Dammarie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dammarie (homonymie).

Dammarie
Dammarie
La mairie.
Blason de Dammarie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Chartres-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chartres métropole
Maire
Mandat
Annick Lhermitte
2014-2020
Code postal 28360
Code commune 28122
Démographie
Population
municipale
1 512 hab. (2017 en diminution de 1,5 % par rapport à 2012)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 36″ nord, 1° 29′ 41″ est
Altitude Min. 136 m
Max. 164 m
Superficie 32,37 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Dammarie
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Dammarie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dammarie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dammarie
Liens
Site web http://www.ville-dammarie.com/

Dammarie est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Dammarie est situé à 10 km au sud de Chartres, 100 km de Paris et à 4 km de la route nationale 10 et de l'autoroute A10.

Dammarie est composé du bourg principal et de cinq hameaux : Vovelles, Ormoy, Villemain, Concrez et Bois de Mivoye, ce dernier étant également pour une petite partie sur la commune de Mignières.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dammarie
Ver-lès-Chartres
Thivars
Corancez Berchères-les-Pierres
Mignières Dammarie Theuville
La Bourdinière-Saint-Loup Fresnay-le-Comte Pézy
Boncé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 000 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent en Eure-et-Loir. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (le camp de Lucé et la prison de Châteaudun rouverte pour l’occasion), 53 villages sont mis à contribution[1], dont Dammarie[2]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[3]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, mais en décembre, 922 ont préféré rester et sont rassemblés à Dreux et Lucé[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Labadie    
mars 2008 En cours Annick Lhermitte SE  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4001 1031 1311 1421 1311 2041 2401 3091 308
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3261 2951 2761 3001 2561 1951 2471 2561 209
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1521 1811 1301 030983996983965859
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8327939281 1711 3331 3711 5011 5201 538
2013 2017 - - - - - - -
1 5201 512-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Dammarie rugby club.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Parc éolien[modifier | modifier le code]

En 2016, six turbines Vestas V90/2000 d'une puissance de 2 MW chacune, ont été mises en service par la société EDRP sur la commune, développant une puissance totale de 12 MW[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Une bulle du pape Eugène IV (1431-1447) en faveur de l'église de Dammarie, détruite par les guerres, mentionne en latin « cum parochialis ecclesia de Dampna Maria, causantibus sevis guerris que in illis partibus viguerunt, hostili incendio destructa existat »[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Dammarie (Eure-et-Loir).svg

Les armoiries de Dammarie se blasonnent ainsi :

Tranché ; au premier d’azur à la chemise de Marie d’or, au séquoia de sinople, aux trois filets accolés de gueules brochant sur la partition ; le tout sommé d’un chef de gueules chargé d’une couronne mariale de six étoiles d’or accostée de six épis de blé du même trois à dextre et trois à senestre.
Adopté en janvier 1986

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  2. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. « Parcs éoliens en France, zone 28 », sur https://www.thewindpower.net, .
  8. Archives de la commune de Dammarie-GG 6.