des trois Vifs) mises à jour lors de la restauration de 1999.

La commune a adhéré en 2002 à l'association Terre de Beauce qui est chargée de faire connaître le patrimoine d'Eure-et-Loir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche horaire Paris – Le Mans valable à partir du 9 décembre 2012 » (consulté le 2 décembre 2012)[PDF]
  2. Laurence Faucon, « Gare D’Amilly-Ouerray : service aux voyageurs suspendu jusqu’au 03 mars 2013 », sur maligne-ter.com, SNCF,‎ (consulté le 5 novembre 2013)
  3. Hélène Duffay, « La gare leur est indispensable », sur www.lechorepublicain.fr, L'Écho Républicain,‎ (consulté le 5 novembre 2013)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.